Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Netanyahu : « Il y a une date » pour l’entrée de Tsahal à Rafah, pas de victoire sans opération dans cette ville

L'armée confirme la mort d'un haut commandant du Hezbollah tué dans une frappe : Une Palestinienne tente de poignarder des soldats au checkpoint de la vallée du Jourdain ; Israéliens et Palestiniens minimisent les informations de progrès dans les négociations au Caire

  • Jonathan Dekel Chen, père de l'otage Sagui Dekel Chen, pendant un rassemblement au  Lincoln Memorial de Washington, le 7 avril 2024. (Crédit : AP/Jose Luis Magana)
    Jonathan Dekel Chen, père de l'otage Sagui Dekel Chen, pendant un rassemblement au Lincoln Memorial de Washington, le 7 avril 2024. (Crédit : AP/Jose Luis Magana)
  • Des Palestiniens transportant un matelas sur un chemin, dans les décombres des immeubles de Khan Younès, le 7 avril 2024. (Crédit :  AFP)
    Des Palestiniens transportant un matelas sur un chemin, dans les décombres des immeubles de Khan Younès, le 7 avril 2024. (Crédit : AFP)
  • Liliana Segre, survivante de la Shoah et sénatrice, place ses mains sur une affiche à l'effigie d'un Israélien kidnappé lors d'une cérémonie de commémoration organisée par la communauté juive de Milan marquant les 6 mois de l'attaque commise par le Hamas en Israël, le 7 octobre, à Milan, en Italie. Photo prise le 7 avril 2024. (Crédit : AP/Luca Bruno)
    Liliana Segre, survivante de la Shoah et sénatrice, place ses mains sur une affiche à l'effigie d'un Israélien kidnappé lors d'une cérémonie de commémoration organisée par la communauté juive de Milan marquant les 6 mois de l'attaque commise par le Hamas en Israël, le 7 octobre, à Milan, en Italie. Photo prise le 7 avril 2024. (Crédit : AP/Luca Bruno)
  • Des milliers d'Israéliens prennent part à un rassemblement à Jérusalem réclamant la libération des otages détenus à Gaza, le 7 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Des milliers d'Israéliens prennent part à un rassemblement à Jérusalem réclamant la libération des otages détenus à Gaza, le 7 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Les troupes de la brigade de Commando en opération dans le quartier d'al-Amal, à Khan Younès, une image publiée le 7 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes de la brigade de Commando en opération dans le quartier d'al-Amal, à Khan Younès, une image publiée le 7 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le leader de l'opposition Yair Lapid pendant un rassemblement en soutien aux otages enlevés par le Hamas le 7 octobre au Lincoln Memorial de Washington, le 7 avril 2024. (Crédit : AP/Jose Luis Magana)
    Le leader de l'opposition Yair Lapid pendant un rassemblement en soutien aux otages enlevés par le Hamas le 7 octobre au Lincoln Memorial de Washington, le 7 avril 2024. (Crédit : AP/Jose Luis Magana)
  • Une personne écrit un message près de photographies d'otages israéliens pendant un rassemblement organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) appelant à la libération des otages détenus à Gaza sur l'esplanade du Trocadéro, à Paris, le 7 avril 2024. (Crédit : Thomas SAMSON / AFP)
    Une personne écrit un message près de photographies d'otages israéliens pendant un rassemblement organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) appelant à la libération des otages détenus à Gaza sur l'esplanade du Trocadéro, à Paris, le 7 avril 2024. (Crédit : Thomas SAMSON / AFP)

Les alarmes d’intrusion aérienne retentissent à Eilat, la défense aérienne israélienne en action

Des sirènes d’intrusion aérienne ont retenti dans la ville d’Eilat, la plus au sud d’Israël, et dans ses environs.

Des images ont montré deux missiles intercepteurs israéliens explosant au-dessus de la ville.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de la part de l’armée, mais le Commandement du Front intérieur a informé les habitants que l’incident était terminé.

Depuis le début de la guerre à Gaza, les Houthis, soutenus par l’Iran au Yémen, ont tenté à plusieurs reprises de tirer des drones et des missiles vers Eilat.

COGAT : 419 camions d’aide sont entrés à Gaza aujourd’hui, le nombre le plus élevé depuis le début de la guerre

L’Administration civile israélienne dans les Territoires palestiniens (COGAT) a indiqué que 419 camions d’aide humanitaire avaient été inspectés et transférés aujourd’hui vers la bande de Gaza.

Le COGAT a affirmé qu’il s’agissait du plus grand nombre de camions entrés en une journée depuis le début de la guerre, après le record d’hier de 322 camions.

