Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Israël avertit que, sans progrès sur les otages, il « intensifiera » son opération dans Gaza

De violents combats ont été signalés près du passage de Rafah situé entre Gaza et l'Égypte alors que des chars semblent avancer * L'armée annonce la mort de 2 réservistes tués lundi dans une attaque de drone du Hezbollah * Des manifestants au MIT renversent les barricades policières en chantant "Intifada"

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretient avec les forces d'artillerie à la frontière de Gaza, en face de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretient avec les forces d'artillerie à la frontière de Gaza, en face de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Un responsable israélien aurait accusé les médiateurs d’être du côté du Hamas

La chaîne publique Kan a cité un responsable israélien anonyme impliqué dans les négociations sur la libération des otages qui aurait critiqué l’Égypte, le Qatar et les États-Unis pour leur conduite dans les pourparlers jusqu’à présent, accusant « les médiateurs d’avoir agi entièrement du côté du Hamas ».

« Si les médiateurs et le Hamas ne changent pas d’approche, nous nous dirigeons vers une expansion des activités [militaires] à Rafah », a déclaré le fonctionnaire, ajoutant que la nouvelle contre-proposition du Hamas « n’est pas une solution pour nous ».

Tsahal a frappé plusieurs sites du Hezbollah au Liban

Les avions de combat israéliens ont frappé aujourd’hui plusieurs bâtiments utilisés par le Hezbollah à Blida, Maroun al-Ras, Yaroun et Khiam, dans le sud du Liban, selon l’armée.

Les forces israéliennes affirment avoir touché d’autres infrastructures du Hezbollah à Kfarhamam et un site de tirs de roquettes à Ayta ash-Shab.

Israël et le Hamas « devraient être capables » de finaliser un accord de cessez-le-feu – Maison Blanche

Israël et le Hamas « devraient être capables de combler les lacunes qui restent » pour conclure un accord de cessez-le-feu actuellement en discussion, a dit mardi le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby.

Il a dit espérer qu’un accord final soit trouvé « très bientôt » lors de pourparlers au Caire, en Egypte.

Les pourparlers sur la libération des otages et le cessez-le-feu reprennent au Caire, en présence du directeur de la CIA, William Burns.

Biden : « Certains oublient déjà » le 7 octobre ; « Je n’ai pas oublié… et nous n’oublierons pas »

Le président américain Joe Biden prend la parole lors de la cérémonie annuelle des Journées de commémoration des survivants de la Shoah, au Capitole de Washington, DC, le 7 mai 2024. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le président américain Joe Biden prend la parole lors de la cérémonie annuelle des Journées de commémoration des survivants de la Shoah, au Capitole de Washington, DC, le 7 mai 2024. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Lors de son discours sur l’antisémitisme et la Shoah dans l’Emancipation Hall du Capitole, le président américain Joe Biden a déploré que le monde entier ait déjà oublié le massacre et la prise d’otages perpétrés par le Hamas le 7 octobre.

Biden s’est exprimé sept mois jour pour jour après l’invasion d’Israël par le groupe terroriste palestinien, qui a tué quelque 1 200 personnes et en a enlevé 252, principalement des civils, dans ce que Biden et d’autres ont qualifié de journée la plus meurtrière pour les Juifs depuis la Shoah.

« Cette haine [des Juifs] continue d’être profondément ancrée dans le cœur de trop de personnes dans le monde et exige que nous restions vigilants et que nous parlions franchement », a déclaré Biden.

« Nous voici, non pas 75 ans plus tard, mais seulement sept mois plus tard, et les gens oublient déjà que le Hamas a lancé cette déferlante de terreur », a-t-il déclaré.

« Je n’ai pas oublié, et vous non plus. Et nous n’oublierons pas. »

Gantz : Israël reste ouvert à un accord et ne permettra pas les considérations politiques

Benny Gantz dans un message vidéo depuis son bureau, le 7 mai 2024. (Capture d'écran)
Benny Gantz dans un message vidéo depuis son bureau, le 7 mai 2024. (Capture d'écran)

Après le début des opérations de combat à Rafah, le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz a déclaré que, même si Israël était prêt à « poursuivre et étendre » les combats « si nécessaire », Jérusalem était toujours ouverte à un accord sur les otages.

« Hier, nous avons lancé une opération militaire dans la région de Rafah, qui se poursuivra et s’étendra si nécessaire. Je souhaite encourager tous les soldats de Tsahal, comme toujours. Je suis convaincu qu’ils rempliront leur mission et je prie pour leur retour sain et sauf », a déclaré Gantz dans un discours vidéo.

« Chaque fois que nous pourrons parvenir à une ébauche du retour de nos otages, nous le ferons. Cette tâche est la plus haute priorité », a-t-il poursuivi.

« L’équipe de négociation qui s’est rendue au Caire n’a pas seulement pour mandat d’écouter : elle a l’obligation de retourner chaque pierre et d’agir pour parvenir à une ébauche. Nous travaillons tous pour que cela se réalise, jour après jour », a affirmé Gantz, insistant sur le fait que « nous ne désespérerons jamais et nous ne permettrons jamais que des considérations politiques soient introduites dans cette question sacrée ».

« Nous ne menons pas une bataille tactique contre un régiment ou un autre », a-t-il poursuivi. « Nos réalisations, même si elles prennent beaucoup de temps, doivent être stratégiques – et le retour de nos otages est le premier objectif stratégique, aux côtés de la nécessité d’éliminer la menace du Hamas et de s’assurer qu’une telle menace ne réapparaisse pas. »

En se tournant vers le nord, Gantz a déclaré que le retour des déplacés chez eux « avant la rentrée scolaire est sur la table, et le restera aussi longtemps que je ferai partie du gouvernement ».

Ce commentaire est intervenu après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait déclaré hier à Gantz qu’il n’y avait aucune garantie que les évacués rentreraient chez eux d’ici le 1er septembre, suscitant la colère.

