Rechercher

La cheffe de la diplomatie suédoise en Israël cette semaine

Le dégel des relations ne remet pas en cause la reconnaissance par Stockholm de la Palestine, qu'Ann Linde va également visiter

Le ministre israélien des Affaires étrangères  Yair Lapid, à gauche, et la ministre des Affaires étrangères de la Suède Ann Linde, à droite. Crédit : Alexander Nemenov/Pool via AP, AP/Darko Vojinovic))
Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, et la ministre des Affaires étrangères de la Suède Ann Linde, à droite. Crédit : Alexander Nemenov/Pool via AP, AP/Darko Vojinovic))

Pour la première fois en sept ans de relations cahoteuses entre Suède et Israël due à la reconnaissance par Stockholm de la Palestine, la ministre des Affaires étrangères suédoise va réaliser un déplacement officiel en Israël, a annoncé dimanche le gouvernement suédois.

« La ministre des Affaires étrangères Ann Linde visite Israël et la Palestine les 18 et 19 octobre », est-il indiqué dans un communiqué de presse.

Depuis la reconnaissance de « l’Etat de Palestine » par le premier gouvernement de Stefan Löfven en 2014, la Suède entretenait des rapports difficiles avec Israël et c’est la première visite officielle d’un chef de la diplomatie suédoise en dix ans.

Mme Linde va rencontrer lundi son homologue Yair Lapid ainsi que le président israélien Isaac Herzog. Elle visitera aussi Yad Vashem et participera à l’inauguration d’une exposition qui célèbre les 70 ans des relations diplomatiques entre les deux pays.

« Avoir une relation normale au niveau même du ministre des Affaires étrangères constitue un nouveau chapitre dans notre dialogue de politique étrangère », s’est félicité vendredi la ministre auprès de l’agence suédoise TT.

Le 15 septembre, lors d’un premier contact téléphonique formel avec M. Lapid, elle avait mis en avant « l’importance (de leurs) relations bilatérales ».

« Nous avons tous deux souligné que l’amitié et la coopération peuvent et doivent aller de pair avec le respect des convictions et des différences de chacun », avait tweeté Mme Linde, qui avait exprimé son soutien à l’exigence de sécurité d’Israël.

Le dégel des relations ne remet pas en cause la reconnaissance de la Palestine, que la ministre va également visiter.

« Je soutiens pleinement cette décision. Après tout, il s’agissait aussi de vouloir une solution à deux États, de vouloir renforcer les forces modérées et de rendre les parties moins inégales dans les négociations de paix », a dit Mme Linde à TT.

Au total, quelque 140 pays ont déjà reconnu l’Etat palestinien, dont huit en Europe : la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre l’ont reconnue avant leur entrée dans l’UE.

Mme Linde rencontrera également le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ainsi que le chef du gouvernement et le ministre des Affaires étrangères palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...