L’arrivée de 29 autres camions a été coordonnée vers le nord de Gaza dans la nuit, a ajouté le COGAT.

En outre, 258 colis transportant « des centaines de milliers de repas » ont été largués par avion au-dessus de l’enclave palestinienne.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a déclaré que les plus de 300 camions entrés à Gaza dimanche constituaient un bon début, mais que les États-Unis espéraient en voir plus de 350 par jour à partir de la fin de la semaine.

Les médias palestiniens font état d’au moins 5 morts dans une frappe contre le bâtiment du ministère de l’Intérieur du Hamas

Les médias palestiniens ont rapporté une frappe aérienne israélienne sur le bâtiment du ministère de l’Intérieur du Hamas dans le camp de Maghazi, dans le centre de Gaza.

Selon certaines informations, au moins cinq personnes auraient été tuées dans cette frappe, dont le maire de Maghazi.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de la part de Tsahal sur cette frappe.

Tsahal affirme avoir frappé plusieurs positions du Hezbollah au Liban après un tir de roquettes sur la Galilée occidentale

La frontière israélienne avec le Liban, vue du côté israélien, le 8 avril 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
La frontière israélienne avec le Liban, vue du côté israélien, le 8 avril 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne affirme avoir mené ce soir des frappes supplémentaires contre des positions du Hezbollah dans le sud du Liban.

Les sites visés comprenaient des bâtiments utilisés par le Hezbollah, des sites de tirs de roquettes et des infrastructures appartenant au groupe terroriste à Kfarchouba, selon l’armée israélienne.

Un autre bâtiment à Odaisseh, où étaient rassemblés des membres du Hezbollah, a été pris pour cible il y a peu, a ajouté l’armée israélienne.

Plus tôt, Tsahal avait déclaré qu’une « cible aérienne suspecte » ayant pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban avait été interceptée par le Dôme de Fer au-dessus de la localité nord de Metula.

Il y a peu, plusieurs roquettes ont également été tirées depuis le Liban vers la Galilée occidentale et la région du Mont Dov, dont certaines sont retombées au Liban. Les autres ont touché des zones ouvertes dans le nord d’Israël, selon l’armée israélienne.

Tsahal affirme qu’une roquette a été tirée depuis la Syrie sur le plateau du Golan et que les troupes ont bombardé le site de tir

Une roquette a été tirée il y a peu depuis la Syrie sur le plateau du Golan, déclenchant des sirènes dans la communauté de Yonatan.

Le projectile a touché une zone dégagée selon l’armée, sans faire de blessés.

Elle a indiqué que les troupes avaient bombardé le site de lancement avec de l’artillerie.

Quelque 35 roquettes ont été tirées sur le nord d’Israël depuis la Syrie depuis le début de la guerre, selon Tsahal.

Washington détermine si le site qui aurait été frappé par Israël à Damas était un site consulaire iranien

Du personnel d'urgence et de sécurité sur le site des frappes qui ont touché un bâtiment à côté du consulat d’Iran à Damas, la capitale syrienne, le 1er avril 2024. (Crédit : Maher Al Mounes/AFP)
Du personnel d'urgence et de sécurité sur le site des frappes qui ont touché un bâtiment à côté du consulat d’Iran à Damas, la capitale syrienne, le 1er avril 2024. (Crédit : Maher Al Mounes/AFP)

Les États-Unis tentent toujours de déterminer si le site qui aurait été frappé par Israël la semaine dernière à Damas était une installation consulaire iranienne, a déclaré le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller.

Il a refusé de dire si les États-Unis condamneraient cette frappe s’il était déterminé qu’un bâtiment consulaire avait été effectivement visé, comme le prétend Téhéran.

La frappe aérienne du 1er avril a tué sept membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), dont deux généraux.

Miller a nié catégoriquement les informations selon lesquelles l’Iran aurait informé les États-Unis que Téhéran accepterait de suspendre sa réponse à la frappe si un cessez-le-feu était conclu à Gaza.

Washington mène des enquêtes sur la conduite de Tsahal à Gaza, et n’a pas conclu que l’armée violait le droit international

Le Département d’État américain a ouvert plusieurs enquêtes sur de potentiels crimes de Tsahal à Gaza, mais n’est pas encore parvenu à une conclusion selon laquelle Tsahal avait violé le droit international humanitaire dans sa guerre contre le Hamas dans l’enclave, a déclaré son porte-parole Matthew Miller.

« Nous avons un certain nombre d’experts différents dans nos bureaux qui examinent les faits, les appliquent au droit international et procèdent à des évaluations. Ces évaluations sont en cours », a déclaré Miller lors d’un point presse.

