La Chambre américaine appelle Berlin à “remplir ses obligations morales” envers les survivants de la Shoah
Rechercher

La Chambre américaine appelle Berlin à “remplir ses obligations morales” envers les survivants de la Shoah

La résolution, votée à l’unanimité par 363 voix contre 0, demande de réaffirmer un engagement financier pour traiter pleinement des besoins uniques des victimes du régime nazi

Des survivants d'Auschwitz arrivent pour assister aux cérémonies pour marquer le 70e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi le 27 janvier 2015 au mémorial d'Auschwitz-Birkenau à Oswiecim, Pologne. (Crédit : AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI)
Des survivants d'Auschwitz arrivent pour assister aux cérémonies pour marquer le 70e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi le 27 janvier 2015 au mémorial d'Auschwitz-Birkenau à Oswiecim, Pologne. (Crédit : AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI)

WASHINGTON – La Chambre des représentants des Etats-Unis a voté mardi soir une résolution appelant l’Allemagne à augmenter le soutien à la restitution pour les survivants de l’Holocauste, dans ce que l’un des parrains du texte a décrit comme la dernière chance de soutenir le nombre en baisse des victimes des nazis.

La résolution, qui a été votée à l’unanimité par 363 voix contre 0, avec un fort soutien des deux partis, a été parrainée par une équipe bipartisane de représentants du sud de la Floride, la républicaine Ileana Ros-Lehtinen et le démocrate Ted Deutch.

S’exprimant à la Chambre avant le vote, Ros-Lehtinen a déclaré qu’environ un quart des 500 000 survivants de l’Holocauste dans le monde vivent aux Etats-Unis, et 15 000 d’entre eux vivent dans le sud de la Floride.

Ros-Lehtinen a note que plus de la moitié des survivants dans le monde vivent sous le seuil de pauvreté, mais a exprimé l’espoir que le vote de mardi aide à alléger certaines de ses pressions.

La représentante américaine Ileana Ros-Lehtinen (parti républicain ; Floride). (Crédit : autorisation)
La représentante américaine Ileana Ros-Lehtinen (parti républicain ; Floride). (Crédit : autorisation)

« Aujourd’hui, la Chambre a de nouveau démontré sa détermination à faire justice pour tous les survivants de l’Holocauste en votant à l’unanimité la résolution que Ted et moi avons introduite, exhortant l’Allemagne à honorer ses obligations envers les survivants de l’Holocauste. Cela fait plus de 71 ans que la Seconde Guerre mondiale est terminée, et même s’ils ont vécu des atrocités indicibles des mains des nazis, les survivants de l’Holocauste continuent aujourd’hui à affronter des injustices persistantes. Cela serait un simulacre si l’humanité échouait encore une fois face à ces individus en ignorant leur sort », a déclaré Ros-Lehtinen peu après le vote.

« Le système actuel ne fonctionne pas et est plein de fraude et de corruption ; la Claims Conference a échoué face aux survivants, en plaçant des limitations à l’aide et ajoutant un fardeau inutile à ceux qui avaient besoin d’aide. L’Allemagne doit montrer son leadership et faire la bonne chose en remplissant ses engagements et obligations envers tous les survivants en prenant des mesures pour fournir des soins psychologiques, médicaux et à domicile à tous les survivants directement et immédiatement. Le temps manque et les survivants ne peuvent plus se permettre ces retards ; ils méritent de vivre le reste de leurs jours dans la dignité et le confort qu’ils méritent », a continué la représentante de Floride.

Pendant les débats sur la résolution, Ros-Lehtinen a affirmé que bien que l’Allemagne ait aidé les survivants depuis les années 1950, « de son propre aveu, les efforts du gouvernement allemand pour traiter les besoins médicaux, mentaux et à domicile des survivants de l’Holocauste ont été cruellement inadéquats. »

Ros-Lehtinen a dit mardi à ses collègues que fréquemment, les besoins des survivants de l’Holocauste étaient plus complexes et plus coûteux que ceux de beaucoup d’autres personnes de leur génération, en raison de l’impact physique et psychologique de leur expérience pendant la guerre.

S’exprimant après Ros-Lehtinen, Deutch a prévenu les représentants que « malheureusement le temps manque ».

« Les survivants de l’Holocauste ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin, a-t-il déploré. Pendant des décennies, le gouvernement allemand s’est engagé à répondre aux besoins des survivants, mais la communauté des survivants vieillit et leurs besoins sont plus importants. »

Le représentant américain Ted Deutch (parti démocrate ; Floride). (Crédit : autorisation)
Le représentant américain Ted Deutch (parti démocrate ; Floride). (Crédit : autorisation)

Deutch a souligné que beaucoup de survivants n’avaient pas de soutien familial pour les aider dans leur mobilité et que beaucoup avaient besoin de soins à domicile, après que leur expérience pendant la guerre les ait laissés terrifier de quitter leurs maisons et d’être placés dans des institutions de soin.

Dans le système actuel, a dit Deutch, même les survivants les plus pauvres n’ont le droit qu’à 25 heures de soin à domicile par semaine – une faille traitée par la résolution, qui demande aussi la fin des limitations sur le nombre d’heures de soin à domicile.

La résolution établit qu’elle vise à assurer « que toutes les victimes de l’Holocauste vivent dans la dignité, le confort, et la sécurité pour leurs années restantes. » Elle appelle l’Allemagne « à réaffirmer son engagement à cet objectif via un engagement financier pour traiter complètement les besoins uniques en soins et services sociaux des victimes vulnérables de l’Holocauste, y compris par des soins à domicile et d’autres besoins médicalement prescrits. »

La résolution a été rédigée suite à une correspondance de 2015 à ce sujet entre le Congrès américain et le ministère des Finances allemand. Les partisans de la résolution ont déclaré que dans cet échange, l’Allemagne reconnait que les soins financés par le gouvernement allemand sont insuffisants pour répondre aux besoins des survivants.

La résolution de la Chambre avait pour objectif de souligner la demande du Congrès pour une aide supplémentaire, qui, a rappelé Ros-Lehtinen, appuie le besoin d’aide directe aux survivants, une aide qui est urgemment nécessaire selon les parrains du texte. « Nous attendons que le gouvernement allemand entende ce que nous disons », a proclamé Deutch pendant son discours mardi.

« Dans les jours à venir, des décisions seront prises à Berlin qui détermineront si les survivants recevront les financements et les soins dont ils ont besoin, a expliqué Deutch. Je ne suis pas certain que notre allié l’Allemagne reconnaisse l’étendue réelle des besoins. »

« C’est avec le cœur lourd que nous reconnaissons que ces négociations sont la dernière opportunité pour l’Allemagne pour aborder la santé et le bien-être de ces survivants », a-t-il prévenu.

« Bien qu’aucune somme d’argent ne puisse effacer les horreurs subies par les victimes de l’Holocauste, il y a une responsabilité morale à remplir tous les besoins pour qu’ils puissent vivre le reste de leur vie avec dignité », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...