La nouvelle flottille de Gaza approche de la côte
Rechercher

La nouvelle flottille de Gaza approche de la côte

Un activiste palestinien a annoncé sur Twitter que des navires israéliens tiraient des coups de semonce en l’air à l’approche du bateau, mais l’armée n’a pas confirmé cette déclaration

Des Palestiniens montrent leur solidarité avec une flottille pour Gaza de militantes internationales qui tentent de briser le blocus israélien sur la bande de Gaza, au port de Gaza Ville, le 5 octobre 2016. (Crédit : AFP/Mohammed Abed)
Des Palestiniens montrent leur solidarité avec une flottille pour Gaza de militantes internationales qui tentent de briser le blocus israélien sur la bande de Gaza, au port de Gaza Ville, le 5 octobre 2016. (Crédit : AFP/Mohammed Abed)

Le « bateau des femmes » Zaytouna-Oliva qui s’est fixé pour objectif de briser le blocus de Gaza a franchi mercredi matin la ligne des 100 milles sans être arraisonné par Israël avant d’atteindre l’enclave palestinienne, a indiqué une porte-parole.

Les organisateurs avaient déclaré espérer atteindre la bande de Gaza dans la journée de mercredi, mais craignaient que l’armée ne tente de les arrêter quand il serait à environ 100 milles nautiques du territoire palestinien.

C’est généralement passé la ligne des 100 milles que les bateaux peuvent s’attendre à être interceptés par la marine israélienne comme cela a été le cas dans le passé.

« Le Zaytouna-Oliva a franchi la barre fatidique des 100 milles (nautiques) et tout se passe bien », a affirmé Claude Léostic, jointe par téléphone. Le bateau se trouvait en début d’après-midi à 60 milles des côtes de la bande de Gaza.

Des médias israéliens ont affirmé, citant des responsables sous couvert de l’anonymat, que l’Etat hébreu n’autoriserait pas le bateau à accoster et qu’il serait intercepté puis escorté jusqu’au port israélien d’Ashdod, frontalier de Gaza, comme en juin 2015.

Un activiste palestinien a annoncé sur Twitter que des navires israéliens tiraient des coups de semonce à l’approche du bateau, mais l’armée n’a pas confirmé cette déclaration.

Le Zaytouna-Oliva a levé les voiles à Barcelone en septembre.

Surnommée « la Flottille des femmes pour Gaza », elle fait partie de la plus large Coalition de la flottille de la liberté qui est constituée de bateaux pro-palestiniens qui cherchent régulièrement à atteindre Gaza pour tenter de briser le blocus.

Depuis 2008, plusieurs expéditions civiles ont tenté, à chaque fois en vain, de forcer le blocus de ce territoire miné par la pauvreté et le chômage. L’épisode le plus marquant reste celui de la flottille de 2010 quand un assaut israélien s’était soldé par la mort de dix citoyens turcs à bord du Mavi Marmara.

Le Mavi Marmara, navire turc participant à la flottille pour Gaza, visant à briser le blocus maritime imposé par Israël, en mai 2010. (Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)
Le Mavi Marmara, navire turc participant à la flottille pour Gaza, visant à briser le blocus maritime imposé par Israël, en mai 2010. (Crédit : CC BY Free Gaza Mouvement/Flickr)

« Les femmes à bord du bateau ont vu des lumières qui les ont suivies vers quatre heures du matin », et ont supposé qu’il s’agissait de la marine israélienne, a rapporté Claude Léostic.

Mais, en fin de matinée, aucun signal ou injonction n’avait été envoyé par les autorités israéliennes, a-t-elle dit.

Une quinzaine de femmes, dont le prix Nobel de la Paix Mairead Maguire, se trouvent à bord du Zaytouna-Oliva.

Les accords d’Oslo, signés entre Israéliens et Palestiniens en 1993, autorisent les Gazaouis à naviguer, notamment pour la pêche, jusqu’à 20 milles des côtes. Cette distance s’est largement réduite au fil des guerres.

A Gaza, des militants s’apprêtaient à célébrer l’arrivée du bateau. Des scouts et des groupes de musique se préparaient à des festivités dans l’après-midi sur le port de Gaza.

Des photos montraient plusieurs personnes avec des ballons, et au moins un drapeau norvégien, au port de Gaza Ville.

Des bateaux devaient également sortir en mer dans la limite des six milles au-delà desquels la marine israélienne lance régulièrement des tirs de sommation, voire ouvre le feu sur des bateaux, ou arrête des pêcheurs.

Le blocus israélien, terrestre, maritime et aérien, se double au sud du territoire d’un blocus égyptien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...