La commission économique de la Knesset vote contre l’accord gazier controversé
Rechercher

La commission économique de la Knesset vote contre l’accord gazier controversé

Le vote 7-6 est un détail technique qui n’empêchera pas Netanyahu de faire avancer cet accord

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu défend l'accord controversé sur le gaz devant la commission des Affaires Economiques de la Knesset le 8 décembre 2015 (Crédit : porte-parole de la Knesset)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu défend l'accord controversé sur le gaz devant la commission des Affaires Economiques de la Knesset le 8 décembre 2015 (Crédit : porte-parole de la Knesset)

La commission des Affaires Economiques de la Knesset s’est opposée lundi symboliquement à l’accord controversé sur le gaz qui donne le contrôle de deux grands champs de gaz d’Israël récemment découverts à deux corporations.

La commission a rejeté la clause 52 de la loi sur les pratiques commerciales restrictives (antitrust), qui permet au ministre de l’Economie de contourner l’autorité antitrust si des considérations de sécurité ou de politique étrangère le justifient.

« Le ministre peut, à la suite de la consultation de la commission des Affaires Economiques de la Knesset, exempter une pratique commerciale restrictive d’une ou plusieurs dispositions de la loi, s’il pense qu’une telle action st nécessaire pour des raisons de politique étrangère ou de sécurité nationale », établit la clause.

Dans ce cas, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également ministre de l’Economie, a invoqué la clause sur des bases sécuritaires, expliquant que l’extraction de gaz naturel allège la charge sur les centrales électriques existantes d’Israël, qui ont été la cible de missiles pendant la guerre de l’été dernier avec le Hamas.

Il a également affirmé que les revenus du gaz compenseraient un boycott possible des productions israéliennes.

Mais le vote, qui opposait six membres de l’opposition parlementaire (y compris le président de la commission, le député de l’Union sioniste Eitan Cabel) à six membres de la coalition, n’empêchera pas Netanyahu de faire avancer cet accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...