Rechercher

Lapid félicite les deux civils qui ont mis un terroriste hors d’état de nuire

Meshi Ben Ami et Haim Naim s’en sont pris à l’assaillant, qui avait blessé un homme à bord du bus. Le Premier ministre les a remerciés et leur a remis une lettre de félicitations

Le Premier ministre Yair Lapid, au centre, félicite Meshi Ben Ami, à gauche, et Haim Naim, au cabinet du Premier ministre, à Jérusalem, le 20 juillet 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Yair Lapid, au centre, félicite Meshi Ben Ami, à gauche, et Haim Naim, au cabinet du Premier ministre, à Jérusalem, le 20 juillet 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Yair Lapid a félicité, mercredi, deux civils qui ont mis fin à un attentat terroriste à l’arme blanche, à Jérusalem. L’attaque a fait un blessé, dans un état sérieux mais ses jours ne sont pas en danger.

Lors de l’attaque perpétrée mardi, un homme de 41 ans a été frappé à la tête par un Palestinien, également âgé de 40 ans, alors qu’ils se trouvaient tous deux à bord du bus 137, près de Ramot Junction.

Selon la police, l’agresseur, armé d’un tournevis, s’est jeté sur la victime alors que le bus quittait Ramot. Le conducteur s’est rapidement arrêté et les passagers ont quitté le bus, a indiqué la police.

Haim Naim a lancé une pierre sur l’agresseur. Meshi Ben Ami, arrivé quelques instants plus tard, a sorti une arme et tiré sur l’agresseur, lui infligeant des blessures sérieuses sans que ces jours soient toutefois en danger.

« Vous avez sauvé des vies, vous avez fait votre devoir civique », a déclaré Lapid aux deux hommes, en leur remettant des lettres de félicitations, a indiqué le cabinet du Premier ministre dans un communiqué.

« Sans votre intervention, des civils seraient morts », a ajouté Lapid.

« Un pays doit savoir remercier ses civils. C’est donc un hommage au nom du pays tout entier que je vous rends, un grand merci à vous deux. »

La victime israélienne a été conduite à l’hôpital Shaare Zedek, qui a indiqué que ses jours n’étaient pas en danger.

Ben Ami, photographe du site d’information Ynet, est arrivé sur les lieux de l’incident peu de temps avant l’arrivée de la police.

« Je suis sorti de ma voiture, j’ai chargé mon arme et c’est là que j’ai vu qu’il s’agissait d’un attentat terroriste. Il s’est approché de moi avec son arme, je n’ai pas hésité, j’ai tiré. Je l’ai entendu prier en arabe », a déclaré Ben Ami à la chaîne publique Kan.

Scène d’un attentat à l’arme blanche près de Ramot Junction, à Jérusalem-Est, le 19 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’agresseur a été conduit à l’hôpital, où son état a été jugé modéré, a déclaré la police. Le tribunal de première instance de Jérusalem a prolongé jeudi sa détention provisoire jusqu’à dimanche, et la police devrait demander une nouvelle prolongation la semaine prochaine.

Un responsable de la défense a déclaré au Times of Israel que l’agresseur était titulaire d’un permis d’entrée en Israël, mais pas du permis BMC spécialement délivré aux hommes d’affaires palestiniens, ainsi que plusieurs médias israéliens l’avaient indiqué. Le frère de l’agresseur est, en revanche, titulaire d’un tel permis BMC, a précisé le responsable.

Plus tôt ce mois-ci, un Palestinien a été arrêté pour avoir attaqué et grièvement blessé un Israélien près de la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak. Le mois dernier, un autre Palestinien a été arrêté sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, après avoir tenté de poignarder des policiers et pris la fuite.

Entre la mi-mars et le début du mois de mai, les attentats en Israël et en Cisjordanie ont fait pas moins de 19 morts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...