« Nous n’avons pas encore conclu qu’Israël avait violé le droit international humanitaire, mais nous avons des évaluations en cours sur plusieurs fronts différents », a-t-il ajouté.

Département d’État américain : Israël ne nous a pas informés de la date à laquelle il envisage d’entrer à Rafah

Le porte-parole du département d'État Matthew Miller répond aux questions pendant un point-presse au département d'État de Washington, le 18 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Nathan Howard)
Le porte-parole du département d'État Matthew Miller répond aux questions pendant un point-presse au département d'État de Washington, le 18 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Nathan Howard)

Le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a déclaré qu’Israël n’avait pas informé l’administration Biden de la date à laquelle l’armée prévoyait de lancer une offensive majeure sur la ville de Rafah, dans le sud de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré plus tôt dans la journée qu’il avait décidé d’une date pour l’entrée d’Israël à Rafah, bien que le Premier ministre ait annoncé à plusieurs reprises ces dernières semaines son approbation de plans opérationnels qui n’ont pas été mis en œuvre.

Miller a réitéré que Washington s’opposait à une invasion majeure à Rafah, arguant qu’Israël pouvait atteindre ses objectifs de guerre par d’autres moyens.

Le Département d’État américain déclare que le passage d’Erez pourrait rouvrir cette semaine pour permettre l’aide vers le nord de Gaza

Vue du passage d'Erez à la frontière israélienne avec la bande de Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Vue du passage d'Erez à la frontière israélienne avec la bande de Gaza, le 4 janvier 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

L’aide humanitaire pourrait commencer à affluer via le passage israélien d’Erez vers le nord de Gaza dès cette semaine, a déclaré le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller.

Miller a répété la satisfaction de Washington quant aux mesures initiales qu’Israël a accepté de prendre, notamment la réouverture du passage d’Erez, l’ouverture du port d’Ashdod comme autre point d’entrée pour l’aide, le soutien à un meilleur déploiement de l’aide en provenance de Jordanie et la création par Tsahal d’une nouvelle unité de déconfliction pour s’engager plus directement avec les agences humanitaires opérant à Gaza.

Plus de 300 camions d’aide sont entrés à Gaza hier et les États-Unis espèrent que 350 camions entreront quotidiennement dans la bande plus tard cette semaine, a déclaré Miller.

« Même si nous saluons ces premières mesures, il est crucial de reconnaître qu’il reste encore beaucoup à faire », a-t-il dit, soulignant que 100 % des habitants de Gaza souffrent d’insécurité alimentaire. « Nous espérons qu’Israël mettra pleinement en œuvre ses engagements rapidement, et nous surveillerons cette mise en œuvre. »

Les Etats-Unis réaffirment leur opposition à toute opération israélienne majeure à Rafah

Les Etats-Unis ont réaffirmé avec force lundi leur opposition à toute opération israélienne majeure à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, au moment où le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit avoir fixé « une date ».

« Nous avons clairement fait savoir à Israël que nous pensions qu’une invasion militaire massive de Rafah aurait un effet extrêmement néfaste sur ces civils et qu’elle nuirait en fin de compte à la sécurité d’Israël », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller.

Gal Hirsch rencontre son homologue américain pour discuter des efforts visant à libérer les otages

L’envoyé israélien pour les otages, Gal Hirsch, rencontre son homologue américain, Roger Carstens, et l’adjoint de ce dernier, Steven Gillen, à Tel-Aviv, pour discuter des efforts américains visant à parvenir à un accord pour libérer les otages détenus à Gaza.

Hirsch rencontrera ce soir les envoyés britanniques et allemands chargés du dossier des otages, et demain son homologue autrichien.

Lapid dit avoir parlé à Blinken de l’urgence d’une solution à Gaza, de la libération des otages

Le chef de l'opposition Yair Lapid s'adresse aux journalistes après avoir rencontré le secrétaire d'État américain Antony Blinken au département d'État américain, le 8 avril 2024, à Washington, DC. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)
Le chef de l'opposition Yair Lapid s'adresse aux journalistes après avoir rencontré le secrétaire d'État américain Antony Blinken au département d'État américain, le 8 avril 2024, à Washington, DC. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)

Le chef de l’opposition Yair Lapid affirme avoir discuté de la nécessité d’une solution à Gaza, en particulier de la libération des otages de l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, lors de ses entretiens avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken plus tôt dans la journée.

Lapid, qui s’est adressé aux journalistes à l’issue de la discussion, a déclaré qu’un accord sur les otages était difficile mais réalisable. Israël est également préoccupé par la situation humanitaire à Gaza et par la nécessité d’éviter de blesser des personnes dans le territoire palestinien, ajoute-t-il.

