La police recommande d’inculper le député Likud David Bitan pour corruption
Rechercher

La police recommande d’inculper le député Likud David Bitan pour corruption

Après 2 ans d'enquête, l'unité anti-corruption dit avoir la preuve que le député et confident de Netanyahu a accordé des faveurs politiques en échange d'argent

Le député Likud David Bitan assiste à une réunion de la commission centrale électorale à la Knesset, le 5 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le député Likud David Bitan assiste à une réunion de la commission centrale électorale à la Knesset, le 5 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

La police a recommandé jeudi que le député Likud et ancien président de la coalition David Bitan soit inculpé de multiples charges de corruption, notamment de pots-de-vin, fraude et blanchiment d’argent.

Dans un communiqué, la police a déclaré que leur enquête de deux ans avait fourni suffisamment de preuves pour accuser le principal allié du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir accepté de l’argent en échange de faveurs politiques alors qu’il était député et maire-adjoint de Rishon Lezion.

Bitan figure à la 24e de la liste du Likud pour les élections d’avril, et comme le parti au pouvoir devrait remporter une trentaine de sièges, il devrait conserver son siège à la Knesset.

Le député de 58 ans a démissionné de son rôle de « whip » de la coalition en 2017 après que la police a annoncé qu’elle enquêtait sur lui pour des affaires de corruption. Il était néanmoins resté à son poste à la Knesset.

Il est accusé d’avoir reçu des pots-de-vin de son associé Moshe Yosef et de l’homme d’affaires Dror Glazer, alors qu’il était maire-adjoint de Rishon Lezion, la quatrième ville d’Israël, puis membre de la Knesset. Les deux hommes ont témoigné contre lui.

Le maire-adjoint de Tel Aviv, Arnon Giladi, et le maire de Rishon Lezion à l’époque, Dov Zur, sont également soupçonnés d’être impliqués dans ce système de pots-de-vin, ayant opéré entre 2011 et 2017.

Dov Zur, maire de Rishon Lezion, arrive devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion pour la prolongation de sa suspension provisoire, le 7 décembre 2017. (Avi Dishi / Flash90)

Dans le communiqué de jeudi, la police a déclaré que les enquêteurs de son unité anti-corruption Lahav 433 ont interrogé plus de 300 témoins, fouillé des douzaines d’endroits en Israël et examiné quelque 700 pages de documents saisis chez Bitan.

Elle a déclaré qu’elle avait obtenu des informations détaillées sur la manière dont les pots-de-vin et les transferts d’argent présumés avaient lieu, à la lumière du témoignage de Yosef, qui possède un magasin de meubles où Bitan aurait reçu l’argent.

Le communiqué indique que Bitan a favorisé les intérêts de la société de construction Danya Cebus en approuvant des transactions immobilières à Rishon Lezion en échange d’un paiement en espèces de 430 000 shekels (107 500 euros). La somme versée devait permettre à Danya Cebus de remporter un appel d’offres municipal pour la construction d’une station-service à la périphérie de la ville, ainsi que l’approbation d’un autre projet de construction en dehors de Jérusalem sur la route 38.

Le magasin Metzada à Rishon Lezion. (Crédit : capture d’écran Google Maps)

Les enquêteurs de Lahav ont également déclaré avoir découvert des preuves que Bitan et Giladi avaient accepté un pot-de-vin de 385 000 shekels pour obtenir des permis de construire pour trois projets immobiliers à Tel Aviv. Une partie de l’argent du pot-de-vin aurait été transférée à Bitan en utilisant de fausses factures.

L’enquête, surnommée Affaire 1803, a vu l’arrestation d’un certain nombre de suspects, dont des fonctionnaires de la ville de Rishon Lezion, des hommes d’affaires locaux et des membres du crime organisé.

Bitan a nié toute malversation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...