Rechercher

La Suisse déménage son bureau de coopération de Jérusalem-Est à Ramallah

La mission rejoindra ainsi les locaux du bureau de représentation de la Suisse auprès de l’Autorité palestinienne

Le bureau de représentation de la Suisse auprès de l’Autorité palestinienne à Ramallah. (Crédit : Département fédéral des affaires étrangères suisse)
Le bureau de représentation de la Suisse auprès de l’Autorité palestinienne à Ramallah. (Crédit : Département fédéral des affaires étrangères suisse)

La Suisse a annoncé la semaine dernière déménager son bureau de coopération de Jérusalem-Est à Ramallah, une information confirmée par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

La mission rejoindra ainsi les locaux du bureau de représentation de la Suisse auprès de l’Autorité palestinienne (AP) à Ramallah.

La date de ce déménagement n’a pas encore été fixée, mais devrait survenir dans seulement plusieurs mois, a rapporté le groupe RTS.

Ce bureau de la Direction du développement et de la coopération (DDC), ouvert depuis 1994, est dédié aux Palestiniens de Jérusalem-Est. Selon les autorités israéliennes, il « ne respectait pas la convention de Vienne sur les relations diplomatiques », a rapporté la RTS.

En octobre, un ancien haut responsable de la Direction du développement et de la coopération avait indiqué à la RTS qu’une telle décision serait « grave », signifiant que « la Suisse reconnaît l’annexion de Jérusalem par Israël ».

Suite à des critiques venues de la gauche, estimant que la Suisse cédait ainsi à une pression d’Israël, le DFEA a émis un communiqué indiquant que « l’emplacement d’un bureau de coopération, que ce soit à Jérusalem-Est ou à Ramallah, n’affecte pas la position de la Suisse sur le conflit au Proche-Orient ».

« La Suisse considère que Jérusalem-Est est un territoire occupé au sens du droit international humanitaire. Le statut final de Jérusalem – notamment en tant que capitale des deux États – devra être négocié entre les parties », indique le texte.

« L’emplacement du bureau n’a également aucune conséquence sur son engagement tant sur les causes que sur les conséquences du conflit au travers de son Programme de coopération sur le Proche-Orient 2021-2024 », a ajouté le porte-parole.

La Suisse a reconnu l’État d’Israël en 1949. « 70 ans plus tard, les relations sont bonnes et diversifiées », indiquait le département des Affaires étrangères suisse en 2019.

En 2015, la Suisse avait annoncé son intention d’acheter six drones israéliens, pour un montant de 230 millions d’euros.

Cet achat avait suscité de vives critiques de la part de l’opposition suisse.

Selon un expert suisse, bien que l’entente entre les deux pays soit avérée, la coopération militaire est aujourd’hui limitée. Cette collaboration prospérait entre les années 1960 et 1980.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...