Biden dénonce l’antisémitisme lors d’un évènement pour la mémoire de la Shoah

Le président américain Joe Biden lors de la cérémonie annuelle des Journées du souvenir pour les survivants de la Shoah au Capitole des États-Unis, à Washington, le 7 mai 2024. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Joe Biden lors de la cérémonie annuelle des Journées du souvenir pour les survivants de la Shoah au Capitole des États-Unis, à Washington, le 7 mai 2024. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Le président américain Joe Biden a prévenu que la menace de l’antisémitisme augmentait, dans des propos rendant hommage aux six millions de Juifs tués pendant la Shoah.

Son soutien à la guerre d’Israël contre le Hamas divise le Parti démocrate.

« ‘Plus jamais’ signifie simplement pour moi : ‘Ne jamais oublier’. ‘Ne jamais oublier’ signifie que nous devons continuer à raconter l’histoire, nous devons continuer à enseigner la vérité », a déclaré Biden alors qu’il s’exprimait lors d’un évènement bipartisan organisé à l’Emancipation Hall du Capitole américain. « La vérité est que nous risquons que les gens ne connaissent pas la vérité. »

Tsahal affirme que 12 roquettes ont été tirées depuis Gaza vers des communautés israéliennes, 5 interceptées

Un barrage de 12 roquettes a été tiré depuis la bande de Gaza sur les communautés du sud il y a peu, a indiqué l’armée.

Cinq ont été interceptés par le système du Dôme de Fer et les sept autres ont frappé des zones ouvertes.

Des sirènes ont retenti dans les communautés frontalières d’Ein Hashlosha, Kissufim et Re’im.

L’Allemagne se dit opposée à une offensive « majeure » à Rafah

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a mis en garde Israël contre le lancement d’une « offensive majeure sur Rafah ».

« Je mets fortement en garde contre la conduite d’une offensive majeure sur Rafah », a écrit la ministre sur X.

Les responsables israéliens ont déclaré que l’opération dans la ville de Gaza était « limitée ».

« Un million de personnes ne peuvent pas disparaître dans les airs. Ils ont besoin de protection. Ils ont besoin de toute urgence d’une aide humanitaire supplémentaire », a-t-elle ajouté, exigeant que « les postes-frontières de Rafah et Kerem Shalom soient rouverts immédiatement ».

L’Allemagne est depuis des décennies un fervent partisan d’Israël. Berlin, cependant, a progressivement changé de ton alors que les pertes civiles signalées à Gaza ont grimpé en flèche ces derniers mois, devenant de plus en plus critique à l’égard de la situation humanitaire à Gaza. Ces dernières semaines, Baerbock s’est prononcé à plusieurs reprises contre une offensive terrestre à Rafah.

La Turquie affirme que l’offensive à Rafah montre qu’Israël n’agit pas de bonne foi

L’offensive terrestre israélienne contre Rafah, à Gaza, un jour après que le Hamas a affirmé « accepter » une proposition de cessez-le-feu, montre que Jérusalem n’agit pas de bonne foi, a affirmé le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, ajoutant qu’Israël devait immédiatement se retirer de la ville.

Dans un message publié sur la plateforme X, le porte-parole turc Oncu Keceli a déclaré que l’opération israélienne intervenait « dans un contexte de développement très positif vers la fin de la destruction et du massacre à Gaza », et a déclaré que le statu quo à Rafah et le poste-frontière devaient être rétablis sans plus tarder.

« Une offensive sur Rafah affectera non seulement la région mais le monde entier. Israël doit immédiatement se retirer du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah », a déclaré Keceli.

Cependant, la dernière proposition du Hamas est très différente de ce à quoi répondait l’offre israélienne, Israël affirmant qu’il s’agit d’une nouvelle contre-offre radicale plutôt que d’un quelconque développement positif.

Netanyahu : L’offre du Hamas visant à « saboter » l’opération à Rafah est « très loin » des exigences israéliennes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime dans un message vidéo depuis son bureau, le 7 mai 2024. (Crédit : Capture d’écran/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime dans un message vidéo depuis son bureau, le 7 mai 2024. (Crédit : Capture d’écran/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que la dernière proposition du Hamas pour un accord de cessez-le-feu « visait à saboter l’entrée de nos forces à Rafah ».

« Cela ne s’est pas produit », a déclaré le Premier ministre dans une déclaration vidéo.

L’opération à Rafah vise à ramener les otages et à éliminer le Hamas, a affirmé Netanyahu. « Nous l’avons déjà prouvé lors de la précédente libération des otages : la pression militaire sur le Hamas est une condition préalable au retour des otages. »

Il a souligné que l’offre du Hamas était « très loin des exigences vitales d’Israël ».

« Israël ne permettra pas au Hamas de restaurer son règne pervers dans la bande de Gaza », a-t-il promis. « Israël ne lui permettra pas de réhabiliter ses capacités militaires afin de continuer à œuvrer à notre destruction. »

« Israël ne peut pas accepter une proposition qui met en danger la sécurité de nos citoyens et l’avenir de notre pays », a insisté Netanyahu.

Il dit avoir demandé à l’équipe de négociation israélienne actuellement au Caire de « se tenir fermement » sur les conditions imposées par Israël pour la libération des otages et sur ses exigences en matière de sécurité.

Israël poursuit en parallèle sa campagne militaire contre le Hamas, a expliqué Netanyahu.

Il a qualifié la prise du passage de Rafah « d’étape très importante » vers la destruction des capacités militaires restantes du Hamas. Il a affirmé qu’il s’agissait également d’une étape clé dans la destruction des capacités de gouvernement du groupe terroriste.

Gallant : l’opération à Rafah se poursuivra jusqu’à ce que le Hamas soit éliminé ou qu’un accord sur les otages soit conclu

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretient avec les forces d'artillerie à la frontière de Gaza, en face de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretient avec les forces d'artillerie à la frontière de Gaza, en face de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

En visite aux troupes dans la partie sud de la frontière avec Gaza, le ministre de la Défense Yoav Gallant a promis que l’opération à Rafah « ne s’arrêtera pas tant que le Hamas ne sera pas éliminé dans la région ou que le premier otage ne reviendra en Israël » – probablement jusqu’à ce qu’un accord soit conclu et soit exécuté.

