La dépouille d’un Britannique tué à Bergen-Belsen par les Nazis rentre au pays
Rechercher

La dépouille d’un Britannique tué à Bergen-Belsen par les Nazis rentre au pays

La dépouille de Frank Le Villio est revenue sur l’île de Jersey 70 ans plus tard

Le cercueil portant les restes de Frank Le Villio au cours d'une cérémonie de ré-inhumation dans une église de  St. Helier, à Jersey, le 5 septembre 2018 (Capture d'écran : YouTube)
Le cercueil portant les restes de Frank Le Villio au cours d'une cérémonie de ré-inhumation dans une église de St. Helier, à Jersey, le 5 septembre 2018 (Capture d'écran : YouTube)

Mercredi, les restes d’un homme britannique de Jersey, qui était mort après son internement dans un camp de concentration nazi, ont été inhumés à proximité de sa maison, près de 70 ans après sa mort.

Jersey, l’une des îles de la Manche, a été occupée par les forces nazies à partir de 1940 jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Frank Le Villio, âgé de 19 ans à l’époque, avait été déporté en France pour purger une peine de prison de trois mois, tout cela parce qu’il avait pris le vélo d’un officier allemand pour se balader.

Le Vilio a été envoyé dans trois camps de concentration différents pendant la guerre, y compris Bergen-Belsen en Allemagne, où environ 200 000 personnes ont été déportées. Plus de 52 000 détenus et 20 000 prisonniers de guerre y ont péri, dont la célébre adolescente Anne Frank.

Le camp a été libéré le 15 avril 1945 par des soldats britanniques qui ont trouvé 10 000 cadavres quant ils sont entrés dans le camp nazi.

Si Le Villio a survécu au camp, il est mort de la tuberbulose en 1946 à 21 ans après être rentré au Royaume Uni. Il avait été enterré dans une « fausse commune » au cimetière de Nottingham, selon la BBC.

Sa dépouille a été retrouvée en 2017 par Stanley Keiller, un résident de Jersey qui était enfant à l’époque de l’occupation nazie des îles de la Manche et qui a cherché à savoir où Le Villio avait été enterré.

« C’était un jeune adolescent qui nous a été enlevé pendant ces années d’occupation. Le retrouver a représenté une grande satisfaction », a déclaré Keiller, cité par la BBC, à la cérémonie religieuse organisée mercredi à St Helier, juste à côté de l’endroit où Le Villio avait habité.

Stan Hockley, un cousin de Le Villio qui a grandi avec lui, a dit que son retour sur l’île a été « un très long voyage ».

« Aujourd’hui, on parle beaucoup de ‘pardonner et d’oublier’. Mais ceux qui disent cela – ont-ils eu des proches qui ont été torturés et assassinés, seulement pour une balade à vélo interdite ? », s’est interrogé Hockley, selon le journal The Daily Mail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...