L’armée admet avoir mal interprété les tirs du Hamas et répondu par erreur
Rechercher

L’armée admet avoir mal interprété les tirs du Hamas et répondu par erreur

L'armée a insisté sur le fait que des tirs de représailles contre des soldats israéliens ne seraient pas tolérés

Des soldats israéliens positionnés en défense à proximité de la frontière avec Gaza au cours d'une manifestation violente palestinienne, le 27 juillet 2018 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens positionnés en défense à proximité de la frontière avec Gaza au cours d'une manifestation violente palestinienne, le 27 juillet 2018 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a reconnu mardi que les tirs du Hamas qui ont entraîné une frappe de représailles meurtrière de la part des militaires n’avaient pas visé les soldats.

Le général de division Herzi Halevi, chef du Commandement du sud, a conclu que la frappe de représailles israélienne avait été menée par erreur alors que les snipers, membres d’un commando naval du Hamas, n’avaient pas tiré, comme les militaires l’avaient initialement cru, en direction d’une patrouille constituée de soldats du bataillon de Rotem appartenant à la brigade d’infanterie Givati qui se trouvait à la clôture frontalière.

Ces tirs entraient en fait dans le cadre d’un exercice auquel assistaient de hauts-responsables du groupe terroriste palestinien dans le nord de la bande de Gaza.

L’armée a transmis des messages via l’Egypte reconnaissant cette confusion mais elle a insisté sur le fait que des tirs de représailles contre des soldats israéliens ne seraient pas tolérés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...