« De la région de Rafah sont venus les tueurs qui se sont rendus à Sufa, à Holit et qui ont tenté d’attaquer Yated, Yevul, Naveh et d’autres endroits. Nous attaquons et tuons ceux qui ont assassiné nos enfants, il ne faut pas l’oublier », a déclaré Gallant après avoir rencontré les forces d’artillerie.

« Hier, j’ai ordonné à Tsahal d’entrer dans la zone de Rafah, de s’emparer du passage et de mener à bien ses missions. Cette opération se poursuivra jusqu’à ce que nous éliminions le Hamas dans la région de Rafah et dans toute la bande de Gaza, ou jusqu’au retour du premier otage », a-t-il dit.

« Nous sommes prêts à faire des compromis pour [libérer] les otages, mais si cette option n’est pas disponible, nous approfondirons l’opération, cela se produira dans toute la bande de Gaza, au sud, au centre et au nord. Le Hamas ne comprend que la force, nous allons donc intensifier notre action, et la pression militaire nous permettra d’écraser l’organisation du Hamas », a ajouté Gallant.

Les forces israéliennes évacuent et rasent un avant-poste illégal en Cisjordanie pour la troisième fois en une semaine

Les forces de l’administration civile et de la police des frontières ont évacué et démoli l’avant-poste illégal d’Or Meir en Cisjordanie pour la troisième fois en une semaine.

Des militants des implantations ont publié des images montrant un grand nombre d’agents de sécurité sur le site évacuant les militants radicaux locaux qui ont reconstruit l’avant-poste et confisquant leur équipement, y compris des matériaux pour des bâtiments rudimentaires, des matelas et d’autres objets.

Les forces de sécurité ont démoli Or Meir le 1er mai et expulsé ses habitants, arrêtant pendant l’opération quelque 25 militants après qu’ils ont résisté à l’évacuation et agressé des agents de police. Quatre individus avaient alors été arrêtés, avait indiqué la police des frontières.

Mais les militants vivant sur le site sont revenus la nuit suivante et ont reconstruit l’avant-poste, ce qui a conduit les forces de l’administration civile et de la police des frontières à revenir le 2 mai pour répéter l’opération, qui a été menée de nouveau.

Or Meir est situé à proximité de l’implantation d’Ofra, au nord de Jérusalem, et a été reconstruit et démoli à de nombreuses reprises au cours des derniers mois, notamment le 29 février de cette année, et avant cela le 25 décembre 2023.

Diplomate arabe : Le refus répété d’Israël d’envoyer une équipe de négociation a nui aux négociations sur les otages

Le refus répété d’Israël d’envoyer une équipe de négociation rencontrer des médiateurs a entravé les efforts visant à conclure un accord sur les otages, a déclaré un diplomate arabe au Times of Israel.

Les médiateurs voulaient qu’Israël envoie une délégation au Caire pendant le week-end alors que le chef de la CIA, Bill Burns, était présent et que les médiateurs se préparaient à la réponse officielle du Hamas à la dernière proposition, a déclaré le diplomate, affirmant que l’absence d’Israël avait conduit à son exclusion de la boucle des négociations.

Selon le site d’information Axios, les responsables israéliens s’attendaient à ce que Burns les informe des développements du week-end et ont estimé que le chef de la CIA avait échoué à faire cela.

Suite à la réponse du Hamas lundi, Israël a envoyé une équipe de négociation de niveau inférieur au Caire, tandis que les responsables de Jérusalem ont supposé que la dernière proposition du groupe terroriste ramenait les parties à la case départ.

Le diplomate arabe s’adressant au Times of Israel a déclaré que le week-end dernier n’était pas la première occasion lors de laquelle Israël refusait d’envoyer une équipe de négociation rencontrer des médiateurs au Caire ou à Doha, ce qui, selon lui, a ralenti les négociations.

Alors qu’Israël a déclaré qu’il n’envoyait des négociateurs que lorsque le Hamas montrait un réel intérêt pour parvenir à un compromis, le diplomate a affirmé que la politique de Jérusalem était « politiquement motivée ».

Il a refusé de donner plus de détails mais n’a pas nié la suggestion selon laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait refusé d’envoyer des équipes de négociation en raison de la pression de ses partenaires de la coalition d’extrême droite qui souhaitent qu’il adopte une position plus dure dans les pourparlers. D’autres ministres du cabinet de guerre, dont Benny Gantz et son adjoint Gadi Eizenkot, ont soutenu qu’Israël devrait toujours montrer sa volonté de mener des négociations, tout en s’en tenant à ses principes directeurs une fois que l’équipe de négociation participe aux débats.

Des équipes du Qatar, des États-Unis et du Hamas au Caire pour tenter de parvenir à une trêve – médias

Le Caire accueille des délégations du Qatar, des États-Unis et du groupe terroriste palestinien du Hamas afin de tenter de parvenir à une trêve globale à Gaza, a déclaré la chaîne d’information égyptienne Al-Qahera, citant une source de haut rang.

Israël a aussi envoyé une équipe de négociation, mais pas une équipe de haut rang.

Tsahal cartographie et fait exploser deux tunnels d’attaque du Hamas dans le nord de Gaza

Les ingénieurs de combat de l’unité d’élite Yahalom et de la division Gaza ont cartographié et démoli deux tunnels d’attaque du Hamas à Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, a indiqué l’armée.

L’armée israélienne a affirmé que les tunnels avaient été placés sous « surveillance continue et technologique » depuis leur découverte.

L’un des tunnels a été découvert pour la première fois en 2014 et avait alors été utilisé par le Hamas pour s’infiltrer en Israël. Il a été démoli peu de temps après, mais une autre section du tunnel, s’enfonçant plus profondément à l’intérieur de Gaza, est restée intacte jusqu’à récemment.

