La « Palestine » va demander à devenir membre à part entière de l’ONU
Rechercher

La « Palestine » va demander à devenir membre à part entière de l’ONU

Malgré une tentative vouée à l'échec en raison du veto US, l'envoyé israélien attaque Ramallah pour "politiques destructrices qui ont encouragé les récentes attaques terroristes"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des Palestiniens agitent leur drapeau national lors d'un rassemblement à Ramallah, le 29 novembre 2012, pour soutenir la candidature du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à la reconnaissance du statut d'État par l'ONU. (Issam Rimawi/Flash90)
Des Palestiniens agitent leur drapeau national lors d'un rassemblement à Ramallah, le 29 novembre 2012, pour soutenir la candidature du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à la reconnaissance du statut d'État par l'ONU. (Issam Rimawi/Flash90)

L’Autorité palestinienne (AP) a l’intention de présenter une demande d’adhésion à part entière à l’Organisation des Nations Unies, ce qui a peu de chances d’aboutir en raison de l’opposition des États-Unis et d’autres pays.

Le ministre des Affaires étrangères de l’AP, Riyad al-Malki, a annoncé mercredi dans une interview son intention de demander au Conseil de sécurité de l’ONU de procéder à un vote sur cette question le mois prochain.

Au moins neuf pays devraient voter en faveur de l’octroi à la Palestine du statut de membre à part entière, et même là, l’un des cinq membres permanents du Conseil pourrait opposer son veto à la résolution.

Le vote devrait avoir lieu le 15 janvier dans le cadre du débat trimestriel du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen Orient.

Même si la candidature palestinienne n’a pratiquement aucune chance d’aboutir, Israël s’est engagé à la combattre.

« Nous nous apprêtons à empêcher cette initiative », a déclaré l’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Danny Danon, déclarant que sa délégation collaborera avec l’administration américaine sur cette question.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon durant une brève conférence de presse avant une réunion du conseil de sécurité au siège de l’ONU, à New York, le 24 juillet 2018 (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

« Alors même qu’elle continue de payer chaque mois des salaires aux terroristes, d’encourager la violence et de mener une campagne d’incitation sans relâche contre Israël, l’AP a l’audace de demander au Conseil de sécurité de la reconnaître comme un État membre à part entière des Nations unies », a déclaré M. Danon dans un communiqué.

« Au lieu de se concentrer sur la construction d’un avenir meilleur et plus prometteur pour les Palestiniens et d’aider à assurer la stabilité dans la région, les dirigeants palestiniens poursuivent leurs politiques destructrices qui ont encouragé les récentes attaques terroristes.

On ne sait pas encore si Danon, ancien député et ministre du Likud, le parti au pouvoir en Israël, sera toujours l’envoyé du pays auprès de l’ONU au moment du vote prévu. Il envisagerait de quitter son poste pour se présenter aux primaires du Likud, qui se tiendront début février, avant les élections nationales du 9 avril.

Mercredi, Danon a démenti les informations selon lesquelles il aurait déjà remis sa démission.

« Après qu’une décision aura été prise à la Knesset, il annoncera ses intentions », a déclaré un porte-parole au Times of Israel. La Knesset a voté la dissolution de la Knesset mercredi soir, mais Danon n’a toujours pas formellement déclaré s’il restera à New York jusqu’à la fin de son mandat à l’été 2019 ou s’il rentrera en Israël pour se lancer en politique.

Le Président de l’AP Mahmoud Abbas à Ramallah, le 16 septembre 2011. Abbas venait d’annoncer qu’il demanderait au Conseil de sécurité d’accepter les Palestiniens comme membres à part entière de l’ONU (AP Photo/Majdi Mohammed)

La dernière fois que les Palestiniens ont demandé à devenir membres à part entière de l’ONU, c’était en 2011. Ensuite, le Comité d’admission des nouveaux membres du Conseil de sécurité s’est penché sur la question, notamment sur la question de savoir si la « Palestine » remplit les critères les plus généralement reconnus pour être un État.

A l’époque, le comité, composé de délégués de tous les membres du Conseil de sécurité, n’a pas été en mesure de prendre une décision unanime et a recommandé, comme « étape intermédiaire », que l’Assemblée générale des Nations Unies confère à la Palestine le statut d’Etat observateur.

Puisqu’il s’est avéré que la demande palestinienne n’obtiendrait pas le oui requis d’au moins neuf membres, la demande n’a jamais été soumise au vote. Au contraire, le 29 novembre 2012, l’Assemblée générale, où il n’y a pas de veto, a voté à une écrasante majorité pour accorder le statut d’État non membre à la Palestine.

La demande d’adhésion à part entière actuellement prévue semble vouée à l’échec car les Etats-Unis risquent d’opposer leur veto au cas où ils obtiendraient le soutien nécessaire – qui est loin d’être garanti – de neuf pays du Conseil de sécurité. Le 1er janvier, le conseil change de composition en faveur d’Israël. La Suède et la Bolivie, ardentes partisanes des Palestiniens, sont remplacées par l’Allemagne et la République dominicaine, deux nations considérées beaucoup plus amicales pour Israël sur la scène internationale.

Le 1er janvier, l’“Etat de Palestine” prendra officiellement la présidence du Groupe des 77 et de la Chine, le plus grand bloc de pays en développement de l’ONU, qui bénéficie de droits et privilèges supplémentaires.

En octobre, l’Assemblée générale a voté à une écrasante majorité pour permettre temporairement aux délégués de la Palestine de coparrainer des propositions et des amendements, de faire des déclarations et de présenter des motions de procédure.

L’ambassadeur palestinien aux Nations unies Riyad Mansour s’exprime à l’Assemblée générale de l’ONU, le 16 octobre 2018. (Crédit : UN webtv)

Ils auront ces droits supplémentaires pour la durée de la présidence du G-77 par l’État de Palestine, un consortium composé de 134 pays qui s’exprime souvent d’une seule voix à l’Assemblée générale. Au total, 146 États ont voté en faveur de la résolution A/73/L.5, alors que seulement trois pays – les États-Unis, Israël et l’Australie – s’y sont opposés. Quinze pays se sont abstenus.

Après le vote, plusieurs Etats européens ont déclaré que leur vote « oui » ne devait pas être interprété comme une reconnaissance du statut d’Etat palestinien. Il s’agit plutôt de garantir le succès de la présidence palestinienne du Groupe des 77, ont déclaré les envoyés de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Royaume-Uni dans leurs remarques respectives.

Ils se sont également félicités du fait que la prorogation des privilèges de la Palestine était limitée dans le temps.

Le G77 a été fondé en 1964 avec 77 pays, dont l’Égypte, l’Arabie saoudite, le Brésil, la Thaïlande et l’Inde. Au fil des ans, il s’est élargi pour inclure des pays comme l’Afrique du Sud, le Qatar, Cuba, la Bosnie-Herzégovine, Singapour et l’Angola. Il représente aujourd’hui près des trois quarts des États membres de l’ONU et environ 80 % de la population mondiale avec 134 pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...