Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Iran : les discussions sur le nucléaire avec l’AIEA ont été « positives »

Cette photo fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique montre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, participant à une réunion avec le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. (Crédit : Organisation iranienne de l'énergie atomique / AFP)
Cette photo fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique montre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, participant à une réunion avec le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. Mohammad Eslami, à Ispahan le 7 mai 2024. (Crédit : Organisation iranienne de l'énergie atomique / AFP)

Les discussions entre l’Iran et l’organe de surveillance nucléaire des Nations unies ont été positives et productives, a déclaré Mohammad Eslami, chef du département nucléaire iranien, lors d’une conférence de presse conjointe avec Rafael Grossi, chef de l’AIEA, dans la ville d’Ispahan, en Iran.

Grossi s’est rendu en Iran lundi dans l’espoir de renforcer la surveillance des activités atomiques de Téhéran par l’Agence internationale de l’énergie atomique après plusieurs échecs, mais les analystes et les diplomates estiment que son influence est limitée et qu’il doit se méfier des promesses en l’air.

En 2023, Téhéran a donné à l’organe de surveillance nucléaire de l’ONU des assurances très complètes qu’il contribuerait à l’enquête, longtemps bloquée, sur les particules d’uranium trouvées sur des sites non déclarés et qu’il réinstallerait les équipements de surveillance qui avaient été enlevés. Les rapports de l’AIEA aux États membres montrent que ces assurances n’ont guère été suivies d’effets.

« Nous poursuivons les interactions sur les questions non résolues, notamment celles concernant deux sites », a déclaré Eslami lors de la conférence de presse télévisée.

L’Iran enrichit de l’uranium jusqu’à une pureté de 60 %, proche des 90 % environ de l’uranium de qualité militaire. Si ce matériau était enrichi davantage, il suffirait pour fabriquer deux armes nucléaires, selon un critère officiel de l’AIEA.

L’Iran nie chercher à se doter d’armes nucléaires, mais aucun autre État n’a enrichi son uranium à ce niveau sans en produire.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.