L’armée israélienne a affirmé que les sections supplémentaires du tunnel avaient été frappées depuis les airs à plusieurs reprises au cours de la guerre en cours, et récemment, les ingénieurs de combat ont inspecté les dégâts et ont déterminé que le passage souterrain était désormais inutilisable par le groupe terroriste.

Le deuxième tunnel du Hamas appartenait à un autre réseau souterrain, creusé jusqu’à environ 150 mètres de la frontière israélienne, selon l’armée.

Il n’est pas entré en territoire israélien, a affirmé l’armée israélienne.

Le deuxième tunnel a été dynamité par les ingénieurs de combat.

Un responsable du Hamas menace que les négociations du Caire soient la « dernière chance » d’Israël de libérer ses otages

Un haut responsable du Hamas a déclaré qu’une délégation du groupe terroriste palestinien devait partir pour des négociations de trêve à Gaza au Caire, avertissant que ce serait la « dernière chance » pour Israël de faire libérer ses otages.

Le responsable, qui a requis l’anonymat pour discuter des négociations, a prévenu que « ce sera la dernière chance pour [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu et les familles des prisonniers sionistes de rendre leurs enfants ».

Le chef de l’ONU réclame la réouverture immédiate des points de passage de Rafah et Kerem Shalom

Les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom, dont la fermeture par Israël coupe l’acheminement d’aide vers Gaza, doivent être rouverts « immédiatement », a exhorté mardi le secrétaire général de l’ONU, appelant le gouvernement israélien à « arrêter l’escalade ».

« La fermeture à la fois des points de passage de Rafah et de Kerem Shalom est particulièrement néfaste pour la situation humanitaire déjà désespérée. Ils doivent être rouverts immédiatement », a déclaré Antonio Guterres à la presse, insistant d’autre part sur le fait qu’un « assaut généralisé » de Rafah serait « une catastrophe humaine ».

NYT : Les médiateurs « frustrés » que le Hamas rejette les conditions de l’accord qu’il avait proposé en mars

La Maison Blanche jouait les rattrapages hier, alors que les forces israéliennes commençaient à évacuer les civils de Rafah et que le Hamas présentait une nouvelle contre-offre pour un accord sur les otages, a rapporté le New York Times.

Selon le journal, les États-Unis ont conclu hier soir que les deux parties s’efforçaient toujours d’obtenir un effet de levier dans les négociations.

Après qu’Israël a fait une nouvelle offre très généreuse à la fin du mois dernier, le Hamas a promis de revenir avec une contre-offre, qui a finalement été transmise lundi soir.

Le NYT cite des sources anonymes qui indiquent que, dans sa proposition de fin avril, Israël a « pratiquement copié et collé » les termes d’une proposition du Hamas datant du mois de mars, afin de mettre le groupe terroriste au pied du mur.

Cela a fonctionné. Le rejet par le Hamas de l’offre d’Israël au cours du week-end « a frustré les intermédiaires parce qu’il a rejeté certains des termes mêmes qu’il avait précédemment proposés ».

Les négociateurs américains ont publiquement décrié la position du Hamas et ont averti que les négociations seraient considérées comme terminées si le Hamas ne souhaitait pas réellement un accord.

Des familles d’otages binationaux exhortent les pays à faire pression sur Israël pour un accord avec le Hamas

La sœur de l'otage israélienne Shiri Bibas lors d'une manifestation appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza devant la base Hakirya à Tel Aviv, le 6 mai 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
La sœur de l'otage israélienne Shiri Bibas lors d'une manifestation appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza devant la base Hakirya à Tel Aviv, le 6 mai 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Les familles des otages détenus à Gaza appellent les États-Unis et les autres gouvernements dont des citoyens figurent parmi les captifs à faire pression sur Israël pour qu’il conclue un accord avec le Hamas en vue de leur retour.

Le Forum des familles d’otages et de disparus déclare avoir lancé un appel à un certain nombre de pays pour qu’ils « exercent leur influence sur le gouvernement israélien » et fassent pression en faveur d’un accord.

« En ce moment crucial, alors qu’une opportunité tangible de libération des otages est sur la table, il est de la plus haute importance que votre gouvernement manifeste son soutien ferme à un tel accord », déclare le groupe dans un message envoyé aux ambassadeurs de tous les pays dont des citoyens figurent parmi les otages capturés par les terroristes le 7 octobre.

« C’est le moment d’exercer votre influence sur le gouvernement israélien et toutes les autres parties concernées afin de garantir la conclusion de l’accord qui permettra enfin à tous nos proches de rentrer chez eux », peut-on lire dans le communiqué.

Le message a été diffusé après que le Hamas a annoncé qu’il avait accepté un plan de cessez-le-feu proposé par les médiateurs égyptiens et qataris, déclarant que la balle était maintenant dans le camp d’Israël. Israël affirme que l’accord n’est pas conforme à celui qu’il avait accepté.

Nucléaire: le chef de l’AIEA demande à l’Iran des mesures « concrètes » et « tangibles »

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a appelé mardi l’Iran à appliquer des « mesures très concrètes et tangibles », afin « d’accélérer » les négociations sur le programme nucléaire iranien.

Relevant qu’il y avait eu « un ralentissement dans la mise en œuvre » des engagements pris par l’Iran, M. Grossi a souligné au cours d’une conférence sur le nucléaire à Ispahan (centre) que ses discussions avec les autorités iraniennes se concentraient « sur les mesures très concrètes, pratiques et tangibles qui peuvent être mises en œuvre pour accélérer le processus ».

Plusieurs drones chargés d’explosifs lancés sur le nord d’Israël : des dégâts mineurs ; aucun blessé à déplorer

Plusieurs « cibles aériennes suspectes » – supposées être des drones chargés d’explosifs lancés par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah – qui ont pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban ont déclenché de nombreuses sirènes dans la péninsule de Galilée, selon l’armée israélienne.

