La police interroge deux personnes au sujet des menaces reçues par Mandelblit
Rechercher

La police interroge deux personnes au sujet des menaces reçues par Mandelblit

L'avocat d'une suspecte affirme que sa cliente a formulé des "critiques légitimes" ; Moshe Yaalon incrimine les "messagers" de Netanyahu

Le procureur général Avichai Mandelblit donne une conférence de presse au ministère de la Justice à Jérusalem, annonçant sa décision de faire juger le premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, escroquerie et abus de confiance dans trois affaires de corruption, le 21 novembre 2019. (Hadas Parush/FLASH90)
Le procureur général Avichai Mandelblit donne une conférence de presse au ministère de la Justice à Jérusalem, annonçant sa décision de faire juger le premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, escroquerie et abus de confiance dans trois affaires de corruption, le 21 novembre 2019. (Hadas Parush/FLASH90)

Deux personnes ont été interrogées jeudi par la police en rapport avec des menaces de mort et d’autres messages de harcèlement envoyés au procureur général Avichai Mandelblit, qui se trouve sous le feu des critiques pour avoir mis en examen le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les deux individus ont été entendus par l’unité Lahav 433.

Un avocat représentant l’une des suspectes a expliqué que sa cliente s’était livrée à une critique légitime du procureur général.

« La police aux mains sales tente de faire taire les critiques légitimes. Ma cliente n’a pas menacé ou harcelé Mandelblit – elle a demandé aux citoyens de le contacter et de lui demander des réponses. Une personne au pouvoir comme Mandelblit doit donner des réponses à la population », a déclaré Yitzchak Bam à la chaîne publique Kan.

Mandelblit a déposé mercredi une plainte auprès de la police concernant ces menaces.

Gantz : les menaces contre Mandelblit sont un « franchissement dangereux de la ligne ».

Le président de Kakhol lavan, Benny Gantz, a tweeté que les menaces contre le procureur général Avichai Mandelblit « représentent un dangereux franchissement de ligne » et s’est dit certain que la police s’occupera de l’affaire.

« Dans le gouvernement que nous allons former, j’ai l’intention de soutenir tous les serviteurs de la fonction publique. Nous veillerons à ce qu’ils soient protégés et à ce que l’État de droit soit maintenu. Critiques – oui, incitations et menaces – non ».

Yaalon affirme que les attaques contre Mandelblit viennent « des émissaires de Netanyahu ».

Moshe Yaalon donne une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 mars 2020. (Elad Gutman/Kakhol lavan)

En réponse aux récentes menaces de mort contre le procureur général, Moshe Yaalon du parti Yesh Atid-Telem a affirmé que ces attaques avaient pour origine les messagers du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Il n’est pas clair s’il prétend que les menaces de mort elles-mêmes proviennent de collaborateurs du Premier ministre.

« Nous nous sommes habitués à entendre que le procureur général était attaqué », a-t-il dénoncé à l’antenne de la radio de l’armée. « Il est évident que cela vient des messagers de Netanyahu ».

Il a ajouté : « Je connais les gens qui attaquent Mandelblit. Celui qui les encourage est Netanyahu ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...