Rechercher

La série Netflix « The Club » offre un portrait des Juifs turcs qui brise les tabous

La nouvelle série donne une vision nuancée de la vie et des coutumes juives locales, dépassant enfin les stéréotypes typiques des productions locales

Ilker Kiliç (à gauche) dans le rôle de Mordo, et Asude Kalebek dans celui de Raşel dans 'The Club'. (Crédit : Netflix/via JTA)
Ilker Kiliç (à gauche) dans le rôle de Mordo, et Asude Kalebek dans celui de Raşel dans 'The Club'. (Crédit : Netflix/via JTA)

ISTANBUL (JTA) – Les cinéastes israéliens ont donné à Netflix plusieurs grands succès ces dernières années, en grande partie axés sur les difficultés des Juifs ashkénazes orthodoxes. La dernière série à succès sur une communauté juive est très différente.

« The Club » est un drame turc sur une famille sépharade dans l’Istanbul des années 1950, qui est en train de remodeler la représentation des quelque 15 000 Juifs vivant actuellement en Turquie et d’offrir au public une fenêtre sur un coin sous-exploré du monde juif.

Le premier épisode de « The Club » (traduit de « Kulüp »), qui a débuté sur Netflix le 5 novembre, commence par une prière de Shabbat en hébreu et se termine par un chant en ladino. Puis, la série ne fait que davantage plonger dans la sphère intime en tissant dans son intrigue les subtilités de l’observance juive et la lutte permanente de l’État turc entre acceptation des minorités et assimilation.

Qu’il s’agisse des règles du Shabbat, de la tradition consistant à embrasser une mezuzah en entrant dans une pièce ou des scènes tournées dans les synagogues turques, de nombreux Juifs turcs ont trouvé dans cette série une révélation, – surtout que généralement les personnages juifs issus des productions turques sont plutôt réduits à des stéréotypes.

Le turc est la langue principale de la série, mais il y a du ladino – la langue historique des juifs séfarades, un mélange d’espagnol médiéval, d’hébreu et d’araméen, ainsi que de turc, de grec, d’arabe et d’autres langues – dans chaque épisode.

« Les Juifs étaient tout simplement heureux de se voir », a déclaré Eli Haligua, rédacteur en chef de l’agence de presse juive turque Avlaremoz, à la Jewish Telegraphic Agency.

Les Juifs ne sont pas les seuls à regarder la série, qui est devenue populaire dans une grande partie de la société turque.

Si la série peut parfois être alambiquée et sa fin décevante, sa véritable force réside dans sa description du monde des minorités turques. Les noms des personnages le montrent clairement : il y a Agop (Arménien), Yanni, Tasula et Niko (Grecs) et, bien sûr, Matilda, Davit, Raşel et Mordo (Juifs sépharades).

Une grande partie de « The Club » se déroule dans le quartier stambouliote de Galata, familièrement appelé Kula, un site qui évoque un fort sentiment de nostalgie pour les Juifs turcs. Aujourd’hui, c’est l’une des plus grandes attractions touristiques d’Istanbul, grâce à sa tour éponyme, mais à l’époque où la série se déroule, le quartier abritait une communauté juive importante et soudée, où l’on avait autant de chances d’entendre du ladino dans ses rues et ruelles tortueuses que du grec ou du turc.

Pour parfaire le décor, les producteurs de la série ont fait appel à de nombreux locuteurs ladino éminents de la communauté juive turque, notamment l’acteur de théâtre Izzet Bana, l’actrice Forti Barokas et Karen Şarhon, également actrice et rédactrice en chef du dernier magazine en langue ladino, El Ameneser. Elles et plusieurs autres membres de la communauté juive d’Istanbul ont joué des petits rôles dans la série.

« J’ai vu dans la série cinq ou sept personnes que je connais en personne », a déclaré Haligua. « Alors bien sûr, je me suis identifiée à l’histoire ».

Située dans les années 1950, l’intrigue suit Matilda (jouée par Gökçe Bahadir), une femme juive sépharade qui vient d’être libérée de prison, sa fille Raşel (prononcée Rashel, et jouée par Asude Kalebek) et les autres travailleurs de la boîte de nuit, le Club Istanbul, où Matilda se retrouve à travailler.

Gökçe Bahadir dans le rôle de Matilda Aseo dans « The Club ». (Crédit : Mehmet Ali Gök/Netflix/ via JTA)

Lorsque le spectateur rencontre Matilda pour la première fois, elle est en prison pour un meurtre commis à l’adolescence. L’identité de la victime et son mobile ne sont pas clairs au départ, mais à mesure qu’un mystère est révélé, un autre est introduit.

Des thèmes juifs apparaissent tout au long de la pièce. Un premier conflit oppose Matilda à son principal homologue, le brutal Çelebi (prononcé Chelebi et joué par Firat Taniş), lorsque ce dernier l’oblige à travailler jusqu’au début de Shabbat lors de sa première semaine au club. « Ah, ce jour où vous autres ne touchez même pas à un interrupteur », dit Çelebi avec suffisance avant d’éteindre la lumière, laissant Matilda travailler dans le noir.

Des épisodes plus tard, la véritable histoire de Çelebi est révélée au milieu d’une fête de Pourim, et rapidement suivie d’un monologue habilement livré par Bana, un vétéran du théâtre ladino.

« Tu dois savoir ce qu’est Pourim, Matilda », dit Haymi, le personnage de Bana. « C’est la fête des contradictions, la révélation de ce qui était caché. »

Cette série de six épisodes n’est pas la première expérience de la réalisatrice Zeynep Günay Tan avec le public juif. L’un de ses précédents projets, « La Mariée d’Istanbul », a connu un très grand succès en Israël, où les feuilletons turcs sont devenus de plus en plus populaires ces dernières années.