L’un des drones apparents a été abattu par les défenses aériennes, un autre a frappé une zone près de Yiftah, provoquant un incendie, et d’autres ont causé des dégâts mineurs à des endroits non précisés, indique Tsahal.

Deux autres drones ont frappé des zones ouvertes, selon l’armée. Tsahal précise qu’il n’y a pas de blessés suite à l’attaque.

L’armée confirme également avoir mené des frappes dans le sud du Liban la nuit dernière, touchant des positions du Hezbollah.

L’opération de Rafah menace les efforts de cessez-le-feu, selon Le Caire

L’Égypte avertit que l’opération israélienne dans la ville de Rafah à Gaza menace les efforts de cessez-le-feu, peu après que l’armée israélienne a pris le contrôle du côté gazaoui du passage frontalier vital de Rafah entre l’enclave palestinienne et l’Égypte, selon le ministère des affaires étrangères.

L’armée de l’air abat un drone apparemment lancé depuis l’Irak

Cette image diffusée par l'armée israélienne le 14 avril 2024 montre un avion de chasse de l'armée de l'air israélienne sur un aérodrome non divulgué, après une mission d'interception de menaces aériennes. (Crédit : armée israélienne/AFP)
Cette image diffusée par l'armée israélienne le 14 avril 2024 montre un avion de chasse de l'armée de l'air israélienne sur un aérodrome non divulgué, après une mission d'interception de menaces aériennes. (Crédit : armée israélienne/AFP)

Dans la nuit, des avions de combat israéliens ont intercepté un drone volant vers Israël depuis la « l’orient », indique l’armée.

Tsahal affirme que le drone a été suivi tout au long de l’incident jusqu’à ce qu’il soit abattu, et qu’il n’a pas pénétré dans l’espace aérien israélien.

La Résistance islamique en Irak, soutenue par l’Iran, a affirmé avoir lancé un drone sur Israël cette nuit, visant une base militaire.

C’est la deuxième nuit consécutive qu’un drone apparemment lancé depuis l’Irak est abattu par les forces israéliennes.

La Chine exhorte Israël à « cesser d’attaquer Rafah »

La Chine a exhorté Israël mardi à « cesser d’attaquer Rafah », après l’annonce par l’armée israélienne de sa prise de contrôle du côté gazaoui du point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l’Egypte.

« La Chine (…) appelle fermement Israël à tenir compte des nombreuses demandes de la communauté internationale, à cesser d’attaquer Rafah et à faire tout ce qu’il peut pour éviter une crise humanitaire plus grave dans la bande de Gaza », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lin Jian.

Iran : les discussions sur le nucléaire avec l’AIEA ont été « positives »

Cette photo fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique montre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, participant à une réunion avec le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. (Crédit : Organisation iranienne de l'énergie atomique / AFP)
Cette photo fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique montre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, participant à une réunion avec le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. (Crédit : Organisation iranienne de l'énergie atomique / AFP)

Les discussions entre l’Iran et l’organe de surveillance nucléaire des Nations unies ont été positives et productives, a déclaré Mohammad Eslami, chef du département nucléaire iranien, lors d’une conférence de presse conjointe avec Rafael Grossi, chef de l’AIEA, dans la ville d’Ispahan, en Iran.

Grossi s’est rendu en Iran lundi dans l’espoir de renforcer la surveillance des activités atomiques de Téhéran par l’Agence internationale de l’énergie atomique après plusieurs échecs, mais les analystes et les diplomates estiment que son influence est limitée et qu’il doit se méfier des promesses en l’air.

En 2023, Téhéran a donné à l’organe de surveillance nucléaire de l’ONU des assurances très complètes qu’il contribuerait à l’enquête, longtemps bloquée, sur les particules d’uranium trouvées sur des sites non déclarés et qu’il réinstallerait les équipements de surveillance qui avaient été enlevés. Les rapports de l’AIEA aux États membres montrent que ces assurances n’ont guère été suivies d’effets.

« Nous poursuivons les interactions sur les questions non résolues, notamment celles concernant deux sites », a déclaré Eslami lors de la conférence de presse télévisée.

L’Iran enrichit de l’uranium jusqu’à une pureté de 60 %, proche des 90 % environ de l’uranium de qualité militaire. Si ce matériau était enrichi davantage, il suffirait pour fabriquer deux armes nucléaires, selon un critère officiel de l’AIEA.

L’Iran nie chercher à se doter d’armes nucléaires, mais aucun autre État n’a enrichi son uranium à ce niveau sans en produire.

L’ONU se plaint de la fermeture du point de passage de Rafah

Les troupes israéliennes du côté gazaoui du poste frontière de Rafah le 7 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)
Les troupes israéliennes du côté gazaoui du poste frontière de Rafah le 7 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)

Les autorités israéliennes ont refusé aux Nations unies l’accès au point de passage de Rafah, qui est fermé, vers le sud de la bande de Gaza, a déclaré mardi un porte-parole de l’agence humanitaire des Nations Unies OCHA.

« Nous n’avons actuellement aucune présence physique au point de passage de Rafah, car notre accès a été refusé par le COGAT », a déclaré Jens Laerke lors d’une conférence de presse à Genève, en faisant référence à l’organe du ministère de la Défense israélien supervisant les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

« On nous a dit qu’il n’y aurait pas de passage de personnel ou de marchandises à l’entrée ou à la sortie pour le moment. Cela a un impact considérable sur les stocks dont nous disposons », explique-t-il. « Nous disposons d’une très, très courte réserve de carburant d’une journée ».

« Actuellement, les deux principales artères d’acheminement de l’aide à Gaza sont bloquées », a-t-il déclaré, faisant référence au point de passage de Rafah, en Égypte, et au point de passage de Kerem Shalom, en Israël, qui a été la cible de tirs du Hamas.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique qu’Israël n’autorise pas non plus les transferts de patients par Rafah.

