Rechercher

Lapid et son homologue turc s’entendent sur un futur retour des ambassadeurs

« Nous avons toujours su revenir à la coopération », a assuré Lapid. Hamas, solution à deux Etats et rétablissement des relations diplomatiques ont été au coeur des échanges

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, visite l’enceinte de la mosquée Al Aqsa sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le mercredi 25 mai 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, visite l’enceinte de la mosquée Al Aqsa sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le mercredi 25 mai 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu ont évoqué un possible échange d’ambassadeurs lors d’une réunion en tête-à-tête, mercredi, au ministère des Affaires étrangères, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel.

Les deux diplomates sont parvenus à un accord sur la question. Des sources ont indiqué que le rétablissement de relations diplomatiques complètes n’était pas imminent et que les pays adopteraient une approche progressive.

Les deux ministres n’ont pas abordé la question des ambassadeurs lors des déclarations publiques qui ont suivi.

Après des affrontements meurtriers entre Tsahal et les Gazaouis en 2018, la Turquie avait renvoyé l’ambassadeur d’Israël, soumis à un contrôle de sécurité humiliant devant l’œil des caméras, obligeant Jérusalem à répondre de la même manière.

Lapid et Cavusoglu ont également évoqué le Hamas lors de leur réunion de mercredi. Israël a insisté pour que la Turquie freine les activités terroristes du Hamas avant de rétablir les relations diplomatiques.

Le tête-à-tête entre les deux ministres est allé bien au-delà du temps imparti, a appris le Times of Israel, signe que les échanges étaient constructifs.

L’ambassadeur d’Israël en Turquie, Eitan Naeh, soumis à un contrôle de sécurité strict à l’aéroport d’Istanbul le 16 mai 2018, après avoir reçu l’ordre de quitter le pays. (Crédit : Capture d’écran)

Après la réunion, Lapid a annoncé deux mesures concrètes témoignant de progrès dans le lent processus de réconciliation entre les deux puissances régionales.

« Nous avons convenu de relancer notre Commission économique mixte », a déclaré Lapid dans sa déclaration publique, « et de travailler à un nouvel accord en matière d’aviation civile entre nos pays ».

Les compagnies aériennes israéliennes ont été exclues du marché turc – particulièrement lucratif – depuis 2007, après le refus de la Turquie de satisfaire aux exigences de sécurité spécifiques d’Israël. Entre-temps, Turkish Airlines a consolidé sa position de deuxième plus grande compagnie aérienne opérant à partir d’Israël, après El Al.

Un nouvel accord en matière d’aviation devrait permettre aux transporteurs israéliens de desservir à nouveau la Turquie, destination touristique de premier plan pour les Israéliens.

Un vol de Turkish Airlines sur la piste d’atterrissage de l’aéroport international Ben Gurion, le 26 février 2015. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

« Lors de notre rencontre constructive avec le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, nous avons évoqué tous les aspects de nos relations », a écrit dans un tweet Cavusoglu, à l’issue de la réunion. « Nous avons rappelé que le problème palestinien ne pouvait être résolu qu’à travers la solution à deux États, à établir dans le cadre des recommandations de l’ONU,. Nous avons par ailleurs rappelé notre sensibilité concernant Jérusalem et Masjid al-Aqsa. »

Il a ensuite rencontré le ministre du Tourisme Yoel Razvozov et le ministre de la Coopération régionale, Esawi Frej.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...