Rechercher

La Grèce se désolidarise de la reine de beauté qui « boycotte » Miss Univers en Israël

L'organisation qui choisit la candidate grecque affirme que Rafaela Plastira, qui a boycotté le concours en solidarité avec les Palestiniens, n'était pas la candidate sélectionnée

Capture d'écran de la vidéo de la reine de beauté grecque Rafaela Plastira. (YouTube)
Capture d'écran de la vidéo de la reine de beauté grecque Rafaela Plastira. (YouTube)

L’organisation grecque qui sélectionne la participante du pays au concours de Miss Univers a accusé une reine de beauté qui a déclaré qu’elle boycottait l’événement de cette année parce qu’il se déroule en Israël d’être un imposteur.

La société Star GS Hellas a déclaré que Rafaela Plastira ne se rendrait pas au coucours de toute façon parce qu’elle n’est pas la candidate du pays.

Plastira, 22 ans, a annoncé en octobre qu’elle se retirait du concours, qui se déroulera le 12 décembre dans la ville portuaire d’Eilat, dans le sud d’Israël, parce qu’elle « ne pouvait pas monter sur la scène en faisant comme si rien ne se passait alors que des gens se battent pour leur vie [en Israël et en Palestine] ».

Cependant, Star GS Hellas a déclaré la semaine dernière que Plastira, qui a remporté le titre de Miss Monde Grèce en 2019, n’est pas la candidate du pays pour l’événement Miss Univers 2021.

Plastira « n’a jamais eu la bénédiction officielle pour représenter notre pays », a déclaré le président de Star GS Hellas, Giorgos Kouvaris, dans une déclaration publiée jeudi sur la page Facebook de l’organisation, notant que « la Miss Univers officielle de la Grèce pour 2021 est Sofia Arapogianni. »

« En ce qui concerne la question du départ de Rafael Plastira de Miss Univers 2021, dans laquelle la question palestinienne a été citée, tout cela est faux », a-t-il écrit.

Kouvaris a souligné que seul GS Hellas a les « droits et contrats légaux » pour sélectionner la candidate grecque de Miss Univers et que « tout le reste est une fausse information, non sollicitée et astucieusement alléguée. »

Sofia Arapogianni, 21 ans, figure sur le site officiel de Miss Univers en tant que candidate grecque.

Elle est depuis arrivée en Israël pour participer à l’événement.

https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FStarandmrgshellas%2Fposts%2F1312277489196786&display=popup&ref=plugin&src=post

Néanmoins, Plastira a continué à insister sur le fait qu’elle avait choisi de ne pas participer au concours et qu’elle était « fière de ma décision » de se retirer.

« Je ne vis peut-être pas en Palestine, mais la Palestine vit dans mon cœur pour toujours », a-t-elle posté la semaine dernière sur son compte Instagram.

Le concours est sous les feux de la rampe parce qu’il se déroule en Israël, alors que des appels au boycott sont lancés contre le pays. Le gouvernement sud-africain a déclaré qu’il se dissociait de la décision de la Miss Afrique du Sud en titre d’y participer. La décision a été prise après que des appels de plus en plus nombreux ont été lancés à Lalela Mswane pour qu’elle boycotte le concours en raison des « atrocités commises par Israël à l’encontre des Palestiniens », selon les représentants du gouvernement.

Des concurrentes du concours Miss Univers 2021, qui se tiendra à Eilat, lors d’une visite au musée de la Tour de David dans la vieille ville de Jérusalem avant le 70e concours Miss Univers, le 30 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Face à la pression exercée sur les candidates pour qu’elles abandonnent en solidarité avec les Palestiniens, la Miss Univers en titre Andrea Meza a déclaré au début du mois que le concours de beauté de longue date ne devrait pas être politisé.

« Tous ceux qui ont des croyances, des origines et des cultures différentes se rassemblent, et quand vous êtes là, vous oubliez la politique et la religion », a déclaré Andrea Meza à l’Associated Press avant de visiter la Vieille Ville de Jérusalem. « Il s’agit simplement d’accepter d’autres femmes ».

Accueillir l’évènement est un coup d’éclat pour Israël, qui fait face depuis des années à une campagne de boycott (BDS).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...