Rechercher

Lapid envoie « pensées et des prières » alors que l’ouragan Ian poursuit sa course

Des secouristes pataugent dans les eaux de crue en Floride pour sauver ceux qui sont bloqués ; la côte est se prépare à des tempêtes et des inondations, un 2è Ian menace

Des maisons et des commerces endommagés après le passage de l'ouragan Ian, à Fort Myers Beach, en Floride, le 29 septembre 2022 (Crédit : Douglas R. Clifford/Tampa Bay Times via AP)
Des maisons et des commerces endommagés après le passage de l'ouragan Ian, à Fort Myers Beach, en Floride, le 29 septembre 2022 (Crédit : Douglas R. Clifford/Tampa Bay Times via AP)

Le Premier ministre Yair Lapid a exprimé son soutien à la population de Floride vendredi, après que l’ouragan Ian a laissé un sillon de destruction en traversant l’État du sud des États-Unis, se dirigant vers la Caroline du Sud.

« Les pensées et les prières de tous les Israéliens vont aux habitants de la Floride, et à tous ceux qui se trouvent encore sur la trajectoire de cette tempête dévastatrice », a tweeté Lapid. « J’envoie force et courage à mes amis le président Joe Biden et le gouverneur Ron De Santis, ainsi qu’à tous ceux qui font face à cette tragédie. »

Après avoir fait au moins une dizaine de morts en Floride, l’ouragan Ian menaçait vendredi de frapper avec force d’autres Etats du sud-est des Etats-Unis, notamment la Caroline du Sud et la Caroline du Nord.

Avec ses vents violents, ses pluies torrentielles et les inondations qui ont suivi, Ian, qui était alors un ouragan de catégorie 4, sur une échelle qui en compte 5, a provoqué la mort d’au moins 12 personnes en Floride, selon les autorités qui ont souligné que le bilan pourrait s’alourdir dans les jours qui viennent.

Rétrogradé en catégorie 1, Ian charrie désormais des rafales soufflant jusqu’à 140 km/h et menace de « submersions marines potentiellement mortelles » les côtes des Carolines du Sud et du Nord, selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC), qui a placé toute la côte de la Géorgie à la Caroline du Nord en alerte ouragan.

Ian, qui se situait à 08H00 locale (12H00 GMT) à 175 km au sud-est de Charleston en Caroline du Sud, devrait toucher terre vendredi en début d’après-midi et ensuite « rapidement s’affaiblir » en progressant entre vendredi et samedi, selon l’organisme.

« Maisons détruites »

La Floride continuait vendredi à découvrir l’ampleur des dévastations, avec des images de rues transformées en canaux d’eau trouble, de bateaux projetés à terre comme de simples jouets et des maisons fracassées.

« Les images de maisons détruites à Fort Myers Beach sont très inquiétantes, et c’est vraiment l’épicentre mais cela a été une tempête si forte qu’il y a aussi des dégâts à l’intérieur des terres », a précisé le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, lors d’une conférence de presse.

« Cela pourrait être l’ouragan le plus meurtrier de l’histoire de la Floride », avait prévenu de son côté jeudi Joe Biden lors d’une visite des locaux de l’agence fédérale qui lutte contre les catastrophes naturelles, la Fema.

Le président américain a indiqué vouloir se rendre dès que possible dans l’Etat du sud, mais aussi sur le territoire américain de Porto Rico, île également dévastée récemment par l’ouragan Fiona.

Le président a également déclaré l’état d’urgence en Caroline du Sud, y envoyant des renforts fédéraux, selon un communiqué.

Les pluies liées à l’ouragan Ian ont été accrues d’au moins 10% en raison du changement climatique, selon une première étude rapide de scientifiques américains rendue publique vendredi.

« Le changement climatique n’a pas causé l’ouragan, mais il l’a rendu plus humide, » a expliqué Michael Wehner, du Laboratoire National Lawrence Berkeley, dépendant du département fédéral américain de l’énergie, un des scientifiques ayant participé à cette étude.

Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente, mais pas le nombre total d’ouragans.

Avant la Floride, Ian avait frappé Cuba, y faisant trois morts et d’importants dégâts et laissant de nombreux foyers sans électricité.

Des dizaines de personnes sont descendues jeudi soir dans les rues du quartier de Cerro, à La Havane, pour protester contre l’absence d’éclairage.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...