Rechercher

L’ancien directeur de l’académie de Bnei Zion s’excuse pour la mort des 10 étudiants

Yuval Kahan comparaît pour homicide par négligence après que ses élèves ont été emportés par une crue soudaine

Yuval Kahan. (Crédit : Académie prémilitaire Bnei Zion)
Yuval Kahan. (Crédit : Académie prémilitaire Bnei Zion)

L’ancien directeur de l’académie prémilitaire de Bnei Zion impliqué dans la randonnée dans le désert de 2018, au cours de laquelle 10 adolescents ont été emportés par une crue soudaine, a présenté ses excuses mardi, lors de son procès.

« J’ai honte. Je suis désolé. Je suis plein de regrets. Je vous présente mes excuses pour ce désastre qui s’est produit sous ma responsabilité, et dans lequel je suis directement impliqué », a déclaré l’ancien directeur Yuval Kahan, accusé d’homicide par négligence.

« Je demande pardon pour ce désastre dans lequel deux stagiaires que j’aimais et respectais ont été tués. Ce désastre dans lequel a été tuée la petite-fille de quelqu’un qui a travaillé jour et nuit avec moi pendant 11 ans dans cet établissement préparatoire, et qui a envoyé sa petite-fille faire ce voyage pour ne jamais la récupérer. »

Neuf filles et un garçon avaient trouvé la mort dans ces crues éclairs de la rivière Tzafit, dans la région sud de la mer Morte.

Selon les médias israéliens, l’éducateur Aviv Bardichev avait modifié l’itinéraire de l’excursion, annulant le passage près de la rivière Tzeelim au profit de celle de Tzafit, malgré les mises en garde des services météorologiques qui préconisaient de ne pas se rendre dans la région en raison des crues. L’éducateur avait même reçu un e-mail déconseillant les randonnées dans la région.

Kahan, qui aurait été informé du changement d’itinéraire, a choisi de faire confiance au jugement de Bardichev. Kahan a ensuite démissionné de son poste à l’académie prémilitaire, déclarant dans un communiqué transmis par ses avocats qu’il était « déchiré et brisé » par cette tragédie.

Kahan avait été inculpé d’homicide par négligence en juillet 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...