Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

La Pride de Jérusalem maintenue, pour les otages et les droits des LGBTQ

La bannière "Born to be Free" symbolise la lutte pour la libération des otages détenus depuis le 7 octobre et pour les droits des gays - "la liberté et une vie sûre pour tous"

Des participants à la 21e marche annuelle des fiertés à Jérusalem, le 1er juin 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
Des participants à la 21e marche annuelle des fiertés à Jérusalem, le 1er juin 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

Cette année, la parade des Fiertés et de la tolérance de Jérusalem se déroulera sous le signe de « Born to be Free » (Né pour être libre), associant un appel à la libération des 132 otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas et d’autres groupes terroristes dans la bande de Gaza à son habituel rassemblement en faveur des droits des LGBTQ.

Contrairement à Tel Aviv, qui a annulé sa célèbre Gay Pride en raison de la guerre en cours, la Jerusalem Open House for Pride and Tolerance a annoncé qu’elle maintiendrait sa traditionnelle marche prévue pour le 30 mai.

L’événement est organisé en coopération avec le Forum des familles d’otages et de disparus, la principale organisation représentant les familles de captifs.

« Ce slogan commun symbolise les valeurs fondamentales de la lutte pour le retour des otages et de la marche des Fiertés et de la Tolérance, à savoir la revendication de la liberté et d’une vie sûre pour tous », ont indiqué les organisateurs dans un communiqué publié ce jeudi.

La marche suivra son itinéraire habituel dans la capitale, du Liberty Bell Park au parc de l’Indépendance. Toutefois, les participants auront pour consigne de ne pas diffuser de musique. Des drapeaux jaunes, symbole de soutien aux otages, viendront s’ajouter aux drapeaux de fierté habituels.

« La Jerusalem Open House a placé les victimes du 7 octobre au premier plan de sa mobilisation cette année, et je suis touché par leur soutien à notre combat », a indiqué Tom Barkai, responsable de la section de Jérusalem du Forum des familles d’otages et de disparus, dans le communiqué de presse.

Un rassemblement final dans le parc accueillera les familles et les proches des otages, les représentants des familles endeuillées et les communautés déplacées par la guerre.

Des artistes se produiront lors de cet événement « afin d’apporter espoir et réconfort en ces jours sombres ».

Un garde de la police des frontières israélienne montant la garde alors que des personnes drapées de drapeaux arc-en-ciel défilant lors de la 21e édition du défilé annuel de la Gay Pride de Jérusalem, le 1er juin 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

« Cette année, nous avons le devoir moral de nous tenir aux côtés des familles des otages, tout comme il est au cœur de notre engagement de lutter pour nos droits – la liberté, la sécurité et la liberté », a déclaré Nilli Maderer, responsable de la Jerusalem Open House. « Compte tenu de la douleur de ces derniers mois, ce défilé prend une signification double : nous appelons à une liberté et une égalité totales en Israël, pour tous ceux qui ne peuvent pas vivre une vie libre et pleine ».

Parmi les participants à la marche, le fan club de l’équipe de football Hapoel Jerusalem demandera la libération de Hersh Goldberg-Polin, un supporter engagé de l’équipe, selon le communiqué de presse.

Hersh Goldberg-Polin a été capturé par des terroristes du Hamas lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reim le 7 octobre 2023. (Crédit : Rachel Goldberg)

Contrastant fortement avec la convivialité du défilé débridé de Tel Aviv, la marche lourdement sécurisée de Jérusalem est généralement considérée à la fois comme une célébration des Fiertés et une sorte de protestation contre les forces fondamentalistes religieuses intolérantes de la ville très religieuse, qui cherchent à proscrire les droits des LGBTQ. En 2015, le défilé a été le théâtre d’une attaque meurtrière perpétrée par un ultra-orthodoxe armé d’un couteau.

« Le lien avec le Forum des familles d’otages et de disparus est naturel et nécessaire, car ils se battent pour les mêmes valeurs que nous défendons depuis plus de vingt ans : le caractère sacré de la vie, les droits humains et le droit de chaque personne à être libre », a expliqué Jonathan Valfer, président de la Jerusalem Open House.

Depuis que la guerre a éclaté le 7 octobre avec le massacre perpétré par le Hamas dans le sud d’Israël, de nombreuses célébrations publiques se sont déroulées sur un mode plus discret en raison de la guerre et par égard pour les otages toujours détenus à Gaza.

132 T-shirts représentant 132 otages à Gaza sont exposés devant la résidence du président à Jérusalem le 14 mai 2024. (Crédit : Igal Slavin)

128 otages enlevés par le Hamas le 7 octobre dernier se trouveraient encore à Gaza – pas tous en vie. 105 civils ont été libérés des mains du Hamas lors d’une trêve d’une semaine fin novembre, et quatre autres otages avaient été libérées auparavant. Trois otages ont été secourus par des troupes, vivants, et les dépouilles de 12 otages ont également été retrouvées, dont trois qui ont été tués par erreur par l’armée.

L’armée israélienne a confirmé la mort de 38 des otages encore détenus par le Hamas, citant de nouveaux renseignements et de nouvelles preuves obtenus par les troupes opérant dans la bande de Gaza.

Le Hamas détient également les corps des soldats de Tsahal tombés au combat, Oron Shaul et Hadar Goldin, depuis 2014, ainsi que de deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient tous deux en vie après être entrés dans la bande de leur propre chef, respectivement en 2014 et 2015.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.