La proposition actuelle prévoit la libération de nombreux otages en vie – responsable

La proposition américaine en cours de discussion au Caire prévoirait la libération de nombreux otages en vie, selon un haut responsable israélien qui s’est confié àLa Treizième chaîne.

Toutefois, Israël devrait faire preuve d’une « grande souplesse » en ce qui concerne le retour des habitants de Gaza dans le nord du pays, notamment en autorisant un grand nombre d’entre eux à rentrer sans passer par des sites d’inspection.

Le responsable indique que les États-Unis dirigent les pourparlers et qu’ils exercent une pression importante sur le Qatar et l’Égypte.

La Turquie affirme qu’Israël refuse sa proposition de largage d’aide sur Gaza

Une opération conjointe jordanienne, française, américaine et égyptienne de largage de colis d'aide dans le nord de la bande de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : AFP)
Une opération conjointe jordanienne, française, américaine et égyptienne de largage de colis d'aide dans le nord de la bande de Gaza, le 5 mars 2024. (Crédit : AFP)

La Turquie a déclaré lundi qu’Israël avait bloqué sa demande de largage d’aide sur Gaza et annoncé avoir décidé de répondre par « une série de nouvelles mesures » contre ce pays.

A l’instar d’autres pays, l’armée de l’air turque voulait participer à une opération d’aide humanitaire avec ses avions-cargos.

« Aujourd’hui, nous avons appris que notre demande, qui a été bien accueillie par les autorités jordaniennes, a été rejetée par Israël. Il n’y a aucune excuse pour qu’Israël bloque notre tentative de parachuter de l’aide aux Gazaouis affamés », a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan.

« Nous avons décidé de prendre une série de nouvelles mesures contre Israël », a-t-il ajouté, précisant que celles-ci seraient annoncées par les institutions concernées.

M. Fidan a encore dit que les représailles approuvées par le président turc Recep Tayyip Erdogan, un fervent partisan de la cause palestinienne, seront mises en œuvre « étape par étape » et « sans aucun délai ».

« Ces mesures seront en place jusqu’à ce qu’Israël déclare un cessez-le-feu et permette à l’aide humanitaire d’arriver à Gaza de façon ininterrompue », selon le ministre.

Malgré des informations optimistes sur les négociations, un responsable israélien suggère que des écarts importants subsistent

Malgré des informations optimistes sur les négociations concernant les otages au Caire, un fonctionnaire israélien déclare au Times of Israel qu’il y a encore des écarts importants.

Le Hamas n’a toujours pas publié de liste des prisonniers qu’il souhaite voir libérés, et Israël n’a pas envoyé de liste des personnes qu’il est prêt à laisser partir, dans le cadre d’un éventuel accord.

Les discussions actuelles sont axées sur la résolution des désaccords concernant le retour des civils dans le nord de la bande de Gaza.

Le responsable affirme qu’il est clair que le chef du Hamas, Yahya Sinwar, se sent en position de force.

Netanyahu : « Il y a une date » pour l’entrée de Tsahal à Rafah, pas de victoire sans opération dans cette ville

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime dans une vidéo publiée le 20 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime dans une vidéo publiée le 20 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare qu' »il y a une date » pour l’entrée des troupes de Tsahal à Rafah, et répète dans une déclaration vidéo qu’il n’y aura pas de victoire sans opération dans la ville du sud.

Il affirme également avoir reçu une mise à jour détaillée sur les pourparlers qui se sont déroulés au Caire.

Nous travaillons en permanence à la réalisation de nos objectifs », déclare Netanyahu, « principalement la libération de tous nos otages et la victoire totale sur le Hamas ».

15 roquettes tirées du Liban sur le nord d’Israël, pas de blessés signalés

Un barrage de 15 roquettes a été tiré du Liban sur la région de Hanita, dans le nord d’Israël, il y a peu de temps, selon Tsahal.

Les roquettes ont toutes touché des zones ouvertes, selon l’armée.

Il n’y a pas de dégâts ni de blessés signalés.

 

« Il revient au Hamas de concrétiser » un cessez-le-feu à Gaza – Maison Blanche

La Maison Blanche a estimé lundi que le Hamas portait la responsabilité d’accepter un cessez-le-feu à Gaza avec Israël, après de nouvelles négociations indirectes ce week-end au Caire.

« A la fin du week-end, une proposition a été soumise au Hamas. Et maintenant, il revient au Hamas de la concrétiser », a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, lors d’une conférence de presse.

