La police évacue un groupe de manifestants près de la résidence de Netanyahu
Rechercher

La police évacue un groupe de manifestants près de la résidence de Netanyahu

Selon les organisateurs, deux manifestants ont été légèrement blessés ce dimanche matin ; la police a été arrêté l'un d'eux pour trouble à l'ordre public et possession d'un couteau

Des manifestants tentent d'empêcher des fonctionnaires municipaux de confisquer du matériel provenant du campement anti-Netanyahu dans le parc de l'Indépendance, à Jérusalem, le 9 août 2020. (Capture d'écran/Kan)
Des manifestants tentent d'empêcher des fonctionnaires municipaux de confisquer du matériel provenant du campement anti-Netanyahu dans le parc de l'Indépendance, à Jérusalem, le 9 août 2020. (Capture d'écran/Kan)

Dimanche, la police et les services municipaux ont fait face à des manifestants alors qu’ils dégageaient pour la cinquième fois un site de protestation situé à proximité de la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ce campement s’inscrit dans le cadre des manifestations « drapeau noir » contre la corruption qui se poursuivent contre Netanyahu, jugé dans une série d’affaires de corruption et qui fait en outre l’objet de critiques pour la manière dont son gouvernement gère la pandémie de coronavirus.

Les manifestants ont déclaré que les agents se sont emparés de force du matériel et ont affronté une cinquantaine de personnes qui avaient passé la nuit au campement, y compris des familles avec des enfants, a rapporté le quotidien Haaretz.

Selon les organisateurs, deux manifestants ont été légèrement blessés lors des affrontements.

La police a déclaré qu’une personne avait été arrêtée pour trouble à l’ordre public et possession d’un couteau.

« Ce matin, la police a assuré la protection des employés de la municipalité de Jérusalem lors de l’évacuation d’un campement de tentes dans la zone du Parc de l’Indépendance à Jérusalem », a déclaré la police dans un communiqué. « Pendant l’évacuation, plusieurs personnes ont commencé à essayer de bloquer la rue Agron, mais les policiers les ont évacuées de la rue. »

La municipalité a déclaré dans un communiqué que les manifestants avaient été évacués du parc parce qu’ils se comportaient « d’une manière qui portait atteinte à l’ordre public dans le centre de Jérusalem et dans le parc de l’Indépendance ».

La police de Jérusalem évacue des manifestants qui avaient installé un campement contre le Premier ministre Benjamin Netanyahou au Parc de l’Indépendence, à Jérusalem, le 29 juillet 2020. (Autorisation : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon Haaretz, la municipalité a déclaré la semaine dernière qu’elle réserverait une zone du parc pour que les manifestants y installent leurs tentes, mais les responsables de la ville affirment que les manifestants ont continué à camper en dehors de la zone désignée.

La Cour suprême a approuvé les protestations en cours près de la résidence officielle du Premier ministre dans le quartier de Rehavia à Jérusalem, ce qui a provoqué la colère de certains résidents locaux qui ont demandé à la Cour de les interdire, affirmant qu’elles perturbaient leur vie quotidienne.

Le mois dernier, les députés de l’opposition ont déclaré que le démantèlement d’un campement dans la rue devant la résidence du Premier ministre était une tentative du Premier ministre pour étouffer les critiques.

Amir Ohana, allié de Netanyahu et ministre de la Sécurité publique, a été enregistré le mois dernier, faisant pression sur les policiers pour qu’ils renforcent la répression contre les manifestants, disant qu’ils « envahissent les trottoirs avec des sacs de couchage et des matelas ».

Les campements font partie du mouvement « drapeau noir » qui a organisé des manifestations samedi soir contre Netanyahu dans le cadre des protestations en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...