Des sources du Croissant-Rouge en Égypte ont déclaré que l’acheminement de l’aide pour Gaza avait été complètement interrompue à Rafah et au point de passage de Kerem Shalom, contrôlé par Israël. Une attaque à la roquette du Hamas depuis Rafah a tué quatre soldats israéliens à Kerem Shalom dimanche. Les tirs de roquettes se sont poursuivis ce matin.

Tsahal : 4 tirs de mortier sur Kerem Shalom depuis Rafah, aucun blessé

Quatre mortiers ont été lancés depuis la région de Rafah sur la communauté de Kerem Shalom, à la frontière de Gaza, il y a peu, indique l’armée israélienne.

Lors d’une attaque précédente, deux roquettes ont été tirées sur la même zone, l’une atteignant un champ ouvert et la seconde tombant à l’intérieur de la bande de Gaza, précise Tsahal.

L’armée ajoute que ces attaques n’ont fait ni dégât ni blessé.

Quatre soldats ont été tués dans l’attaque à la roquette revendiquée par le groupe terroriste palestinien du Hamas depuis Rafah sur  Kerem Shalom dimanche.

Le raid de Rafah est « limité » et ne constitue pas l’offensive majeure promise par Netanyahu

Les troupes israéliennes du côté gazaoui du poste frontière de Rafah le 7 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)
Les troupes israéliennes du côté gazaoui du poste frontière de Rafah le 7 mai 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’opération en cours de forces israéliennes à Rafah est une « opération limitée », a déclaré un responsable israélien au Times of Israel. « Elle est mise en œuvre pour faire pression sur le Hamas afin qu’il accepte un accord. »

Il ne s’agit pas de la vaste opération de Rafah que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis à plusieurs reprises qu’Israël mènerait à bien, selon CNN, qui, cite une source informée du plan israélien.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 34 789 morts

Une photo prise le 6 mai 2024 montre des volutes de fumée après un bombardement à l'est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (Crédit : AFP)
Une photo prise le 6 mai 2024 montre des volutes de fumée après un bombardement à l'est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. (Crédit : AFP)

Le ministère de la Santé à Gaza, contrôlé par le Hamas a annoncé mardi un nouveau bilan de 34 789 morts dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien le 7 octobre.

En 24 heures, au moins 54 morts supplémentaires auraient été recensés, selon un communiqué du ministère qui fait état de 78 204 blessés en sept mois de guerre.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Deux cent soixante-sept soldats ont été tués au cours de l’offensive terrestre contre le Hamas et des opérations menées le long de la frontière de Gaza.

Sirènes d’alerte aux roquettes à Kerem Shalom, à la frontière avec Gaza

Illustration : Le point de passage Keren Shalom entre Israël et Gaza (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash 90)
Illustration : Le point de passage Keren Shalom entre Israël et Gaza (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash 90)

Des sirènes d’alerte aux roquettes se sont fait entendre dans la communauté frontalière de Kerem Shalom, à Gaza.

Aucun dégât ni blessé n’est pour l’heure à signaler.

Il y a de cela une trentaine de minutes, le Hamas a revendiqué des tirs de roquettes sur une position militaire située non loin de la communauté.

Cette même base militaire a été la cible d’une attaque meurtrière à la roquette, dimanche, au cours de laquelle quatre soldats israéliens ont été tués.

Ce matin, l’armée israélienne intervient dans l’est de Rafah, dans le sud de Gaza, de l’autre côté de la frontière avec Kerem Shalom.

Deux explosions signalées près d’un navire au large du Yémen

Un navire marchand traversant le golfe d’Aden au large du Yémen a signalé deux explosions à « proximité immédiate », a rapporté mardi l’agence de sécurité maritime britannique UKMTO.

Le « navire et tout l’équipage sont en sécurité », précise UKMTO ajoutant que les « autorités enquêtent » sur les explosions qui ont eu lieu au sud de la ville yéménite d’Aden.

UKMTO, dirigée par la marine britannique, n’a pas fourni de détails sur le navire ou la nature de l’attaque.

Depuis novembre, les houthis du Yémen ont lancé des dizaines de frappes de drones et de missiles contre des navires en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, perturbant le commerce maritime mondial dans cette zone stratégique.

Vendredi, ils ont menacé d’étendre leurs opérations pour cibler les navires à destination d’Israël en Méditerranée.

Face aux attaques houthies, les Etats-Unis, ont mis en place en décembre une force multinationale pour protéger la navigation en mer Rouge et lancé en janvier, avec l’aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les rebelles.

Borrell : L’opération Rafah fera des victimes civiles, quoi qu’en dise Israël

Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, lors d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères européens et arabes, à Ryad, le 29 avril 2024. (Crédit : Fayez Nureldine/AFP)
Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, lors d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères européens et arabes, à Ryad, le 29 avril 2024. (Crédit : Fayez Nureldine/AFP)

L’opération israélienne sur Rafah risque de tuer davantage de civils et est menée malgré les avertissements explicites des États membres de l’Union européenne (UE) et des États-Unis, a déclaré le plus haut diplomate de l’UE.

« L’opération sur Rafah a repris, en dépit de toutes les demandes de la communauté internationale, des États-Unis, des États membres de l’Union européenne et de tous ceux qui ont demandé à M. [Le Premier ministre Benjamin] Netanyahu de ne pas attaquer », déclare Josep Borrell aux journalistes.

« Je crains que cela ne fasse à nouveau de nombreuses victimes, des victimes civiles. Quoi qu’ils disent. » « Il n’y a pas de zone de sécurité à Gaza », ajoute-t-il.

Les États-Unis retarderaient la livraison de bombes de précision à Israël – média

Un avion F-15 de l'armée israélienne sur la base militaire de Tel Nof, le 1er janvier 2024. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)
Un avion F-15 de l'armée israélienne sur la base militaire de Tel Nof, le 1er janvier 2024. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

L’administration Biden a retardé la vente de milliers d’armements de précision à Israël, ces derniers mois, a fait savoir le Wall Street Journal.

