L’ADL embauche une directrice technologique pour combattre le cyber-antisémitisme
Rechercher

L’ADL embauche une directrice technologique pour combattre le cyber-antisémitisme

L’avocate Brittan Heller, habituée aux procès contre les cybercrimes, combattra « toutes les formes de sectarisme sur Internet »

Photo d'illustration : un ordinateur (Crédit : Pexels)
Photo d'illustration : un ordinateur (Crédit : Pexels)

La Ligue Anti-Diffamation (ADL) a créé un poste dédié à la lutte contre l’antisémitisme et l’intolérance sur internet.

L’embauche de Brittan Heller, ancienne procureure spécialisée en cybercriminalité pour le département américain de la Justice et la Cour pénale internationale de La Haye, fait suite à la mise en place cette année par l’ADL d’un groupe de travail pour lutter contre le harcèlement en ligne des journalistes juifs.

Heller sera la première directrice de la technologie et de la société du groupe, a annoncé l’ADL lundi.

Du nord de la Californie, dans la Silicon Valley, Heller va travailler pour réduire la rhétorique haineuse sur Internet en collaboration avec des entreprises spécialisées en technologie, et avec les forces de l’ordre.

Brittan Heller, procureure spécialisée en cybercriminalité (Crédit : Ligue Anti-Diffamation via JTA)
Brittan Heller, procureure spécialisée en cybercriminalité (Crédit : Ligue Anti-Diffamation via JTA)

Heller, diplômée de la faculté de droit de Yale, a elle-même été victime de cyber-harcèlement. En 2009, elle et une autre étudiante de Yale ont poursuivi un groupe de commentateurs en ligne qui avait posté des commentaires sexuellement explicites à leur sujet sur un forum internet.

« Alors que l’utilisation des réseaux sociaux et la technologie pour marginaliser les juifs et les autres communautés augmente, le nouveau rôle de Brittan est d’être à la pointe de la lutte contre l’antisémitisme et toutes les formes de fanatisme », a déclaré le dirigeant de l’ADL, Jonathan Greenblatt, au sujet de l’embauche de Heller dans un communiqué.

L’ADL a créé le groupe de travail pour lutter contre le harcèlement antisémite et raciste des journalistes sur les plateformes de médias sociaux.

Cette campagne électorale a connu un certain nombre de cas très médiatisés de journalistes juifs harcelés par les partisans de Donald Trump, notamment en mai, quand la journaliste Julia Ioffe a été inondée de menaces de mort et d’insultes antisémites après avoir écrit un profil critique de l’épouse du candidat républicain, Melania.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...