Rechercher

La sécurisation de la résidence de Bennett aurait coûté plus de 45 M de shekels

Les voisins du Premier ministre affirment que leur qualité de vie a été considérablement affectée par les mesures de sécurité qui durent depuis plus de 8 mois

L'un des trois murs métalliques fermant les rues menant au domicile du Premier ministre à Ra'anana, le 13 janvier 2022. (Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
L'un des trois murs métalliques fermant les rues menant au domicile du Premier ministre à Ra'anana, le 13 janvier 2022. (Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Les travaux de conversion de la maison de Raanana du Premier ministre Naftali Bennett en sa résidence officielle se chiffrent déjà à des dizaines de millions de shekels, et les habitants du quartier ont déploré le fait que ces mesures de sécurité ont nui à leur qualité de vie.

Les résidents affirment que les problèmes qu’ils rencontrent émanent de deux sources principales : les mesures mises en œuvre pour assurer la sécurité du Premier ministre et la gestion, par la police, des manifestants qui viennent régulièrement dans le secteur.

Arik Twill, qui vit juste en face de la maison de Bennett avec sa femme Limor et leurs cinq enfants, a déclaré qu’il y a trois mois, l’un des entrepreneurs travaillant sur le site lui avait dit que le projet avait déjà coûté 45 millions de shekels (12,5 millions d’euros), a rapporté la Douzième chaîne, vendredi.

Rien que les sanitaires qui ont été installés pour les ouvriers coûtent 5 000 shekels par semaine, a-t-il déclaré, affirmant en outre que le personnel est logé dans des appartements en location pour un cout de 30 000 shekels par mois.

Les images montrent que les dispositifs sont allées bien au-delà de l’établissement d’un poste de garde à l’extérieur de la maison de la famille Bennett. On peut y voir des machines d’excavation pour creuser les fondations des structures de sécurité supplémentaires qui permettront à la résidence officielle de garantir la sécurité du premier ministre.

Parmi les fortifications mises en place pour protéger le Premier ministre, trois barrages routiers distincts sous forme de murs métalliques gris d’une hauteur de plusieurs mètres. Ces murs sont flanqués d’un poste de commandement et protégés par des pylônes en métal circulaires, qui ont été enfoncés dans la route, prêts à s’élever pour bloquer les véhicules qui se présentent.

Selon la Douzième chaîne, alors que les Premiers ministres précédents disposaient d’un dispositif de sécurité spécial dans leurs maisons privées, dans le cas de Bennett, les travaux ont été d’une ampleur bien plus importante pour convertir le site en une résidence officielle du Premier ministre, avec un gardien, une sécurité et du personnel.

Le Premier ministre Naftali Bennett, sa femme Gilat et leurs quatre enfants à la Knesset, le 13 juin 2021. (Crédit : Naftali Bennett/Instagram)

Pourtant, en août 2023, dans moins de 18 mois, Bennett devrait laisser le poste de Premier ministre au ministre des Affaires étrangères Yair Lapid dans le cadre de leur accord de coalition.

Twill a déclaré qu’au début, les voisins pensaient que les travaux seraient terminés en quelques mois seulement.

« Mais ça continue encore et encore », a-t-il dit.

Banderole en hébreu, disant « Bennett à Balfour », sur une maison derrière un mur de sécurité à Ra’anana, le 13 janvier 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Limor Twill a déclaré qu’il y avait de fréquentes coupures Internet et que les dispositifs d’entrée et de sortie de la rue changeaient constamment.

Le portail métallique se referme à toute heure du jour et de la nuit, les réveillant, a-t-elle déclaré. Entrer et sortir de la rue prend un temps « astronomique » lorsqu’il faut attendre que la porte s’ouvre, a-t-elle déclaré.

« En tant que mère, ce qui me dérange le plus, c’est que mes enfants ont peur de sortir. », a déclaré Limor, notant que ses enfants adolescents sont interrogés par les agents de sécurité à chaque sortie de leur domicile.

« Au nom de quoi m’imposez-vous cette impression d’être en danger, chez moi? » a questionné Twill.

Arik Twill a noté que Bennett avait décidé de vivre à Raanana à la demande de sa femme, qui souhaitait que leurs enfants puissent continuer leur vie et leur scolarité dans la ville.

« Mais qu’en est-il de mes enfants ?», a-t-il demandé.

Il a suggéré que Bennett, ayant constaté l’ampleur des mesures nécessaires pour sécuriser sa maison au cours des derniers mois, aurait dû arrêter le projet et trouver une autre solution.

A LIRE : À Raanana, toujours pas de solution pour le ‘Balfour’ de Bennett

Limor a déclaré que la famille Bennett aurait pu déménager dans l’un des quartiers plus calmes dans la périphérie de Raanana, où l’impact aurait été moins perceptible.

Ohad Shalom, président du comité de quartier, a rejeté la déclaration de Bennett selon laquelle il se serait entretenu avec les habitants.

« Ce n’est pas vrai », a-t-il dit. « Il n’a parlé avec aucun des voisins. »

Alors que Bennett reste à Raanana, des travaux sont également en cours pour rénover et moderniser la résidence officielle du Premier ministre sur la rue Balfour à Jérusalem. Les travaux y ont déjà coûté 35 millions de shekels, a rapporté la Douzième chaîne.

Le bureau de Bennett a déclaré que « jusqu’à ce que la rénovation de la résidence Balfour soit terminée, la maison du Premier ministre à Raanana a été déclarée résidence officielle », et a noté que la décision avait été approuvée par le procureur général de l’époque, Avichai Mandeblit.

Le bureau a refusé de fournir des chiffres officiels sur les dépenses à ce jour et a insisté sur le fait que tout le travail effectué était lié à la sécurité, selon la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...