La Cour Suprême belge protège l’abattage rituel
Rechercher

La Cour Suprême belge protège l’abattage rituel

La Cour Suprême a rejeté l'interdiction demandée par le ministre flamand du Bien-être animal

Abattage rituel à l'abattoir de Zaklady Miesne Mokobody près de Varsovie, en 2011. Illustration. (Crédit : autorisation de Zaklady Miesne Mokobody via JTA)
Abattage rituel à l'abattoir de Zaklady Miesne Mokobody près de Varsovie, en 2011. Illustration. (Crédit : autorisation de Zaklady Miesne Mokobody via JTA)

Sur fond de bien-être animal et, plus officieusement, de lutte contre le communautarisme, certains gouvernements européens tentent d’interdire l’abattage rituel, pour les Juifs comme pour les Musulmans – qui s’unissent parfois pour défendre ce droit.

En Belgique, c’est le ministre flamand du Bien-être animal qui avait tenté l’interdiction, mais la Cour Suprême de Belgique a débouté sa proposition.

Le rabbin Menachem Margolin, directeur du centre rabbinique d’Europe et directeur général de l’Association juive européenne, s’est réjoui de l’action de la Cour Suprême dans un communiqué.

« C’est maintenant la seconde fois en Europe qu’une Cour Suprême stoppe des tentatives commises par des politiques populistes d’interdire l’abattage rituel, et donc de violer la liberté de religion », rappelle-t-il.

« A une époque où les politiques populistes se préparent de plus en plus à piétiner toutes les libertés religieuses, nous prions pour que la Cour Suprême continue d’autoriser le bon sens à prévaloir et permette à nos droits d’être respectés ».

Seuls treize pays de l’Union européenne autorisent l’abattage rituel.

En 2013, la décision polonaise de l’interdiction avait suscité des polémiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...