Cette initiative – qui comprend la suspension de la vente de bombes de modèle MK-82, de fusées et de dispositifs de guidage JDAM, qui renforcent la précision des munitions – aurait été prise alors que les États-Unis exercent des pressions pour dissuader Israël de lancer une offensive pleine et entière dans la ville de Rafah, située au sud de Gaza.

La vente des munitions avait été, à l’origine, convenue au mois de février, a poursuivi le journal.

La Maison Blanche a refusé tout commentaire, se contentant de dire que l’engagement américain à l’égard d’Israël est « sans faille ».

Des véhicules de Tsahal circulent côté oriental de la frontière entre Gaza et l’Égypte

Illustration : Des ambulances alignées du côté égyptien, sur une photo prise du côté gazaoui du point de passage de Rafah, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Illustration : Des ambulances alignées du côté égyptien, sur une photo prise du côté gazaoui du point de passage de Rafah, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Depuis ce matin, des véhicules militaires israéliens circulent le long de la frontière entre l’Égypte et Gaza, dans la partie orientale de Rafah.

Des images donnent à voir un véhicule blindé de transport de troupes orné de deux très grands drapeaux – un israélien et un autre de la 401e brigade blindée, l’unité qui a pris le côté gazaoui du point de passage de Rafah vers l’Égypte ce matin.

Des drapeaux israéliens ont par ailleurs été hissés au point de passage de Rafah après sa prise.

Tsahal publie des images de chars du côté gazaoui du point de passage de Rafah vers l’Égypte

Des soldats et chars de Tsahal du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024 (Forces de défense israéliennes)
Des soldats et chars de Tsahal du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024 (Forces de défense israéliennes)

L’armée israélienne a publié ce matin des images de ses chars en train de prendre le contrôle du côté gazaoui du point de passage de Rafah, à la frontière égyptienne.

Le point de passage a été pris dans le cadre d’une « opération ciblée » contre le Hamas dans « certaines zones de l’est de Rafah », a fait savoir Tsahal.

L’armée israélienne a ajouté disposer « de renseignements selon lesquels des terroristes utilisaient cette zone de passage à des fins terroristes ».

Dimanche, des roquettes tirées par le Hamas depuis les environs du passage de Kerem Shalom, dans le sud d’Israël, ont tué quatre soldats et fait plusieurs blessés.

Avant de lancer cette opération de nuit, l’armée israélienne a expliqué s’être « coordonnée avec les organisations internationales qui travaillent dans la région, leur demandant de se replier vers la zone humanitaire conçue pour l’évacuation de la population ».

L’adjoint de Sinwar aurait dit que l’Égypte a garanti que la guerre ne reprendrait pas après la trêve

Khalil al-Hayya pendant un entretien avec l'Associated Press à Istanbul, le 24 avril 2024. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)
Khalil al-Hayya pendant un entretien avec l'Associated Press à Istanbul, le 24 avril 2024. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

Khalil al-Hayya, un bras droit du chef du Hamas, Yahya Sinwar, a déclaré devant les caméras d’Al-Jazeera que « le premier jour de la mise en place de la première phase de l’accord, il y a l’engagement clair à stopper temporairement les opérations militaires ».

Il a indiqué que lors de la deuxième phase, « la cessation permanente des opérations militaires et hostiles » sera annoncée.

Il a ajouté que l’Égypte s’était portée garante dans le cadre de l’accord et qu’elle n’autoriserait pas la reprise de la guerre.

Il a noté que les médiateurs avaient infirmé le Hamas que le président Biden était déterminé à assurer que l’accord serait bien mis en œuvre.

Selon un article paru dans Haaretz, des sources du Hamas ont affirmé avoir reçu la garantie des États-Unis, du Qatar et de l’Égypte qu’Israël ne relancerait pas son offensive à l’issue de la mise en œuvre de l’accord en trois phases.

Les chars contrôlent le côté gazaoui du poste-frontière de Rafah avec l’Égypte, ainsi qu’une route de premier plan

Capture d'écran montrant un char du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024. (Capture d'écran : /X: used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Capture d'écran montrant un char du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024. (Capture d'écran : /X: used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

L’armée israélienne a confirmé que la 401e Brigade des Blindés avait capturé le côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, ce matin.

Ce poste-frontière, qui sépare la bande et l’Égypte, est dorénavant déconnecté de la route Salah al-Din, à l’Est de Rafah, dont les soldats de la Brigade Givati se sont emparés dans le cadre d’une offensive qui a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi.

Au cours de cette opération nocturne, environ 20 hommes armés ont été abattus et les troupes ont découvert trois puits de tunnel « importants », selon Tsahal.

Par ailleurs, une voiture remplie d’explosifs qui se dirigeait vers un char, pendant le raid, a été attaquée et détruite, ont noté les militaires.

Aucun soldat n’a été blessé dans le cadre de cette opération.

Les troupes ratissent actuellement le secteur et elles se préparent à mener de nouvelles missions.

De leur côté, plus de 50 sites du Hamas, à Rafah, ont été bombardés par l’armée de l’air, cette nuit, a précisé l’armée israélienne.

L’armée annonce la mort de 2 réservistes tués par un drone du Hezbollah

Deux soldats de réserve de Tsahal ont été tués lundi après-midi dans une attaque de drone chargé d’explosifs revendiquée par le groupe terroriste libanais pro-Iran du Hezbollah contre une position de l’armée située près de Metula, dans le nord d’Israël.

L’armée israélienne affirme avoir tenté, sans succès, d’intercepter le drone explosif qui a finalement frappé et tué les soldats.

Il s’agit du Master Sgt. (Rés.) Dan Kamkagi, 31 ans, originaire de Kfar Oranim, et du Master Sgt. (Rés) Nahman Natan Hertz, 31 ans, originaire d’Elazar.

Tous deux ont servi dans le 6551e bataillon de la 551e brigade.