Les négociateurs de l’accord sur les otages attendent en ce moment-même une réponse du Hamas à la dernière proposition négociée ce week-end au Caire, a ajouté Kirby.

Kirby a confirmé que le chef de la CIA, William Burns, se trouvait au Caire à la tête de l’équipe de négociateurs américains, avec le Qatar et l’Égypte.

300 camions humanitaires entrés dimanche à Gaza : un « bon début », selon Washington

Des Palestiniens armés et masqués sur des camions chargés d’aide humanitaire internationale entrant à Gaza par le terminal de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 avril 2024. (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)
Des Palestiniens armés et masqués sur des camions chargés d’aide humanitaire internationale entrant à Gaza par le terminal de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 avril 2024. (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche, John Kirby, a déclaré que l’autorisation d’entrée délivrée par Israël à plus de 300 camions d’aide humanitaire à Gaza, hier, était un « progrès » et un « bon début », mais que les États-Unis souhaitaient que ce nombre passe à 350 dans les prochains jours et grimpe davantage encore par la suite.

On estime à 500 le nombre quotidien de camions autorisés à entrer dans Gaza avant le 7 octobre, alors que les besoins humanitaires étaient nettement moindres.

Lors d’un point de presse, Kirby a répété que les États-Unis se félicitaient des mesures prises par Israël pour permettre l’acheminement d’un plus gros volume d’aide à Gaza, à commencer par les projets d’ouverture du terminal d’Erez et du port d’Ashdod, mais que ces mesures restaient à mettre en œuvre et que ce regain d’aide devait se poursuivre sur de longues périodes.

Israël assure ne jamais avoir imposé de limite au volume d’aide autorisée à entrer à Gaza, mais le fait qu’un nombre record de camions aient été autorisés à entrer dans Gaza quelques jours après le tollé international occasionné par la frappe meurtrière accidentelle de Tsahal sur un convoi de l’ONG World Central Kitchen suggère le contraire.

La Maison-Blanche examine les conclusions préliminaires de l’enquête israélienne sur la frappe de la semaine dernière qui a tué sept employés de World Central Kitchen, a dit Kirby.

Le Qatar de plus en plus confiant que les négociations du Caire aboutissent à une trêve et à un accord de libération des otages

Des parents et des sympathisants des otages détenus à Gaza depuis le massacre du 7 octobre par le Hamas brandissant des pancartes et des drapeaux nationaux lors d'une manifestation devant la Knesset, à Jérusalem, le 7 avril 2024. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Des parents et des sympathisants des otages détenus à Gaza depuis le massacre du 7 octobre par le Hamas brandissant des pancartes et des drapeaux nationaux lors d'une manifestation devant la Knesset, à Jérusalem, le 7 avril 2024. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Alors que les négociations sur une trêve temporaire et un accord relatif aux otages se poursuivent au Caire, le Qatar est « plus confiant » qu’il ne l’était ces derniers jours quant à la conclusion d’un accord, a déclaré à la BBC Majed Mohammed al-Ansari, porte-parole du ministère qatarien des Affaires étrangères.

« Si vous me demandez si je suis plus optimiste aujourd’hui qu’il y a quelques jours, je dirais que oui », a déclaré al-Ansari.

Selon al-Ansari, plusieurs nouvelles propositions sont examinées de près par Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, dont une proposition rédigée par une délégation américaine qui a assisté aux pourparlers.

Il n’a pas fourni de détails sur le contenu des différentes propositions examinées, mais a dit espérer que la première phase d’un plan de trêve en trois parties puisse « bientôt » entrer en vigueur.

Tsahal déclare avoir frappé un site du Hezbollah au Liban

L’armée israélienne déclare que ses avions de combat ont mené une frappe contre un site du Hezbollah dans la région de Khiam, au sud du Liban, il y a peu de temps, où un membre du groupe a été repéré.

Tsahal indique également qu’un missile d’interception a été tiré sur une cible qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban plus tôt dans la journée, en Haute Galilée, mais il s’est avéré par la suite qu’il s’agissait d’une fausse identification, selon l’armée.

De nouvelles infiltrations présumées de drones et des sirènes de roquettes retentissent actuellement à Kiryat Shmona et dans les communautés voisines.

Le cabinet de sécurité se réunira mardi soir

Le cabinet de sécurité se réunira mardi soir à 19 heures, rapportent les médias israéliens.

Le cabinet se réunit habituellement le jeudi, et selon les informations, la réunion a été avancée pour discuter des négociations en cours sur les otages au Caire.

Les sirènes s’activent dans les communautés proches de la frontière libanaise

Les alertes d’intrusion d’avions hostiles retentissent dans le nord d’Israël, près de la frontière libanaise.

