Mandelblit, visé par des menaces, porte plainte
Rechercher

Mandelblit, visé par des menaces, porte plainte

Le ministère de la Justice a déclaré que les messages menaçants visant le procureur général s'inscrivent dans une campagne liée à des manifestations prévues contre lui

Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à un événement à l'hôtel Dan à Jérusalem, le 6 février 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à un événement à l'hôtel Dan à Jérusalem, le 6 février 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit, qui a mis en examen le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une série d’affaires de corruption, a porté plainte à la police mercredi après avoir reçu des menaces de mort et autres messages de harcèlement.

Un communiqué du ministère de la Justice indique que Mandelblit a fourni aux enquêteurs de police des témoignages et que les messages, envoyés pour la plupart sur le téléphone portable du procureur général ces dernières 24 heures, semblaient s’inscrire dans le cadre d’une campagne organisée.

« Ce harcèlement, qui semble être coordonné, s’est poursuivi durant la nuit et le matin. Il est constitué de menaces, de railleries et de provocations », rapporte le communiqué.

Le ministère n’a pas précisé qui pourrait en être à l’origine.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Mandelblit a reçu notamment des messages dans lesquels on peut lire : « Vous et votre famille allez mourir » ; « Vous devriez vous tuer » et « Nous vous trouverons, vous et vos enfants », ainsi qu’une photo de lui en uniforme nazi, selon les Douzième et Treizième chaînes. Il aurait également reçu une vidéo d’un cercueil.

Des sympathisants du Premier ministre Benjamin Netanyahu manifestent près du domicile du procureur général Avichai Mandelblit à Petah Tikva, le 29 octobre 2019. (Flash90)

Selon le reportage, les autorités pensent que ces messages sont liés à une manifestation prévue près du domicile de Mandelblit, à Petah Tikva, contre sa décision de mettre en examen Netanyahu dans trois affaires de corruption.

Le procès de Netanyahu, qui nie toute malversation, doit débuter le 24 mai.

Mandelblit a été critiqué ces derniers mois par les sympathisants du Premier ministre pour les mises en examen prononcées l’an dernier, que Netanyahu décrit comme une « tentative de putsch » orchestré par les médias, l’opposition, la police et le ministère public, conduite par Mandelblit.

La police avait déjà enquêté sur des actes de harcèlement visant le procureur, et en 2018, la tombe de son père avait été profanée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...