Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

La justice argentine accuse l’Iran des attentats de Buenos Aires de 1992 et 1994 contre la communauté juive

La décision de la Chambre fédérale de cassation pénale II désigne également le groupe terroriste chiite du Hezbollah comme auteur de l'attentat, déclare l'Iran "Etat terroriste" et qualifie l'attentat contre l'AMIA de "crime contre l'humanité"

Des proches des victimes d’un attentat à la bombe au centre communautaire juif de l'AMIA, qui a tué 85 personnes et en a blessé 300, brandissent des photos lors du 28e anniversaire de la tragédie, à Buenos Aires, en Argentine, le 18 juillet 2022. (Crédit : Luis ROBAYO / AFP)
Des proches des victimes d’un attentat à la bombe au centre communautaire juif de l'AMIA, qui a tué 85 personnes et en a blessé 300, brandissent des photos lors du 28e anniversaire de la tragédie, à Buenos Aires, en Argentine, le 18 juillet 2022. (Crédit : Luis ROBAYO / AFP)

La justice argentine a estimé jeudi que les attentats contre l’ambassade d’Israël en 1992 et la mutuelle israélienne AMIA en 1994 à Buenos Aires avaient été commandités par l’Iran, dans une décision jugée « historique » par la communauté juive locale, selon la presse et des sources judiciaires

La décision de la Chambre fédérale de cassation pénale II désigne également le groupe terroriste chiite du Hezbollah comme auteur de l’attentat, déclare l’Iran « Etat terroriste » et qualifie l’attentat contre l’AMIA de « crime contre l’humanité ».

« Le Hezbollah a mené une opération qui répondait à un dessein politique, idéologique, révolutionnaire et sous le mandat d’un gouvernement, d’un Etat », a déclaré à Radio Con Vos, en se référant à l’Iran, le juge Carlos Mahiques, l’un des trois magistrats qui ont rendu la décision.

Deux attentats ont visé la communauté juive d’Argentine à Buenos Aires, en 1992 contre l’ambassade d’Israël (29 morts) et en 1994 contre le bâtiment de l’Association mutuelle israélo-argentine (AMIA) (85 morts), pire attentat de l’histoire du pays.

Des pompiers et des secouristes fouillent les débris après une attaque terroriste contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, en Argentine, le 17 mars 1992. (Crédit : Don Rypka/AP)

Le prononcement des juges intervient dans le cadre d’une procédure parallèle aux attentats proprement dit, à la suite de recours pour condamnations pour entrave à l’enquête, de la part d’un juge, et d’un ancien chef des renseignements.

Les juges établissent néanmoins que la motivation des deux attentats, bien que multiple, répondait à la politique étrangère du président péroniste (libéral) de l’époque, Carlos Menem (1989-1999).

Un homme marchant sur les décombres après l’explosion d’une bombe à l’Argentine Israelite Mutual Association (AMIA) à Buenos Aires, en Argentine, le 18 juillet 1994. (Crédit : Ali Burafi/AFP)

« Ils trouvent leur origine principalement dans la décision unilatérale du gouvernement, motivée par un changement dans la politique extérieure de notre pays entre la fin 1991 et mi-1992, d’annuler trois contrats de fourniture de matériel et de technologie nucléaires conclus avec l’Iran », indique un jugement parallèle, consulté par l’AFP, qui passe en revue des irrégularités commises au cours de l’enquête.

Le jugement « est historique, unique en Argentine, on ne le devait pas seulement à l’Argentine : on le devait aux victimes », a estimé Jorge Knoblovitz, président de la délégation des associations israélites argentines, à la télévision LN+.

En outre, il « ouvre la possibilité d’une plainte auprès de la Cour pénale internationale car il a été clairement établi que l’Etat iranien est un Etat terroriste », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.