Les sirènes sont entendues dans de nombreux endroits, notamment à Kiryat Shmona, Metula et Margaliot.

 

Gallant : Nous sommes à un moment opportun pour l’accord sur les otages, mais nous devons prendre des décisions difficiles

Le ministre de la Défense Yoav Gallant visitant le QG du Commandement du Nord de l'armée israélienne, à Safed, le 29 mars 2024. (Crédit : Shachar Yurman/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant visitant le QG du Commandement du Nord de l'armée israélienne, à Safed, le 29 mars 2024. (Crédit : Shachar Yurman/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, estime qu’Israël se trouve « à un moment opportun » pour obtenir la libération des otages à Gaza, mais que cela nécessitera des « décisions difficiles ».

S’adressant aux nouveaux soldats incorporés dans les corps blindés et de génie de combat, Gallant rappelle que « nous avons l’obligation absolue de ramener nos captifs à la maison. »

Les mois de guerre à Gaza et les accomplissement d’Israël, dit-il, « nous permettent d’être flexibles, d’agir librement et de prendre des décisions difficiles afin de ramener les personnes enlevées. Je crois que nous sommes à un moment opportun, mais il y a une autre partie qui doit être d’accord ».

« Ensuite, nous retournerons au combat, et nous ferons tout ce que nous devons faire », ajoute Gallant.

 

Un drone kamikaze du Liban frappe une zone près de Rosh Hanikra, pas de victimes

Un drone apparemment chargé d’explosifs lancé depuis le Liban a frappé une zone près de Rosh Hanikra il y a peu de temps, selon Tsahal.

L’impact a provoqué un petit incendie mais aucun blessé n’a été signalé.

Les sirènes d’alerte d’infiltration de drones avaient retenti dans plusieurs localités de la Galilée occidentale au moment de l’incident.

 

« Nous ne laisserons pas le conflit avec Israël s’aggraver », dit le président du Parlement libanais

Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, ouvrant la 4e session pour élire un nouveau président, à Beyrouth, le 24 octobre 2022. (Crédit : Joseph Eid/AFP)
Le président du Parlement libanais, Nabih Berri, ouvrant la 4e session pour élire un nouveau président, à Beyrouth, le 24 octobre 2022. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Nabih Berri, président du Parlement libanais et allié du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, affirme que le Liban « continuera à faire preuve de retenue » face aux affrontements frontaliers avec Israël, et qu’il ne les laissera pas dégénérer en une guerre totale.

Dans une interview accordée à  Asharq Al-Awsat, un journal basé à Londres et appartenant à des Saoudiens, Berri accuse Israël de tenter délibérément d’entraîner le Liban dans une guerre et reproche à Jérusalem la « destruction systématique de dizaines de villes dans le sud [du Liban] », les transformant en « zones inhabitables ».

Depuis le 7 octobre, Israël répond aux attaques du Hezbollah qui ont contraint des dizaines de milliers de civils à quitter la zone frontalière.

Selon des sources proches du parti Amal de Berri et du Hezbollah, citées par Asharq Al-Awsat, le président du Parlement s’est coordonné avec l’envoyé américain Amos Hochstein pour trouver une solution diplomatique au conflit en appliquant la résolution 1701 de l’ONU. Cette résolution, qui a mis fin à la Deuxième Guerre du Liban en 2006, appelait à un cessez-le-feu permanent entre le Hezbollah et Israël, et établissait une zone démilitarisée entre la frontière nord d’Israël et le fleuve Litani au Liban. Israël affirme que le groupe terroriste chiite libanais n’a jamais respecté cette résolution.

Berri a reçu le soutien « inconditionnel » du Hezbollah dans ses négociations avec Hochstein, selon le journal.

Un autre politicien libanais de premier plan, Gebran Bassil, chef du parti Mouvement patriotique libre, chrétien maronite et ancien allié du Hezbollah jusqu’en 2022, s’en est pris dimanche au groupe terroriste chiite libanais, déclarant que « ceux qui pensent qu’ils peuvent vaincre Israël et en même temps contrôler d’autres citoyens se font des illusions », selon le site d’information libanais Naharnet.

« Nous ne sommes pas obligés de rester empêtrés dans une guerre à Gaza dont nous ne savons pas quand elle se terminera ni quel en sera l’impact et les conséquences pour le Liban », a affirmé Bassil.

Berlin doit arrêter d' »urgence » de fournir des armes à Israël, estime le Nicaragua devant la CIJ

Le Nicaragua a demandé lundi à la plus haute juridiction de l’ONU d’appeler l’Allemagne à cesser de fournir des armes à Israël, accusant Berlin de complicité dans ce qu’il considère être un « génocide » contre les Palestiniens à Gaza.