Depuis le printemps arabe, il y a dix ans, l’industrie cinématographique et télévisuelle de la Turquie a remplacé celle de l’Égypte comme la plus importante et la plus influente du monde musulman. Mais même si la Turquie compte une population juive importante, contrairement à l’Égypte, ce changement ne s’est pas traduit par une représentation significative.

« Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avions entendu que les noms de ces personnes à la télévision turque : Le marchand de textile Nedim, le prêteur sur gages Solomon, l’agent du Mossad Moshe, l’homme d’affaires juif Mison, etc », a écrit Gabi Behiri, un juif né à Istanbul, sur Twitter en turc la semaine dernière. « En d’autres termes, un Juif uniforme et généralisé a été montré aux personnes vivant en Turquie, en utilisant tous les tropes antisémites connus. »

En revanche, « The Club » présente ses personnages juifs, riches et pauvres, sous un jour plutôt sympathique.

« L’une des principales choses dont les gens étaient vraiment contents, c’est que les personnages juifs n’étaient pas montrés comme étant mauvais ou comme une sorte d’usurier », a déclaré Haligua. « C’était l’une des premières fois que toutes les minorités et les personnes non musulmanes étaient représentées, non pas comme le mal, ou l’ennemi, mais en fait comme des victimes de la politique de turquification », ou la pratique de l’assimilation forcée qui a caractérisé une grande partie de l’histoire turque.

« C’était en quelque sorte une étape importante », a-t-il ajouté. « Et pas seulement pour le peuple juif, mais aussi pour le peuple arménien et le peuple grec ».

Le spectacle s’attaque à un autre tabou de l’histoire turque : Il se déroule au lendemain de l’infâme impôt sur la fortune des années 1940 et du pogrom d’Istanbul de 1955.

L’impôt sur la fortune, ou Varlik Vergisi, était une politique de la République turque instituée en 1942. Son objectif déclaré était de financer une armée permanente au cas où la Turquie serait envahie par les nazis ou l’Union soviétique. En réalité, l’objectif s’est avéré être un transfert de richesse des minorités non musulmanes, qui occupaient une place prépondérante dans les classes marchandes de Turquie, vers la majorité musulmane.

Ainsi, alors que les musulmans étaient taxés à un taux inférieur à 5 % sur la valeur de leurs biens immobiliers, les Juifs et les Grecs voyaient leur taux dépasser largement les 100 %. Les Arméniens sont les plus durement touchés, avec des taux supérieurs à 200 %. Pour beaucoup, cela dépassait toute leur richesse, et ceux qui ne pouvaient pas payer dans les 15 jours étaient envoyés dans des camps de travail près de la ville d’Aşkale, dans l’est de la Turquie. Au moins 1 000 personnes y ont été et des dizaines d’entre elles ont fini par mourir au travail.

La loi a détruit le bien-être financier et la sécurité de nombreuses communautés minoritaires de Turquie, accélérant l’exode des Juifs turcs.

Près de la moitié de la population juive turque a quitté le pays entre 1948 et 1951, après la création de l’État d’Israël. Le pogrom d’Istanbul de 1955, qui visait principalement la population grecque mais touchait également les Juifs et les Arméniens, a également poussé des milliers d’autres personnes à émigrer.

Le pogrom a été incité par le gouvernement du Premier ministre turc de l’époque, Adnan Menderes, et son parti démocrate au pouvoir. Au cours des 6 et 7 septembre 1955, des milliers d’émeutiers qui avaient été transportés par camion dans la ville ont été rendus frénétiques par de fausses informations selon lesquelles des nationalistes grecs avaient bombardé les consulats turcs en Grèce et la maison d’enfance du père fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Ataturk, à Thessalonique. Pendant neuf heures, ils ont assailli les quartiers grecs – souvent situés à proximité des quartiers juifs et arméniens – tuant plus d’une douzaine de personnes et endommageant des milliers de biens, dont 73 églises, deux monastères et une synagogue.

Menderes sera chassé du pouvoir en 1960 par un coup d’État militaire.

Dans « The Club », le spectateur apprend rapidement que c’est l’impôt sur la fortune qui a détruit la famille autrefois heureuse de Matilda, envoyant son frère et son père à Aşkale pour y travailler jusqu’à la mort.

Cette histoire est connue de la plupart des Juifs turcs, mais pas en dehors de la communauté, car le sujet est resté quasiment intouchable dans le discours public turc pendant près de huit décennies.

« Les gens n’avaient aucune idée de ce qu’était l’impôt sur la fortune », explique Betsy Penso, une autre femme juive née à Istanbul et rédactrice pour Avlaremoz, qui vit actuellement en Israël. « Nous essayons d’expliquer cela à nos amis et même eux ne parviennent pas à le comprendre car ce n’est jamais enseigné dans les écoles. »

Grâce à « The Club » et à son succès en Turquie, cela pourrait enfin changer. Avlaremoz a souvent écrit sur la taxe et son impact, dont une série d’articles sur le sujet ce printemps. Depuis la sortie de la série, Mme Penso a déclaré que le site avait connu un afflux de nouveaux lecteurs.

« Cela fait au moins cinq ans que nous parlons de l’impôt sur la fortune, mais nous ne pouvions toucher que les personnes déjà réellement intéressées », a déclaré Penso. « Maintenant, les gens qui n’avaient aucune idée, ou qui n’étaient pas intéressés, font leurs propres recherches. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...