Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

L’Academy Museum of Motion Pictures va (re)modifier son expo sur les fondateurs juifs

"C'est la seule section du musée qui vilipende ceux qu'elle prétend célébrer", ont déploré 300 Juifs de l'industrie au sujet de "Hollywoodland", inaugurée le 19 mai à Los Angeles

Une vue de la carte topographique à l'intérieur de l'exposition « Hollywoodland ». (Crédit : Josh White, JWPictures/Academy Museum Foundation, via JTA)
Une vue de la carte topographique à l'intérieur de l'exposition « Hollywoodland ». (Crédit : Josh White, JWPictures/Academy Museum Foundation, via JTA)

JTA – Une exposition sur les Juifs à Hollywood qui a été inaugurée à l’Academy Museum of Motion Pictures de Los Angeles à la suite d’un tollé de critiques juifs est maintenant modifiée – à la suite d’un autre tollé de critiques juifs.

Le musée a ouvert sa toute première exposition permanente, une plongée en profondeur sur les pionniers juifs qui ont jeté les bases d’Hollywood, le 19 mai. « Hollywoodland : Jewish Founders and the Making of a Movie Capital » (« Hollywoodland : Les fondateurs juifs et la création d’une capitale du cinéma ») a été lancée deux ans et demi après l’ouverture du musée sans l’histoire des débuts juifs de l’industrie.

Conçue comme une réponse aux critiques qui dénonçaient l’exclusion des Juifs du musée, l’exposition met en lumière les frères Warner, Louis B. Mayer, Adolph Zukor et d’autres géants juifs du cinéma. Mais aujourd’hui, elle s’est attirée les foudres des critiques pour avoir présenté certains de ces personnages sous un jour négatif.

« Nous souhaitons exprimer notre extrême déception et notre frustration à l’égard de l’exposition du Musée de l’Académie sur les fondateurs juifs », peut-on lire dans une lettre ouverte signée par plus de 300 professionnels de l’industrie. En utilisant les mots « tyran », « oppresseur », « coureur de jupons », « prédateur », « offensant », « oppression raciale », « népotisme » et « préjugés », c’est la seule section du musée qui vilipende ceux qu’elle est censée célébrer.

La déclaration reconnaît « l’intérêt de confronter le passé problématique d’Hollywood », mais continue en accusant le musée de créer un « méprisable double standard ».

Blâmer uniquement les Juifs pour ce passé problématique est inacceptable et, que ce soit intentionnel ou non, antisémite », dit la lettre, avant d’appeler le musée à “refaire complètement cette exposition”.

L’extérieur de l’Academy Museum of Motion Pictures, à Los Angeles, le 21 septembre 2021. (Crédit : Richard Shotwell/Invision/AP)

La lettre a été organisée par United Jewish Writers, une coalition qui s’est formée peu après l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, alors que les syndicats d’Hollywood étaient divisés sur la question de savoir s’il fallait publier des déclarations condamnant l’attaque et soutenant Israël, et comment le faire. Le groupe avait déjà organisé une lettre ouverte pour réfuter le discours du réalisateur de « La zone d’intérêt », Jonathan Glazer, qui avait critiqué Israël lors de la cérémonie des Oscars.

La nouvelle lettre demandait aux signataires de ne pas la publier sur les réseaux sociaux et n’indiquait pas qui l’avait signée. Selon le New York Times, les signataires comprennent Casey Wasserman, l’acteur David Schwimmer et la scénariste Amy Sherman-Palladino.

« Il ne s’agit pas d’un parti pris inconscient, mais d’un parti pris conscient », a déclaré au New York Times le producteur Lawrence Bender, qui a signé la lettre. « On a l’impression qu’il s’agit d’une hache de guerre contre les Juifs. »

Cette lettre fait suite à des critiques de plus en plus nombreuses – relayées par les médias locaux TheWrap et Los Angeles Magazine – depuis le lancement de l’exposition, notamment de la part de la réalisatrice israélo-américaine Alma Harel, qui a démissionné du comité d’inclusion du musée après avoir visité l’exposition.

Lundi, le musée a annoncé qu’il apportait des modifications en réponse à ces déclarations.

« Nous avons entendu les préoccupations des membres de la communauté juive concernant certains éléments de notre exposition », indique le communiqué, publié avant l’arrivée de la lettre de l’association United Jewish Writers. « Nous prenons ces préoccupations au sérieux et nous nous engageons à apporter des modifications à l’exposition pour y répondre. »

Une première série de changements non spécifiés sera effectuée « immédiatement », précise le communiqué, ajoutant que ces changements « nous permettront de raconter ces histoires importantes sans utiliser des formulations qui pourraient involontairement renforcer les stéréotypes ».

Le musée a également indiqué qu’il convoquerait un groupe consultatif composé « d’experts des principaux musées axés sur la communauté juive, les droits civiques et l’histoire d’autres groupes marginalisés pour nous conseiller sur des questions complexes concernant le contexte et tout ajout nécessaire à la narration de l’exposition ».

Avant l’ouverture de l’exposition « Hollywoodland », Jacqueline Stewart, qui était jusqu’au mois dernier directrice et présidente du musée, avait déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que les réactions de la communauté avaient joué un rôle dans la construction de l’exposition. (Son départ était prévu avant l’ouverture de l’exposition).

« J’ai vraiment le sentiment que nous sommes en mesure de présenter cette exposition aujourd’hui d’une manière qui est meilleure que si nous avions essayé de raconter l’histoire au moment de l’ouverture », a déclaré Stewart lors d’une présentation à la presse. « Parce que nous comprenons mieux notre public. »

La nouvelle exposition a d’abord été saluée, y compris par ceux qui l’avaient critiquée pour avoir exclu les histoires juives. Mais les nouvelles critiques, formulées à une époque où l’inclusion des Juifs suscite une inquiétude extrême, n’ont pas tardé à fuser.

« L’exposition est une condamnation paresseuse et insidieuse des fondateurs d’Hollywood », a déclaré l’écrivain Patrick Moss au LA Magazine. « L’accent n’est pas mis sur les réalisations des fondateurs, mais sur leurs péchés. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.