La Cour rejette la demande de report de démolition d’un village bédouin
Rechercher

La Cour rejette la demande de report de démolition d’un village bédouin

Pour le juge, la demande pour repousser la destruction d’Umm al-Hiran est de « mauvaise foi » car les plaignants ont attendu la dernière minute

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Les membres de la Liste arabe unie qui ont passé la nuit dans le village bédouin d'Umm al-Hiran pour empêcher sa démolition, le 22 novembre 2016. (Crédit : porte-parole de la Liste arabe unie)
Les membres de la Liste arabe unie qui ont passé la nuit dans le village bédouin d'Umm al-Hiran pour empêcher sa démolition, le 22 novembre 2016. (Crédit : porte-parole de la Liste arabe unie)

La Cour des magistrats de Beer Sheva a rejeté mardi un appel de dernière minute, qui demandait un délai avant d’évacuer et de démolir un village bédouin dans le sud d’Israël, devenu un cri de ralliement pour les arabes israéliens et les groupes de défense des droits de l’homme.

Israël cherche à déplacer officiellement les habitants nomades du village vers une ville bédouine désignée par le gouvernement pour laisser place à la construction d’une nouvelle ville juive sur le terrain, qui est possédé par l’Etat.

La décision de justice fait suite à ce que certaines ont considéré comme une petite victoire après que la police a repoussé l’opération mardi matin. Les députés du parti de la Liste arabe unie et des activistes du pays entier sont arrivés pendant la nuit dans le village pour s’opposer à sa démolition.

Pour l’instant, aucune date n’a été fixée pour la démolition.

Louba Samri, porte-parole de la police, a déclaré que la décision avait été prise afin « de permettre au processus juridique d’être épuisé, suite à un appel de dernière minute devant la cour ».

Le village bédouin d'Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev israélien, le 27 août 2015. (Crédit: Hadas Parush/Flash90)
Le village bédouin d’Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev israélien, le 27 août 2015. (Crédit: Hadas Parush/Flash90)

La Cour a rejeté l’appel, déposé par le centre d’aide juridique pour les arabes israéliens, Adalah, stipulant que les mesures judiciaires ont été épuisées, et que les plaignants ne font pas preuve de bonne foi. La décision de justice souligne que trois tribunaux ont étudié l’affaire, et que les négociations durent depuis des années, sans solution. Elle a ajouté que les plaignants n’ont pas déposé de demande avant le matin même où la démolition était prévue, en dépit du fait que la date était fixée depuis un mois et demi, ce qui témoigne de « la mauvaise foi » de l’appel.

Le député Ayman Odeh, chef du parti de la Liste arabe unie avait tweeté, avant que la cour ne rende sa décision, que la lutte pour empêcher la destruction du village se poursuivra très certainement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...