La Ligue arabe dénonce les propos de Netanyahu sur le Golan
Rechercher

La Ligue arabe dénonce les propos de Netanyahu sur le Golan

Le Golan israélien "est une menace permanente pour la paix et la sécurité de la région et du monde," selon l'organisation panarabe

Nabil al-Arabi (Crédit : AFP PHOTO/YASSER AL-ZAYYAT)
Nabil al-Arabi (Crédit : AFP PHOTO/YASSER AL-ZAYYAT)

Le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a dénoncé lundi une « nouvelle escalade » israélienne après les propos du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a proclamé que la partie annexée du Golan « restera pour toujours dans les mains d’Israël« .

L’Etat hébreu a conquis depuis la guerre des Six Jours de juin 1967 1 200 km² du plateau du Golan, au nord-est d’Israël, dont l’annexion en 1981 n’a jamais été reconnue par la communauté internationale, alors que les quelque 510 km² restants sont sous contrôle syrien.

Les déclarations de Netanyahu constituent « une nouvelle escalade, et représentent une violation flagrante des principes du droit international », a affirmé dans un communiqué al-Arabi, secrétaire général de la Ligue arabe.

Il a réitéré la position de l’institution panarabe basée au Caire, pour qui « la poursuite de l’occupation israélienne du Golan arabe syrien est une menace permanente pour la paix et la sécurité de la région et du monde ».

Selon les médias israéliens, Netanyahu redoute qu’Israël soit soumis à des pressions pour un éventuel retrait du Golan en cas d’accord sur l’avenir de la Syrie en guerre, au moment où se tiennent à Genève des négociations entre régime et opposition.

« Il est temps que la communauté internationale reconnaisse la réalité, il est temps qu’après 50 ans elle reconnaisse enfin que le Golan restera à jamais sous souveraineté israélienne », affirmait dimanche Netanyahu. « Quoi qu’il se passe de l’autre côté [en Syrie], la frontière ne bougera pas ».

L’ambassadeur de la Syrie à l’ONU, Bachar al-Jaafari, a qualifié de « provocation » la tenue du Conseil de ministres israélien sur le plateau du Golan, pour la première fois depuis son occupation par Israël. Celui-ci a aussi indiqué qu’il n’y avait aucun doute qu’Israël travaillait avec l’État islamique.

Le représentant permanent syrien aux Nations Unies Bachar al-Jaafari (d) arrive pour les négociations à Genève, le 11 février 2014 (Crédit : AFP Philippe Desmazes)
Le représentant permanent syrien aux Nations Unies Bachar al-Jaafari (d) arrive pour les négociations à Genève, le 11 février 2014 (Crédit : AFP Philippe Desmazes)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...