Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

Lapid : je ne sais pas si nous pourrons fêter le 75e anniversaire d’Israël

Le chef de l'opposition a déclaré que si la loi sur la commission de sélection des juges était adoptée, il n'y aurait plus de séparation des pouvoirs et donc plus de démocratie

Le chef du parti Yesh Atid, le député Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'une réunion de sa faction, à la Knesset, le 20 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Le chef du parti Yesh Atid, le député Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'une réunion de sa faction, à la Knesset, le 20 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Lors d’une réunion de faction de son parti Yesh Atid à la Knesset lundi, le leader de l’opposition Yair Lapid a dénoncé la « prise de contrôle hostile du système judiciaire » par la coalition.

Évoquant la législation actualisée de la coalition qui lui donnerait le droit de pourvoir les deux premiers sièges vacants de la Haute Cour à chaque session de la Knesset et d’exercer une forte influence sur tous les sièges suivants, Lapid fait remarquer que « s’ils contrôlent les juges, il n’y aura pas de séparation des pouvoirs. Il n’y aura pas de pouvoir judiciaire indépendant. Israël ne sera pas une démocratie. »

Si la loi est adoptée, comme la coalition l’a promis dimanche dernier, avant les vacances de Pessah de la Knesset, « nous irons devant la Haute Cour », a déclaré Lapid.

« Si elle est adoptée, Israël cessera d’être une démocratie. Nous ne laisserons pas cela se produire. Le camp libéral ne veut tout simplement pas vivre dans un Israël qui n’est pas une démocratie. Des centaines de milliers de patriotes continueront à descendre dans la rue. »

Il a affirmé que l’opposition était prête à débattre de la réforme judiciaire sur la base de la proposition alternative du président Herzog.

Des Israéliens protestent contre les plans du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à remanier le système judiciaire israélien, à Tel Aviv, Israël, le 18 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

« Si la coalition veut mettre un terme à la destruction de l’économie, aux atteintes à la sécurité, à l’effondrement de la position internationale d’Israël et aux dissensions internes, elle doit mettre un terme à la législation. Nous pourrons alors parler d’une constitution basée sur la Déclaration d’indépendance. »

Interrogé sur sa volonté de suspendre les manifestations publiques de masse contre la réforme pendant les cérémonies d’État qui marqueront le 75e anniversaire de l’indépendance d’Israël à la fin du mois prochain, Lapid a rétorqué qu’il faut « attendre de voir si nous avons encore un pays pour les cérémonies d’État, parce qu’ils sont en train de le détruire progressivement ».

« Si la loi est adoptée, il n’y aura pas de commission de sélection des juges. Nous ferons appel à la Haute Cour et je crois et j’espère que la Haute Cour déclarera que la loi est illégale et qu’il n’y a pas de commission de sélection judiciaire [légitime]. »

De son côté, le député Benny Gantz, la figure la plus optimiste de l’opposition pour parvenir à un compromis négocié sur les changements à apporter au système judiciaire, a déclaré lundi qu’il rejette la dernière proposition de la coalition pour la sélection des juges ainsi que son offre de négocier d’autres changements judiciaires une fois que cet élément central de la refonte sera devenu une loi.

Le chef du parti de l’unité nationale MK Benny Gantz s’exprime lors d’une réunion de faction à la Knesset, le 20 mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

S’exprimant au début de la réunion des factions du parti HaMahane HaMamlahti à la Knesset, Gantz a déclaré que lui et son parti « rejetaient sans équivoque la proposition de la coalition ».

« Ce qui est proposé n’est pas un compromis unilatéral. Il s’agit d’un désengagement unilatéral de la démocratie et des valeurs d’Israël.

Gantz a renouvelé son appel à la coalition pour qu’elle « arrête » l’ensemble de son paquet législatif et qu’elle « entame des négociations sur la base du cadre du président », une proposition de réforme distincte que la coalition a rapidement rejetée la semaine dernière. Nous pourrons alors discuter « d’une formule globale, plutôt que du plan par étapes [de la coalition] visant à révolutionner la manière dont Israël est gouverné ».

Gantz déclare que son parti n’engagera pas de négociations pendant les vacances d’avril de la Knesset si la coalition adopte avant les vacances, comme elle le prétend, une législation qui donne à la majorité politique un contrôle étendu sur la nomination des juges.

« Dire que le choix politique des juges augmentera la confiance dans le système judiciaire n’a rien à voir avec la réalité », a-t-il dit, en s’opposant à l’argument de la coalition selon lequel le fait de donner aux politiciens un contrôle plus important, voire total, sur la sélection des juges renforcera le sentiment d’érosion de la confiance dans l’institution.

« J’appelle tout juriste digne de ce nom à retirer sa candidature au poste de juge de la Cour suprême si la loi est adoptée, et à ne pas accepter d’être nommé avec une marque politique sur son front et sur ses décisions », a ajouté Gantz.

Gantz estime que la politisation du système judiciaire marque la première étape du plan « salami » de la coalition visant à détruire la démocratie israélienne.

« J’avoue que je suis effrayé à l’idée de penser à ce qui se passera le mois prochain lors de la journée de commémoration en souvenir des soldats de Tsahal. « Y aura-t-il des familles qui se diront que le sacrifice n’en valait pas la peine ? »

« Je supplie presque Netanyahu d’arrêter », ajoute-t-il. « Nous allons célébrer notre 75e anniversaire au milieu d’un terrible fossé… Nous devons mettre un terme à ce désastre. Nous le devons à tous ceux qui ont marqué l’histoire du sionisme, qu’ils soient de droite ou de gauche, orthodoxes ou laïques, aux survivants de l’Holocauste, aux héros [des guerres d’Israël], aux familles endeuillées qui ont perdu ce qu’il y a de plus précieux pour l’État ».

Il affirme qu’Israël doit garantir un pays juif et démocratique à ses enfants et petits-enfants. « Nous devons mettre fin à la guerre civile », déclare-t-il. « Si vous n’essayez pas, l’opinion publique ne vous pardonnera pas », a-t-il déclaré à l’adresse de Netanyahu et de la coalition.

« Ce n’est qu’avec une pause et un large accord sur la réforme judiciaire que le peuple d’Israël gagnera », a conclu Gantz.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.