« L’Allemagne avait et a pleinement connaissance des risques d’utilisation des armes qu’elle fournissait et qu’elle continue de fournir à Israël en vue de commettre un génocide contre le peuple palestinien », a déclaré Alain Pellet, avocat du Nicaragua. « Il est urgentissime que celle-ci suspende enfin l’aide et l’assistance quelle fournit à cette fin ».

L’armée de l’air annonce la formation d’un nouvel escadron de « drones-béliers »

Des membres de l'armée de l'air israélienne assistant à une cérémonie pour la formation du 147e escadron de drones, à la base aérienne de Palmachim, dans le centre d'Israël, le 7 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des membres de l'armée de l'air israélienne assistant à une cérémonie pour la formation du 147e escadron de drones, à la base aérienne de Palmachim, dans le centre d'Israël, le 7 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée de l’air israélienne annonce la formation d’un nouvel escadron de drones qui utilisera le véhicule aérien sans pilote (UAV) Elbit Hermes 900.

Le 147ème escadron, appelé « The Battering Ram » (« Les béliers fonceurs »), a été lancé dimanche sur la base aérienne de Palmachim.

Tsahal indique que l’escadron a été créé dans le cadre des plans de l’armée de l’air israélienne visant à doubler les opérations de l’Hermes 900 au cours de la guerre, ainsi que d’autres changements apportés à l’ensemble des UAV.

L’unique autre escadron de Hermes 900, le 166e, se trouve à Palmachim.

Le drone Hermes 900 est utilisé par l’armée pour des missions d’attaque et de surveillance dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, au Liban et dans d’autres régions.

S’exprimant lors de la cérémonie d’inauguration, le général Tomer Bar, chef de l’armée de l’air, a déclaré que le nouvel escadron constituait un « ajout majeur ».

« Dans cette guerre légitime, toute la flotte de drones démontre une compétence opérationnelle et une efficacité opérationnelle extrêmement élevée. Des milliers de terroristes du Hamas tués, une multitude de missions [de surveillance] et de renseignement, une disponibilité et une flexibilité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sur une période de six mois », a affirmé Bar.

Netanyahu choisit un officier gravement blessé le 7 octobre comme son prochain secrétaire militaire

Le brigadier-général Roman Gofman sur une photo non datée. (Crédit : Armée israélienne)
Le brigadier-général Roman Gofman sur une photo non datée. (Crédit : Armée israélienne)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a choisi le général de brigade Roman Gofman pour être son prochain secrétaire militaire.

L’armée indique que cette nomination a été faite à la suite de consultations avec le ministre de la défense Yoav Gallant et le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi.

Gofman, qui a récemment occupé le poste de commandant de la base d’entraînement de Tzeelim, sera promu au grade de général de division dès son entrée en fonction, à une date qui reste à déterminer.

Il remplacera le général de division Avi Gil, qui occupe ce poste depuis près de trois ans.

Gofman a été grièvement blessé lors d’affrontements avec des terroristes du Hamas près de Sderot pendant l’assaut du 7 octobre. Il s’est rétabli par la suite.

Un autre responsable du Hamas minimise l’importance des négociations du Caire : « rien de nouveau »

Après des informations similaires dans le journal libanais Al-Mayadeen, un responsable du Hamas déclare à Reuters qu’aucun progrès n’a été réalisé lors d’un nouveau cycle de négociations sur le cessez-le-feu à Gaza au Caire, peu après que des sources égyptiennes ont déclaré que des progrès avaient été réalisés sur l’ordre du jour.

« Il n’y a pas de changement dans la position de l’occupation et, par conséquent, il n’y a rien de nouveau dans les pourparlers du Caire », a déclaré à Reuters un responsable du Hamas, qui a demandé à ne pas être nommé. « Il n’y a pas encore de progrès. »

À Jérusalem, le week-end dernier, le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré que suite aux pourparlers du Caire, les deux parties était plus proche que jamais d’un accord, pour la première fois depuis la trêve de novembre qui avait permis la libération de 105 otages.

« Nous avons atteint un point critique dans les négociations. Si elles aboutissent, un grand nombre d’otages rentreront chez eux », avait-il déclaré à la radio de l’armée israélienne.

 

Ben Gvir : si la guerre se termine sans assaut sur Rafah, Netanyahu devra partir

Le ministre d'extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de sa faction Otzma Yehudit à la Knesset, à Jérusalem, le 4 décembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
Le ministre d'extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dirigeant une réunion de sa faction Otzma Yehudit à la Knesset, à Jérusalem, le 4 décembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale , affilié à l’extrême droite, Itamar Ben Gvir, met en garde le Premier ministre Netanyahu de ne pas interrompre la guerre contre le Hamas à Gaza.

