L’ambassadeur américain rend hommage à Hadar Goldin lors des festivités du 4 juillet
Rechercher

L’ambassadeur américain rend hommage à Hadar Goldin lors des festivités du 4 juillet

David Friedman a organisé une réception dans sa résidence d'Herzliya à l'occasion de l'Indépendance des États-unis, et a salué les excellentes relations entre Israël et les États-Unis

L'ambassadeur américain David Friedman, à gauche, lors des des festivités de l'Indépendance des Etats-Unis, à la résidence de l'ambassadeur, à Herzilya Pituah le 3 juillet 2017. (Crédit : AFP / Heidi Levine)
L'ambassadeur américain David Friedman, à gauche, lors des des festivités de l'Indépendance des Etats-Unis, à la résidence de l'ambassadeur, à Herzilya Pituah le 3 juillet 2017. (Crédit : AFP / Heidi Levine)

L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a organisé sa première réception à l’occasion de l’Indépendance des États-Unis lundi soir, offrant aux responsables israéliens et aux convives un tapis rouge vers sa résidence dans la ville balnéaire d’Herzliya, au nord de TLV.

L’évènement, retransmis en direct sur Facebook, proposait des spectacles, des discours par Friedman et par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et un repas typiquement américain, composé de hamburgers, de pizza, de glaces, et un feu d’artifice.

Dans son discours face à 1 600 convives, pour célébrer le 24ème anniversaire de l’Indépendance américaine, le 4 juillet, Friedman a rendu hommage à Hadar Goldin – soldat de l’armée israélienne et citoyen américain, tué durant la guerre de Gaza en 2014, et dont la dépouille est retenue, avec celle d’un autre soldat, Oron Shaul, par les forces du Hamas – et à d’autres soldats israéliens et américains tombés au combat.

L’une des valeurs qui unit les États-Unis et Israël est « l’appréciation et le respect du sacrifice de ceux qui nous ont précédés », a déclaré Friedman, qui a également déclaré à l’assemblée que parmi les œuvres d’art qui ornent sa résidence, « il y a une magnifique peinture d’Hadar Goldin, dont les parents, présents ce soir, portent toujours le deuil non seulement de la perte de leur fils, mais du fait que sa dépouille n’a pas été récupérée ».

עכשיו: חוגגים עצמאות לארה״ב בשידור חי מביתו של שגריר ארה״ב דוד פרידמן. בתכנית: שטיח אדום, הופעות חיות, נאומים וזיקוקים. אחלו מזל טוב לאמריקה!LIVE now: Celebrating U.S. Independence live from the residence of U.S. Ambassador to Israel David Friedman. We'll have: a red carpet welcome, live performances, speeches and fireworks. Wish America a happy birthday!مباشر الآن: الاحتفال باستقلال الولايات المتحدة مباشر من منزل السفير الأمريكي لدى إسرائيل ديفيد فريدمان. سيكون لدينا: ترحيب السجادة الحمراء، العروض الحية ، خطابات والألعاب النارية. نتمنى لأمريكا عيد ميلاد سعيد!#July4Israel

Posted by U.S. Embassy Tel Aviv, Israel on Monday, 3 July 2017

Même si l’armée israélienne n’a pas pu mettre la main sur leurs corps, l’armée affirme que Goldin et Shaul ont été tués dans deux incidents distincts durant l’été 2014, dans la guerre qui a opposé le Hamas à Israël. Elle maintient que les dépouilles ont été saisies par le Hamas comme monnaie d’échange. Plusieurs négociations ont eu lieu ces dernières années pour tenter de récupérer les corps.

Les soldats israéliens Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (Crédit : Flash90)
Les soldats israéliens Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (Crédit : Flash90)

Dans son discours lundi, Friedman a déclaré : « prenons un moment pour rendre hommage à Hadar et à chaque soldat des forces armées américaines et à chaque soldat de l’armée israélienne qui ont fait le sacrifice ultime pour défendre leur nation. Nous ne sommes là que grâce à leur service, leur bravoure et leur sacrifice, nous leur sommes redevables à l’infini ».

Sur l’estrade, près de Netanyahu et de sa femme Sara, Friedman a également évoqué le souvenir de Yoni Netanyahu, le grand frère du Premier ministre. La date du 4 juillet marque le 41ème anniversaire de sa mort. Il a été tué en 1976, en dirigeant l’opération de secours pour sauver les Israéliens pris en otages par des terroristes à l’aéroport d’Entebbe, en Ouganda.

L'ambassadeur américain David Friedman, deuxième à partir de la gauche , à côté de sa femme Tammy, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme Sarah lors des des festivités de l'Indépendance des Etats-Unis, à la résidence de l'ambassadeur, à Herzilya Pituah le 3 juillet 2017. (Crédit : AFP / Heidi Levine)
L’ambassadeur américain David Friedman, deuxième à partir de la gauche , à côté de sa femme Tammy, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme Sarah lors des des festivités de l’Indépendance des Etats-Unis, à la résidence de l’ambassadeur, à Herzilya Pituah le 3 juillet 2017. (Crédit : AFP / Heidi Levine)

Friedman a commencé son discours avec une touche d’humour, déclarant à l’auditoire que la soirée « ne ressemblait en rien » à une autre soirée qu’il avait organisée en Israël il y a 45 ans, sa bar mitzvah, au mur Occidental.

Il a décrit les États-Unis et Israël comme « deux villes qui brillent sur la colline, reliées par une histoire commune, des valeurs communes, et je pense, une destinée commune dans la grandeur ».

Les États-Unis et Israël ont « une relation spéciale ; nous avons en commun des ennemis qui nous unissent, nous avons une coopération des armées et des services secrets qui nous unit, nous avons des échanges culturels, du commerce international, un groupe de cyber-sécurité qui s’est constitué la semaine dernière qui nous unit », a-t-il dit.

Parsemant son discours d’un hébreu à l’accent américain prononcé, il a souhaité un « Yom HaAtzmaout saméa’h le’Artzot HaBrit [joyeuse journée de l’Indépendance aux États-Unis] », et a cité des versets de psaumes en référence aux efforts des États-Unis pour la reprise des pourparlers entre Israéliens et Palestiniens.

« L’Éternel donne la puissance à son peuple ; L’Éternel bénit son peuple de la paix », a-t-il proclamé, d’abord en hébreu, puis en anglais. Il a ajouté que son père citait ce verset du psaume 29 « chaque shabbat matin, à l’issue de l’office ».

« Il y a 3 000 ans, le Roi David a reconnu quelque chose de très profond ; nous voulons tous bénéficier de la paix, et nous ne pouvons atteindre la paix que si nous sommes puissants », a-t-il dit, avant d’ajouter que « le principe fondamental de la paix par la puissance… est un principe fondamental de l’administration Trump ».

« Puissions-nous réussir à amener la paix par la puissance dans les années à venir », a-t-il conclut, sous un tonnerre d’applaudissements, avant d’annoncer Netanyahu, qui a également salué les relations entre Israël et les États-Unis et l’administration Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...