Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

La vieille dame et le « regard glaçant » du Dr Mengele

Lidia Maksymowicz, ancienne cobaye du médecin d'Auschwitz Josef Mengele, publie "La petite fille qui ne savait pas haïr"

Lidia Maksymowicz, 82 ans, survivante polonaise de la Shoah, passée par le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, à Paris, le 1er février 2023. (Crédit : Joël SAGET / AFP)
Lidia Maksymowicz, 82 ans, survivante polonaise de la Shoah, passée par le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, à Paris, le 1er février 2023. (Crédit : Joël SAGET / AFP)

« Mengele avait une apparence agréable, mais il était complètement dépourvu de sentiments humains » : Lidia Maksymowicz, une de ses anciennes cobayes, a encore en 2023 des « flashes » du médecin d’Auschwitz Josef Mengele, qu’elle relate dans un livre avec l’éclairage de travaux d’historiens.

Cette Polonaise d’origine biélorusse est venue témoigner le 1er février au Mémorial de la Shoah à Paris, à 82 ans, à l’occasion de la sortie en janvier de ce livre traduit en français, devant un public majoritairement jeune, qui souvent n’a même pas ou à peine connu le XXe siècle.

Elle est arrivée à trois ans au camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, dans les bras de sa mère prisonnière politique, en décembre 1943.

À cet âge-là, « nous étions incapables de travailler, mais on pouvait mener de pseudo-expériences scientifiques sur nous », raconte-t-elle à l’assistance dans un auditorium, traduite par une interprète.

Josef Mengele, 32 ans alors, chercheur en génétique, avait été affecté cette année-là dans ce camp. Il y avait vu une chance de se procurer des cobayes humains, qui subirent sous sa supervision des traitements atroces, en dehors de toute préoccupation éthique.

« Pardonner » ?

Le livre témoignage, La petite fille qui ne savait pas haïr (éditions Michel Lafon), a été rédigé avec un journaliste italien, Paolo Rodari.

En mai 2021, voyant le pape François embrasser le tatouage de cette survivante d’Auschwitz, ce vaticaniste se met en tête de lui faire raconter son histoire, via une interprète là encore. En italien, le récit sort en janvier 2022, puis il a été traduit en polonais, espagnol, anglais et portugais.

En français, le hasard veut qu’en même temps que celui de Lidia Maksymowicz soit republié le récit d’une autre survivante, Les jumelles de Mengele par Eva Mozes Kor (éditions Armand Colin). Cette Juive roumaine est décédée en 2019.

Josef Mengele est quant à lui mort en fuite au Brésil en 1979, sans avoir jamais dû répondre de ses crimes.

Les deux autrices ont pour point commun d’insister sur leur absence de haine contre le Dr Mengele. Les mots d’Eva Mozes Kor ont même fait débat, là où elle écrit qu’une femme lui a demandé si elle envisageait de « pardonner ».

« La question m’a d’abord interloquée, mais je lui ai ensuite promis que je le ferais : en effet, j’avais aussi le pouvoir de pardonner à l’Ange de la mort », explique-t-elle dans son ouvrage.

« J’ai choisi de ne pas cultiver la haine et la vengeance », écrit pour sa part Lidia Maksymowicz.

Le célèbre médecin nazi Josef Mengele, encore jeune docteur, et la « rampe » du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau en mai 1944, quand Mengele choisissait parfois des prisonniers pour la vie, la mort ou l’expérimentation. (Crédit : Domaine public)

« Regard glaçant »

Quand on lui demande comment elle peut garder des souvenirs alors qu’elle était si jeune à Auschwitz-Birkenau, elle parle de « flashes », comme les fois où « l’instinct de l’enfant nous a indiqué de nous cacher sous les couchettes, pour ne pas être vus par le Dr Mengele ».

Pour savoir ce qu’elle a vécu exactement, elle a consulté les travaux des historiens.

« On nous prélevait du sang. (…) On testait également sur nous des vaccins (…) On instillait dans nos yeux une solution censée changer la couleur de nos yeux en bleu », énumère-t-elle au Mémorial de la Shoah.

Dans le livre, elle explique n’avoir gardé aucun souvenir des traits du célèbre nazi, mais de ses « bottes bien cirées » et de « son regard glaçant ».

Le jour approche où plus personne ne pourra dire l’avoir vu à l’œuvre à Auschwitz.

« Actuellement, on a l’impression que les gens sont plutôt indifférents à ce qui s’est passé. Donc tant que j’ai la santé, tant que j’ai la force, je veux témoigner pour qu’il n’y ait pas d’indifférence », souligne-t-elle, interrogée par l’AFP avant de donner sa conférence.

La vieille dame s’y est présentée avec une peluche de Mickey dans les bras. Elle a expliqué qu’elle la rapportait de Disneyland, où elle s’était rendue pour faire plaisir à l’enfant en elle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.