Un autre soldat a été légèrement blessé lors de l’attaque, ajoute l’armée.

Leurs morts viennent s’ajouter au bilan des soldats tués lors des attaques menées à la frontière libanaise depuis le 8 octobre.

Neuf autres civils ont été tués dans les attaques du Hezbollah dans le nord d’Israël.

6 Israéliens arrêtés pour avoir attaqué et endommagé des camions d’aide humanitaire pour Gaza

Les forces de sécurité israéliennes montent la garde autour des camions transportant de l'assistance à Gaza lors d'une manifestation sur la Route 1 entre Jérusalem et Tel Aviv, le 6 mai 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes montent la garde autour des camions transportant de l'assistance à Gaza lors d'une manifestation sur la Route 1 entre Jérusalem et Tel Aviv, le 6 mai 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

La police a annoncé que six personnes avaient été arrêtées alors que des dizaines de manifestants tentaient de bloquer un convoi de camions transportant de l’aide humanitaire qui se rendait à Gaza.

Les protestataires ont bloqué les routes entre l’implantation de Maale Adumim, en Cisjordanie, et l’entrée de Jérusalem, tentant d’immobiliser les poids-lourds qui étaient en provenance, semble-t-il, de la Jordanie.

Les forces de l’ordre ont déclaré que plusieurs camions ont été endommagés, ainsi que les cargaisons.

C’est la deuxième fois qu’un convoi est attaqué depuis qu’Israël a rouvert le poste-frontière d’Erez, au nord de Gaza, pour permettre l’entrée de l’assistance au sein de l’enclave côtière.

Les manifestants s’insurgent contre l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza via Israël au moment où des dizaines d’Israéliens se trouvent encore entre les mains du Hamas, retenus en otage.

L’Arabie saoudite met en garde Israël contre une offensive à Rafah

L’Arabie saoudite a mis en garde Israël contre un raid à Gaza dans le cadre de ce que le royaume a décrit comme une campagne « sanglante et systématique » visant à prendre d’assaut tous les secteurs de la bande en entraînant le déplacement de ses citoyens, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Des images montrent un char de l’armée du côté gazaoui du poste de Rafah, à la frontière avec l’Égypte

Des images qui ont fuité montrent un char israélien du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, qui borde l’Égypte. Elles auraient été filmées ce matin.

La vidéo a été diffusée par Amit Segal, l’analyste politique de la Douzième chaîne, sur sa chaîne Telegram.

Les troupes n’ont pas l’autorisation de publier des images des opérations en cours pour des raisons de sécurité.

L’armée n’a pas donné de détail supplémentaire sur son raid mené à l’Est de Rafah, se contentant d’annoncer vaguement, lundi dans la soirée, qu’elle attaquait des sites du Hamas dans ce secteur.

Entraînement militaire dans l’espace aérien de Haïfa

L’armée israélienne a annoncé qu’elle allait lancer un exercice dans l’espace aérien de la baie de Haïfa dans la matinée de mardi.

Elle a fait savoir que pendant cet entraînement, des hélicoptères se déplaceront et que des explosions seront audibles.

Elle a ajouté qu’aucun incident sécuritaire n’était à craindre.

A l’échangeur de Latrun, des manifestants bloquent la route pour empêcher le transit des aides à Gaza

Des manifestants de droite ont affronté la police aux abords de l’échangeur de Latrun, sur la Route 1, alors qu’ils cherchaient à bloquer les camions qui transportaient des aides à Gaza, les empêchant de pénétrer dans l’enclave palestinienne, selon les médias israéliens.

Des images partagées par la chaîne publique Kan montrent une douzaine d’activistes du groupe Tzav 9, bloquant la route, qui sont dispersés par la police. D’autres semblent partir volontairement.

Un convoi de plus d’une dizaine de camions a été immobilisé.

Selon le site d’information Ynet, certains activistes ont pris des produits alimentaires et autres qui se trouvaient à bord des poids-lourds, les jetant sur la route.

Cette manifestation de Tzav 9, qui a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, est l’une des dernières tentatives visant à bloquer les camions d’assistance humanitaire à destination de Gaza, des camions partis de Jordanie et qui sont passés par Jérusalem.

Dans un communiqué, le groupe a indiqué qu’il continuerait à bloquer les poids-lourds qui se rendent dans la bande et il a réclamé la remise en liberté de tous les otages détenus par le Hamas pour mettre un terme à ses opérations de blocage.

L’échangeur de Latrun, situé à proximité de Modiin, est à une vingtaine de kilomètres à l’Ouest de Jérusalem.

Les soldats israéliens se battraient près du poste-frontière de Rafah avec l’Égypte

Des informations signalent que les troupes et les chars israéliens se rapprochent du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, entre l’Égypte et l’enclave palestinienne, après des combats qui sont survenus le long du Couloir Philadelphi, sur la frontière entre Gaza et l’Égypte.

Sur des images diffusées par la chaîne égyptienne al-Qahera, des tirs lourds et des explosions se font entendre ainsi que les drones de l’armée de l’air. Personne ne semble être présent sur le poste-frontière.

Un responsable égyptien a indiqué que l’opération semblait avoir une portée limitée. Lui et la chaîne Al-Aqsa du Hamas ont indiqué que les officiels israéliens avaient informé le Caire que les soldats se retireraient après avoir mené à bien un raid ciblé.

Dimanche, des combattants du Hamas, à proximité du poste-frontière de Rafah, avaient procédé à des tirs de roquette vers le sud d’Israël, tuant quatre militaires.

Un responsable palestinien de la sécurité et un officiel égyptien ont confirmé que les chars israéliens étaient entrés à Rafah.

Le site d’information palestinien al-Quds a affirmé que cinq victimes ont été amenées à un hôpital de Rafah après le bombardement d’une maison située à l’Ouest de Rafah.

Des informations en temps réel qui sont diffusées par Reuters, à un carrefour de Rafah, ne signalent que peu d’activités en dehors du déplacement des ambulances et des journalistes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.