La judéité de Michael Bloomberg, atout ou handicap pour la Maison Blanche ?
Rechercher
Analyse

La judéité de Michael Bloomberg, atout ou handicap pour la Maison Blanche ?

Pour le milliardaire et ancien maire de New York, certains de ses atouts apparents pourraient s'avérer négatifs, tandis que certains de ses défauts pourraient lui être favorables

Ron Kampeas
Le maire de New York, Michael Bloomberg, assiste à une cérémonie d'inauguration de la station du Magen David Adom, William H. Bloomberg, à Jerusalem, du nom de son défunt père, à Jérusalem, le 1er février 2007. (AP Photo/Sebastian Scheiner)
Le maire de New York, Michael Bloomberg, assiste à une cérémonie d'inauguration de la station du Magen David Adom, William H. Bloomberg, à Jerusalem, du nom de son défunt père, à Jérusalem, le 1er février 2007. (AP Photo/Sebastian Scheiner)

WASHINGTON (JTA) – Après une saison de peut-être, le magnat des médias et ancien maire de New York, qui a été élu trois fois pour reprendre la phrase de sa biographie, s’engage en fanfare dans la course présidentielle.

Michael Bloomberg a annoncé cette semaine qu’il se présenterait à l’investiture démocrate et a lancé une campagne publicitaire nationale de 34 millions de dollars.

« Créateur d’emplois, leader, régleur de problèmes », disait l’annonce que Bloomberg, 77 ans, a publiée en fin de semaine pour lancer officiellement sa campagne à la Maison Blanche. « Il faut les trois pour reconstruire un pays. »

Bloomberg, qui qualifie le président américain Donald Trump de « menace », se présente comme la triple menace nécessaire pour faire tomber le chef de l’État américain. Mais certains de ses atouts perceptibles pourraient jouer contre lui, tandis que certains des éléments négatifs pourraient jouer en sa faveur.

Il est juif

Plus : Bloomberg est peut-être le candidat juif à la présidence que les électeurs juifs attendent. Bernie Sanders inspire peut-être les progressistes juifs, mais il tient compagnie aux gens qui envoient des drapeaux rouges aux Juifs pro-israéliens. L’autre candidate juive dans la course, Marianne Williamson, est tout juste présente dans les sondages.

Le milliardaire apparaît comme un instantané de ce que les sondages auprès des électeurs juifs suggèrent comme étant représentatif d’une bonne partie de la population : socialement de gauche et conventionnellement pro-Israël. Pendant la guerre de Gaza en 2014, Bloomberg a contesté l’interdiction de vol décidée par Israël après que des roquettes se sont écrasées près de l’aéroport Ben-Gurion. En 2011, il a ajouté une aile de cinq étages au poste de secours du Magen David Adom à Jérusalem. En 2003, il a financé l’agrandissement du Centre hospitalier universitaire Hadassah, qui porte le nom de sa mère. En septembre dernier, il a lancé Hazira, un programme d’innovation pour valoriser les villes israéliennes.

Si Bloomberg est désigné comme candidat, la Coalition juive républicaine, espérant présenter les démocrates comme anti-Israël, devra peut-être trouver beaucoup plus que les 10 millions de dollars prévus dans son budget pour la campagne présidentielle de 2020.

Moins : Ce qui a été passionnant pour les Juifs à propos de l’apparition de Joe Lieberman en 2000 en tant que candidat démocrate à la vice-présidence, c’est sa judéité sans complexe. Bloomberg ? Pas tant que ça.

Ce qui a empêché Bloomberg de se présenter dans le passé, c’est qu’il doutait que les Américains votent pour un « milliardaire juif petit et divorcé ». Ce doute, ainsi que le fait que Bloomberg céda à son ex-femme et éleva ses filles dans la religion anglicane, pourraient être un facteur pour certains électeurs juifs. Pourquoi faire preuve de fierté juive envers un candidat qui n’est pas fier d’être Juif ?

Le maire de New York, Michael Bloomberg, (debout au podium), prend la parole lors du petit-déjeuner législatif du conseil de la communauté juive de Borough Park, le dimanche 18 octobre 2009, dans la section Borough Park du quartier de Brooklyn, à New York, en présence de l’ancien maire Rudy Giuliani, (assis à droite). (AP Photo/Tina Fineberg)

Il y a aussi le facteur antisémitisme. Bloomberg est assez facilement mis dans le même panier que d’autres croque-mitaines juifs milliardaires dépeints par certains à droite comme cherchant à rendre le pays moins américain, un thème évoqué par le comédien Fred Armisen, qui a incarné l’ancien maire ce week-end dans l’émission satirique « Saturday Night Live ».

« J’aimerais voir les partisans de Trump élaborer une théorie du complot au sujet d’un milliardaire juif qui a sa propre société de médias », a-t-il dit. « Bonne chance pour que ça marche. »

Il est milliardaire

Moins : Les électeurs des primaires démocrates n’apprécieront peut-être pas qu’un milliardaire new-yorkais se présente pour remplacer un milliardaire new-yorkais. Un fait qui ne plaît certainement pas à Sanders.

