Rechercher

La carte « famille nombreuse » d’un couple gay refusée à l’entrée d’un parc national

L'incident s'est produit samedi, et la famille n'a été autorisée à entrer dans la réserve de Nahal Yehudia qu'après l'intervention d'un supérieur

Une cascade se déversant dans le ruisseau Hexagonal sur le plateau du Golan. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)
Une cascade se déversant dans le ruisseau Hexagonal sur le plateau du Golan. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Un couple homosexuel et leurs trois enfants se sont vus refuser l’entrée d’un parc national avec leur carte « famille nombreuse » parce qu’ils étaient considérés comme « n’étant pas une famille », a rapporté lundi la Douzième chaîne.

L’incident s’est produit samedi, et la famille n’a été autorisée à entrer dans la réserve de Nahal Yehudia, sur le plateau du Golan, qu’après l’intervention d’un superviseur.

Dans une vidéo de l’interaction, on peut voir une employée refuser d’ouvrir le portail. C’est alors que l’un des deux hommes lui demande de répéter. « Répétez ce que vous venez de dire – que nous ne sommes pas une famille. »

« Vous êtes une famille ? », leur a-t-elle demandé. « Allez lui parler », a-t-elle dit en faisant référence au superviseur.

En réponse à l’incident, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA) a présenté ses excuses, estimant qu’il s’agissait d’un « incident isolé malheureux qui ne représente pas les politiques de l’Autorité ».

La communauté LGBTQ a exprimé à plusieurs reprises ses inquiétudes à l’égard de la coalition radicale dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a pris le pouvoir fin décembre, craignant que ses projets d’affaiblissement des pouvoirs judiciaires ne laissent les membres de leur communauté vulnérables face à la discrimination. Plusieurs membres de la coalition ont également tenu des propos homophobes.

L’incident de samedi fait suite à une série d’actions discriminatoires à l’encontre des membres de la communauté LGBTQ.

Vendredi, un homme a été battu et a dû être hospitalisé à Rehovot suite à une agression homophobe.

En juillet, un véhicule de la mairie transportant des drapeaux des fiertés a été incendié à Hod Hasharon.

En avril, un groupe de militants de droite a tenté d’arracher un drapeau des fiertés d’un balcon à Tel-Aviv, au milieu de manifestations de masse contre la refonte judiciaire du gouvernement. Un résident de l’appartement avait alors déclaré aux médias que c’était la deuxième fois cette semaine-là que des passants tentaient d’enlever le drapeau.

Ce jour-là également, le slogan « Kahane vit » a été tagué sur un mur extérieur et une fenêtre d’un centre communautaire LGBTQ de Tel Aviv. Cette phrase est une manifestation de soutien au défunt rabbin extrémiste Meir Kahane, ancien membre de la Knesset et chef du parti raciste Kach.

Dans un rapport publié en mars, l’Association Aguda pour l’égalité des personnes LGBTQ a déclaré avoir enregistré 3 300 incidents de haine contre la communauté LGBTQ en 2022, soit une hausse de 11 % par rapport à 2021.

Le rapport n’a pas fourni de détails sur la nature de ces attaques. Près de la moitié des cas signalés ont eu lieu à Tel-Aviv et dans la région du centre d’Israël. Près de 20 % se sont produits à Jérusalem et dans les environs, selon le rapport.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.