L’AP et l’ONU condamnent la mort d’un Palestinien, tué par Tsahal
Rechercher

L’AP et l’ONU condamnent la mort d’un Palestinien, tué par Tsahal

Une enquête préliminaire sur la mort d'Omar al-Badawi a indiqué qu'il n'était pas impliqué dans les affrontements et qu'il éteignait un feu quand il a été visé par un tir

Des Palestiniens transportent le corps d'Omar Haithm al-Badawi, tué par des soldats israéliens dans le camp de réfugiés d'al-Arroub, le 11 novembre 2019. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Des Palestiniens transportent le corps d'Omar Haithm al-Badawi, tué par des soldats israéliens dans le camp de réfugiés d'al-Arroub, le 11 novembre 2019. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Une enquête préliminaire sur la mort d’un Palestinien durant des affrontements entre émeutiers et soldats de l’armée israélienne a déterminé que la victime ne représentait par de danger et que l’usage de la force létale n’était pas nécessaire.

L’affrontement a eu lieu dans le camp de réfugiés d’Al-Arroub, au nord de Hébron, en Cisjordanie.

Le ministère de la Santé a indiqué lundi que l’armée israélienne avait tiré sur Omar al-Badawi, 22 ans, un résident du camp, qui quittait sa maison pour éteindre un feu causé par un cocktail Molotov lancé sur l’immeuble. Une vidéo de l’incident montre le jeune homme s’approcher méticuleusement d’un feu avant de s’écrouler.

Selon l’armée, ces affrontements sont survenus après que les soldats ont réagi à des lancers de pierres par des Palestiniens sur des voitures circulant sur l’autoroute. Ils ont été visés par des bombes artisanales. Les Palestiniens commémoraient le 15e anniversaire de la mort de Yasser Arafat, président de l’OLP et de l’Autorité palestinienne.

L’armée a transféré l’enquête à la police militaire.

Cet incident a suscité des condamnations de la part de l’AP, des Nations unies et des députés arabes israéliens.

Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne a attribué « l’entière responsabilité [des faits] au gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu ».

Nickolay Mladenov, coordonnateur spécial de l’ONU, a tweeté qu’al-Badawi ne semblait pas « représenter de menace pour quiconque » et a appelé à enquêter sur cette mort.

Al-Badawi était un « être humain », a tweeté Ayman Odeh, chef de la Liste arabe unie. « Il a une famille et des amis qui ont vu les images de ses derniers instants, vautré dans son propre sang. Il n’a que 22 ans, mais désormais, on parlera de lui au passé. »

« Pour l’armée, il n’est qu’un sujet palestinien… C’est la nature violente de l’occupation et cela ne changera pas tant que nous n’y mettons pas fin », a ajouté Odeh.

Abdel Rahman Hassan, un journaliste palestinien présent sur les lieux, a déclaré à Haaretz qu’al-Badawi n’avait pas pris part aux violence de lundi et qu’il a été abattu après qu’il s’est approché d’un feu avec une serviette, avec l’intention de l’éteindre.

A la fin du mois dernier, 13 Palestiniens ont été arrêtés lors d’une opération d’envergure au camp d’al-Arroub. Selon l’UNRWA, ce camp « compte le plus grand nombres d’incursions sur tous les camps de réfugiés de Cisjordanie ». L’armée a déclaré que les arrestations font suite à une recrudescence des jets de pierres et d’explosifs sur des véhicules israéliens sur la Route 60. L’armée a ajouté que les soldats ont trouvé et saisi un fusil M16 et des munitions durant des fouilles à al-Arroub.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...