La police recommande de clôturer l’investigation sur Silvan Shalom
Rechercher

La police recommande de clôturer l’investigation sur Silvan Shalom

Des allégations de harcèlement sexuel ne seront pas vérifiées après qu’aucune des 13 femmes ayant porté des accusations ne portent officiellement plainte

Silvan Shalom, le 17 mai 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Silvan Shalom, le 17 mai 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

La police devrait recommander que l’enquête pour harcèlement sexuel contre l’ancien ministre du Likud Silvan Shalom soit clôturée, après le refus de toutes les femmes liées à l’affaire de porter officiellement plainte contre le politicien, a annoncé mardi la Dixième chaîne.

La police aurait fait des efforts ces dernières semaines pour convaincre les femmes qui ont accusé Shalom de harcèlement sexuel de porter plainte contre lui, mais toutes ont refusé. La police ne peut pas enquêter sur l’ancien ministre s’il n’y a pas de plainte officielle.

Le procureur de l’Etat tiendra une réunion sur l’affaire Shalom dans les prochaines semaines, où l’avenir de l’affaire sera décidé.

Shalom avait démissionné de ses postes de ministre de l’Intérieur et de vice-Premier ministre le 20 décembre à la suite des accusations, citant la souffrance que le scandale causait à sa famille. L’on ne sait pas s’il cherchera à rejoindre le gouvernement si le cas devait être clos.

Le nombre de femmes qui s’étaient initialement plaintes de Shalom avant sa démission aurait été de 13.

Il n’a pas été précisé pourquoi aucune de ces 13 femmes n’a souhaité porté plainte. Mais une femme avait déclaré à Ynet en décembre qu’elle ne souhaitait pas vivre l’épreuve vécue par les femmes ayant porté plainte contre des politiciens dans le passé.

« La pensée [de porter plainte] ne m’a jamais traversé l’esprit, parce que j’ai vu ce qui est arrivé à d’autres plaignantes… c’est un homme très, très puissant. C’est un homme de réseau, un homme qui peut nuire à mes futures opportunités d’emploi », a-t-elle déclaré.

Lundi, le bureau du procureur du district de Tel Aviv a annoncé qu’il avait cessé l’enquête sur l’ancien député Yinon Magal, qui avait démissionné de la Knesset en novembre pendant un tourbillon d’accusations de harcèlement sexuel et d’actes indécents contre des femmes, après que la police a annoncé qu’elle n’avait pas assez de preuve pour recommander une inculpation.

De manière similaire à Shalom, aucune des femmes qui avaient accusé le député n’ a accepté de porter plainte officiellement contre lui.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...