La Dixième chaîne retire son directeur des informations controversé
Rechercher

La Dixième chaîne retire son directeur des informations controversé

Rami Sadan aurait déclaré haïr le Shas et Aryeh Deri, et aurait tenu des propos racistes contre les Israéliens d'origine moyen-orientale et africaine

Rami Sadan en 2012. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Rami Sadan en 2012. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le conseil de direction de la Dixième chaîne a voté en faveur du retrait de son directeur des informations, récemment nommé, après un scandale sur des propos désobligeants rapportés au sujet du ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe séfarade Shas, ainsi que sur les Israéliens d’origine moyen-orientale ou africaine.

Le conseil a cependant déclaré que la décision était fondée sur les incohérences du curriculum vitae de Rami Sadan, qui a affirmé à tort avoir déjà occupé des emplois de direction importants, une condition nécessaire pour occuper ce poste.

Sadan, lobbyiste politique et ancien associé proche de la famille Netanyahu, a été cité le 2 juin par Haaretz déclarant au conseil de direction de la Dixième chaîne, « disons la vérité : comme vous, je fais partie de l’élite, je déteste le mouvement Shas et ce voleur d’Aryeh Deri. Mais, en tant qu’élite, nous devons élargir l’audience de la chaîne et nous adresser au public du Shas, à Massouda de Sdérot », en utilisant un stéréotype sur une personne d’origine mizrahi vivant dans la périphérie d’Israël.

Deri a purgé entre 2000 et 2002 une peine de prison pour corruption, avant de reprendre sa carrière politique avant les élections de 2015 à la Knesset. Le ministre de l’Intérieur fait actuellement l’objet d’une enquête sur de nouvelles suspicions de corruption.

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 17 juillet 2016. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)
Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 17 juillet 2016. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)

Juste après la publication de ces remarques, le Shas avait appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est aussi ministre des Communications, à renvoyer Sadan, menaçant de briser la discipline de la coalition et de ne pas voter à la Knesset jusqu’à ce que cela soit fait. Les députés du Shas sont restés éloignés des plénières, n’entrant que pour voter contre une proposition de loi de l’opposition concernant la conversion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...