« Je suis dégoûté par l’idée que Michael Bloomberg ou tout autre milliardaire pense pouvoir contourner le processus politique et dépenser des dizaines de millions de dollars pour acheter nos élections », a déclaré le sénateur juif du Vermont dans un communiqué après qu’il a été rapporté que Bloomberg avait déjà dépensé plus de 30 millions de dollars en publicité télévisée. « C’est le dernier exemple d’un système politique truqué que nous allons changer quand nous serons à la Maison Blanche. »

Bloomberg ne se désengage pas non plus de Bloomberg LP, l’entreprise privée tentaculaire qui fournit des outils de données financières, une plateforme de négociation d’actions et exploite divers médias, dont des réseaux de télévision et de radio et deux magazines. Cela pourrait l’exposer aux types de conflit d’intérêts qui ont empoisonné Trump, qui a également refusé de se départir de son entreprise. Le service de presse de Bloomberg s’est déjà engagé à ne pas enquêter sur lui (ou sur ses rivaux démocrates).

Plus : Dans la mesure où l’attrait de Trump pour les électeurs était basé sur son succès perceptible, son rival démocrate est plus riche – 17 fois plus riche. Et contrairement à Trump, Bloomberg n’a jamais mené aucune de ses sociétés à la faillite.

Il a également fait don d’une partie importante de sa fortune. L’an dernier, il a donné 1,8 milliard de dollars à son ancienne université Johns-Hopkins, pour de l’aide financière aux étudiants – considéré comme le plus gros don jamais fait à un établissement d’enseignement supérieur. En 2014, lorsqu’il a été choisi pour recevoir le premier prix Genesis d’un million de dollars – le prix Nobel juif – il a établi la norme pour les futurs lauréats en le remettant à des organismes de bienfaisance.

Sur cette photo du jeudi 22 mai 2014, l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, (troisième à gauche), rit avec sa compagne Diana Taylor et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, (deuxième à gauche), et son épouse Sarah, alors qu’ils écoutent l’humoriste Jay Leno, qui présente le prix Genesis à Jérusalem. Bloomberg a reçu le premier prix Genesis d’une valeur d’un million de dollars qu’il a remis à la philanthropie du prix Genesis afin de remettre 100 000 $ à chacun des dix lauréats sélectionnés par le Groupe Genesis. (AP Photo/Jim Hollander, Pool)

Il a fallu forcer Trump à donner un million de dollars qu’il avait promis à un organisme de bienfaisance d’anciens combattants et, ce mois-ci, il a versé près de 2 millions de dollars à des organismes de bienfaisance à titre de pénalité après avoir perdu un procès pour avoir mal utilisé sa fondation personnelle.

Chaque « Town For Gun Safety », que Bloomberg a fondé et finance en grande partie, donne des brûlures d’estomac à la National Rifle Association. La NRA, qui a jadis éliminé les défenseurs du contrôle des armes à feu comme des moucherons, a publié sur Twitter une image du milliardaire apparaissant devant le bâtiment de l’exécutif avec une légende l’accusant de vouloir « acheter la Maison Blanche ».

C’est un maire élu à trois reprises

Plus : Bloomberg a hérité d’un déficit quand il a succédé à Rudy Giuliani, aujourd’hui avocat personnel de Trump, à la mairie de New York et a rendu les clés de la ville avec un solde créditeur 12 ans plus tard. Il en a dirigé la reconstruction après les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Et c’est un modéré qui gouverne au centre. Dans sa publicité de campagne inaugurale, M. Bloomberg a fait remarquer que quiconque aimait son assurance-maladie pouvait la conserver – la seule position de fond qu’il avait adoptée dans sa publicité et une réplique explicite à Sanders et à la sénatrice Elizabeth Warren, (représentante démocrate du Massachusetts), qui ont promis de mettre fin à l’assurance maladie privée.

Moins : Hillary Clinton a visé le centre en 2016 tandis que Trump a séduit la base, et a remporté la victoire, même si le vote populaire n’a pas été à la hauteur. Bloomberg a également des passifs, en particulier la politique de « stop-and-frisk » [interpellation et fouille] de New York sous son gouvernement qui l’a rendu impopulaire auprès des Afro-Américains, dont la participation est considérée comme essentielle pour remporter la présidence l’année prochaine. La semaine dernière, il s’est excusé pour cette politique lors d’une visite dans une église fréquentée par cette communauté.

Des manifestants brandissent des pancartes lors d’une marche silencieuse pour mettre fin au programme « stop-and-frisk » à New York, le dimanche 17 juin 2012. (AP Photo/Seth Wenig)

Il est abrupt

Plus : Lors de la convention nationale du Parti démocrate de 2016, Bloomberg est apparu comme un incendiaire, l’un des rares parmi les candidats lors d’un événement remarquable par son manque d’éclat. Il a réduit Trump en pièces d’une manière qui pourrait faire hésiter le président à rencontrer Bloomberg dans le cadre d’un débat.

« Trump dit qu’il veut diriger la nation comme il dirige ses affaires, » avait-il ainsi lancé. « Que Dieu nous vienne en aide. Je suis un New-Yorkais, et les New-Yorkais savent reconnaître un escroc quand on en voit un ! » La foule a adoré.

Moins : Il adopte cette attitude implacable non seulement à l’égard de ses rivaux politiques, mais à l’égard de tout le monde. Bloomberg a présenté ses excuses au cours des dernières semaines aux femmes qu’il emploie et qu’il a verbalement maltraitées au fil des ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...