Kurdistan irakien : un ministre britannique veut reporter le référendum
Rechercher

Kurdistan irakien : un ministre britannique veut reporter le référendum

Michael Fallon a rappelé que le Royaume-Uni est “attaché à l'intégrité de l'Irak et travaille avec l'ONU à des alternatives au référendum”

Michael Fallon, ministre britannique de la Défense, en conférence de presse à Bagdad, en Irak, le 18 septembre 2017. (Crédit : Sabah Arar/AFP)
Michael Fallon, ministre britannique de la Défense, en conférence de presse à Bagdad, en Irak, le 18 septembre 2017. (Crédit : Sabah Arar/AFP)

Le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a affirmé lundi à Bagdad qu’il se rendrait dans l’après-midi à Erbil pour tenter de convaincre le président kurde de renoncer à son référendum sur l’indépendance prévu le 25 septembre.

« Je serai cet après-midi à Erbil pour dire à Massoud Barzani [le président de cette région autonome, ndlr] que nous ne soutenons pas le référendum kurde. Nous sommes attachés à l’intégrité de l’Irak et travaillons avec l’ONU à des alternatives au référendum », a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Les Kurdes d’Irak doivent se prononcer le 25 septembre sur l’indépendance de la région, située dans le nord de l’Irak, un scrutin que les autorités de Bagdad ne reconnaissent pas.

Seul Israël a dit soutenir l’indépendance du Kurdistan. Les pays voisins, Washington et d’autres plaident pour que la région, autonome depuis 1991, règle ses différends avec Bagdad sans découper l’Irak, où les jihadistes tiennent encore deux fiefs.

Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan irakien. (Crédit : Facebook)
Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan irakien. (Crédit : Facebook)

L’ONU a présenté des « alternatives » à Barzani, qui jusqu’ici semble décidé à maintenir la pression pour renforcer sa position face à Bagdad mais aussi à ses opposants.

Le président kurde a souligné que ce résultat ne mènerait pas à une déclaration d’indépendance immédiate mais plutôt au début de « discussions sérieuses avec Bagdad », dans le but de « régler tous les problèmes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...