La communauté juive de Rome a critiqué la visite de Rouhani
Rechercher

La communauté juive de Rome a critiqué la visite de Rouhani

Pour les dirigeants communautaires, le président iranien n'était pas le bienvenu en raison de ses positions

Le pape François (2e à froite) posant avec le président iranien Hassan Rouhani (3e à droite) avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (à droite) le 26 janvier 2016, au Vatican (Crédit : AFP / POOL / ANDREW MEDICHINI)
Le pape François (2e à froite) posant avec le président iranien Hassan Rouhani (3e à droite) avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (à droite) le 26 janvier 2016, au Vatican (Crédit : AFP / POOL / ANDREW MEDICHINI)

La communauté juive de Rome a vivement critiqué la visite du président iranien Hassan Rouhani, d’autant plus que la visite a eu lieu juste avant le 27 janvier qui est la date de la Journée internationale de la Commémoration de l’Holocauste.

Dans un communiqué, la direction de la communauté juive a souligné que les positions de Rouhani étaient clairement une « négation de l’Holocauste et de nature révisionniste ».

Elle a cité les « appels constants à la destruction d’Israël » et les événements comme le « concours pour les caricatures antisémites et révisionnistes » de Téhéran.

Ceux-ci, a-t-elle dit, ainsi que le « manque de respect pour les droits civiques, l’augmentation constante de la peine de mort, les restrictions sur la liberté de la presse » de son gouvernement a fait que la visite officielle Rouhani à Rome « n’était pas la bienvenue ».

Rouhani est en visite de quatre jours en Italie et en France pour renforcer son rôle international à la suite de la mise en œuvre de l’accord signé avec les États-Unis et cinq autres Etats pour freiner ses activités nucléaires et mettre fin aux sanctions économiques.

Mardi, Rouhani a rencontré le pape François au Vatican.

Une déclaration du Vatican a déclaré que lors de l’audience de 40 minutes au Vatican mardi «  les valeurs spirituelles communes ont émergé et il y a eu des références à l’excellent état des relations entre le Saint-Siège et la République islamique d’Iran, la vie de l’église dans le pays et l’action du Saint-Siège pour favoriser la promotion de la dignité de la personne humaine et de la liberté religieuse ».

Elle a ajouté que les deux hommes ont discuté de « la conclusion et de l’application de l’accord nucléaire et le rôle important que l’Iran est appelé à remplir, avec d’autres pays de la région, afin de promouvoir des solutions politiques appropriées aux problèmes qui affligent le Moyen-Orient, pour contrer la propagation du terrorisme et le trafic d’armes ».

La déclaration a également dit que les deux dirigeants « ont souligné l’importance du dialogue inter-religieux et la responsabilité des communautés religieuses dans la promotion de la réconciliation, la tolérance et la paix ».

Lors d’une réunion avec les chefs d’entreprise italiens et iraniens, Rouhani a déclaré que son ‘comté’ avait « aucune intention d’attaquer ou d’envahir un autre pays » et n’a « pas l’intention d’interférer dans les affaires d’un autre pays ». Il a ajouté : « un manque de développement crée les conditions pour l’extrémisme, le recrutement des soldats au chômage pour le terrorisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...