Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

La Haye : Audiences jeudi et vendredi concernant l’opération Rafah

La CIJ a été saisie début mai pour ordonner à Israël de se "retirer" de la ville du sud de Gaza ; la Cour entendra le recours déposé par Pretoria puis celui de Jérusalem

Le ministre sud-africain des Affaires étrangères Naledi Pandorthe (à gauche) assistant à la session de la Cour internationale de justice, à La Haye, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP)
Le ministre sud-africain des Affaires étrangères Naledi Pandorthe (à gauche) assistant à la session de la Cour internationale de justice, à La Haye, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP)

La Cour internationale de justice (CIJ) a annoncé mardi la tenue d’audiences jeudi et vendredi à la demande de l’Afrique du Sud, qui a notamment saisi la juridiction pour demander à Israël le retrait de ses troupes de Rafah.

La plus haute juridiction de l’ONU entendra jeudi les avocats de l’Afrique du Sud, et la réponse d’Israël le lendemain, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Pretoria demande à la CIJ d’enjoindre Jérusalem de garantir qu’il se « retirera immédiatement et cessera son offensive militaire dans le gouvernorat de Rafah » et « prendra immédiatement toutes les mesures efficaces pour garantir et faciliter l’accès sans entrave à Gaza » de l’assistance humanitaire, selon le recours publié la semaine dernière.

L’Afrique du Sud a saisi la juridiction fin décembre, accusant Israël de perpétrer un « génocide » à Gaza, une accusation démentie avec véhémence par Israël.

La délégation sud-africaine (à gauche), et la délégation israélienne (à droite), lors d’une session à la Cour internationale de justice, à La Haye, le 26 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP)

En janvier, en réponse au recours de l’Afrique du Sud, la CIJ a ordonné à Israël de s’abstenir de tout acte susceptible de relever de la Convention des Nations unies sur le génocide – émise après l’extermination de six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale –, de veiller à ce que ses troupes ne commettent pas d’actes génocidaires contre les Palestiniens, et de permettre l’accès de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

La guerre a éclaté lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 252 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle.

Ces dernières 24 heures, au moins 82 Palestiniens auraient péri dans la bande de Gaza, ce qui porterait à 35 173 le bilan des morts, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Il comprend également quelque 15 000 terroristes qu’Israël dit avoir tués au combat. Tsahal affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

L’armée a ordonné le 6 mai aux civils de quitter certaines zones de Rafah ; selon l’ONU près de 450 000 personnes ont été déplacées.

Des combats acharnés ont lieu dans l’est de Rafah, où les troupes israéliennes sont entrées avec des chars le 7 mai avant de prendre le point de passage éponyme et de fermer cette entrée cruciale pour les convois humanitaires transportant des aides à la population de Gaza.

Début mars, la CIJ, suite à un nouveau recours déposé par l’Afrique du Sud, a ordonné à Israël d’assurer « une aide humanitaire de toute urgence » à Gaza, face à « une famine qui s’installe ».

« En attaquant Rafah, Israël s’en prend au ‘dernier refuge’ de Gaza et à la seule zone de la bande de Gaza qui n’a pas encore été substantiellement détruite par Israël », a déclaré l’Afrique du Sud dans sa soumission.

« Avec la destruction de Rafah, la destruction de Gaza sera totale », a-t-elle ajouté.

Campements de tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mai 2024. (Crédit : AFP)

Israël a déclaré qu’il restait « attaché au respect de ses obligations juridiques internationales » et qu’il avait pris plusieurs mesures pour atténuer les souffrances humanitaires à Gaza.

Il a également affirmé que son opération visait le groupe terroriste palestinien, mais qu’il lui était difficile d’éviter les pertes civiles, en apportant la preuve que le Hamas se retranchait et stockait ses armes dans des zones civiles.

Elle s’en est prise à l’Afrique du Sud pour son « ton belliqueux et offensif », décrivant les accusations comme « scandaleuses et catégoriquement démenties ».

La CIJ statue généralement en quelques semaines sur les demandes de mesures d’urgence. Il faudra probablement des années avant que la Cour mondiale ne se prononce sur le bien-fondé de l’ensemble de l’affaire de « génocide ». Bien que les décisions de la CIJ soient contraignantes et sans appel, la Cour n’a aucun moyen de les faire appliquer.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.