L’armée a déjoué une attaque sous-marine du Hamas
Rechercher

L’armée a déjoué une attaque sous-marine du Hamas

Les militaires ont détruit un sous-marin autonome avant qu'il ne quitte la côte et ils ont frappé la voiture des membres du Hamas qui l'actionnaient

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Vue aérienne de la plate-forme de traitement de gaz israélienne "Tamar" à 24 kilomètres au large de la côte sud d'Ashkelon. Noble Energy et Delek sont les principaux partenaires dans le domaine pétrolier, 11 octobre 2013. (Moshe Shai/FLASH90)
Vue aérienne de la plate-forme de traitement de gaz israélienne "Tamar" à 24 kilomètres au large de la côte sud d'Ashkelon. Noble Energy et Delek sont les principaux partenaires dans le domaine pétrolier, 11 octobre 2013. (Moshe Shai/FLASH90)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a tenté d’attaquer des ressources marines israéliennes en utilisant un sous-marin autonome, dans le nord de Gaza, lundi, a annoncé l’armée, qui a ajouté que le dispositif avait été rapidement détruit et que l’équipe qui l’actionnait avait été touchée.

Selon Tsahal, un certain nombre d’agents issus du groupe terroriste au pouvoir à Gaza avaient été remarqués alors qu’ils s’approchaient de la rive avec le robot. Ils avaient ensuite placé ce dernier dans l’eau.

Alors que le drone autonome se trouvait encore à proximité du rivage, un navire de la marine israélienne l’a détruit et un avion des forces de l’armée de l’air les a ciblés « pour déjouer la menace », ont indiqué les soldats.

Cela fait des années que le Hamas est soupçonné de développer des sous-marins autonomes. La marine israélienne pense que les modèles qui figurent dans les arsenaux de l’organisation sont guidés par GPS et capables de transporter environ 30 kilos d’explosifs. De telles armes peuvent potentiellement être dirigées vers des cibles situées au large comme à proximité des côtes de l’État juif.

Des images diffusées par l’armée de l’air montrent la frappe du sous-marin autonome dans l’eau, près de la côte du nord de Gaza, ainsi que l’attaque du véhicule des terroristes du Hamas.

Tsahal n’a pas précisé la cible visée par le robot, disant simplement qu’il se dirigeait vers « les eaux territoriales de l’État d’Israël ».

En plus des navires israéliens – qui ont été visés par les groupes terroristes, dans le passé – il y a aussi la compagnie pétrochimique Chevron qui exploite la plate-forme de gaz de Tamar, au large de la côte sud d’Israël, que le Hamas a tenté en vain d’attaquer la semaine dernière.

Dans la mesure où les roquettes produites dans la bande ne sont pas dotées du guidage de précision, il est hautement improbable qu’elles atteignent la plateforme Tamar, qui est une toute petite cible, depuis la côte. Et pourtant, au vu des menaces planant sur Tamar – qui bénéficie de la protection d’une batterie de défense antiaérienne du Dôme de fer embarquée sur un navire – le travail sur la plateforme a été suspendu sur ordre du ministère israélien de l’Énergie et sur recommandation de l’armée.

Même si le champ gazier de Tamar a été fermé, un porte-parole de Chevron a précisé que les opérations continuaient sur la plateforme Leviathan, plus grande, au large de la côte nord d’Israël. Tamar est situé à 23 kilomètres au large d’Ashkelon, ville du sud actuellement sous le feu de tirs nourris de roquettes.

Au début de la semaine, la marine israélienne a détruit la plupart des infrastructures navales et des armements du groupe terroriste au cours de ces dernières semaines – notamment un certain nombre de sous-marins autonomes. Les militaires ont toutefois indiqué que le Hamas était encore probablement en possession d’autres armes.

« Le plus important, pour l’armée, est de retirer à l’ennemi ses capacités et d’établir une défense forte. Nous avons donc attaqué des bases, des navires, des dépôts d’armes, des infrastructures et des hommes des groupes terroristes. Nous avons fait en sorte que l’aile navale du Jihad islamique palestinien et du Hamas soit en déclin, » a commenté le général de brigade Eli Sharvit auprès des journalistes, dimanche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...