« Si le Premier ministre décide de mettre fin à la guerre sans lancer une offensive de grande envergure à Rafah pour vaincre le Hamas, il n’aura pas de mandat pour continuer à exercer ses fonctions de Premier ministre », écrit Ben Gvir sur X.

Smotrich demande à Netanyahu de convoquer le cabinet de sécurité pour faire le point sur la guerre

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a publié une déclaration appelant le Premier ministre Benjamin Netanyahu à convoquer sans délai le cabinet de sécurité pour discuter de l’état de la guerre contre le Hamas à Gaza, après que l’armée a retiré ses troupes du sud de la bande de Gaza.

« L’unique instance habilitée à prendre des décisions importantes en temps de guerre est le cabinet [de sécurité] au complet, mais malheureusement ce n’est pas ainsi que les choses se passent, et nous voyons des décisions prises par le cabinet [de guerre] restreint sans approbation, sans mise à jour du cabinet au complet, sous la pression internationale qui nuit à l’élan de la guerre et à nos intérêts en matière de sécurité », regrette-t-il.

Une Palestinienne tente de poignarder des soldats au checkpoint de la vallée du Jourdain

L’armée israélienne déclare qu’une Palestinienne a tenté de poignarder des soldats à un poste de contrôle dans la vallée du Jourdain.

La femme est arrivée au checkpoint de Tayasir, près de la ville cisjordanienne du même nom, et « après avoir refusé de s’identifier, elle a tenté de poignarder les soldats de Tsahal qui se trouvaient au poste », indique l’armée.

Aucun soldat n’a été blessé.

L’état de santé de la suspecte n’est pas encore précisé.

Amir-Abdollahian se rend à Damas une semaine après la mort de 7 membres du CGRI

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Abdallah Bouhabib, à Beyrouth, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Abdallah Bouhabib, à Beyrouth, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, est en route pour Damas, la capitale de la Syrie, selon les médias d’État, une semaine après qu’une frappe imputée à Israël a tué sept commandants du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) dans un bâtiment adjacent à l’ambassade iranienne.

L’Iran a juré de venger ces morts, et un haut conseiller du guide suprême a déclaré dimanche que les ambassades israéliennes n’étaient plus sûres.

Amir-Abdollahian a entamé hier une tournée régionale à Mascate, où il a rencontré des responsables omanais et un représentant des Houthis du Yémen, Mohammed Abdel Salam. Ce dernier a déclaré que le groupe terroriste soutenu par l’Iran continuerait à prendre pour cible les navires à destination d’Israël tant qu’un cessez-le-feu n’aurait pas été conclu à Gaza.

« L’attaque contre l’ambassade d’Iran à Damas est une nouvelle étape dans le bellicisme d’Israël et sa tentative d’étendre la guerre à l’échelle régionale », a déclaré Amir-Abdollahian au cours de sa visite à Oman.

Tsahal confirme l’élimination d’un haut commandant de la force d’élite Radwan du Hezbollah

L’armée israélienne affirme avoir éliminé un haut commandant de terrain de la force d’élite Radwan du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah lors d’une frappe aérienne effectuée cette nuit dans le sud du Liban.

Ali Ahmed Hassin, selon Tsahal, avait un rang équivalent à celui d’un commandant de brigade et était chargé des attaques sur la crête de Ramim, dans le nord d’Israël, une zone qui a fait l’objet d’attaques répétées à la roquette, au missile et au drone au cours de la guerre.

« Dans le cadre de son rôle, il était responsable de la planification et de l’exécution d’attaques terroristes dans la région de la crête de Ramim contre le front intérieur israélien », indique l’armée.

Hassin a été frappé dans la ville d’As-Sultaniyah, au sud du Liban. Selon Tsahal, deux autres terroristes du Hezbollah sous son commandement ont été tués dans l’attaque.

Tsahal a frappé des lance-roquettes à Gaza positionnés près d’abris humanitaires

Un lance-roquettes placé près d'un abri humanitaire, après que le lanceur a été frappé par l'armée, le 8 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Un lance-roquettes placé près d'un abri humanitaire, après que le lanceur a été frappé par l'armée, le 8 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne affirme avoir frappé trois lance-roquettes appartenant au groupe terroriste palestinien du Hamas qui étaient placés à proximité d’abris humanitaires à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, et qui ont été utilisés lors d’attaques contre le sud d’Israël.

Avant de procéder aux frappes, Tsahal s’est assuré que les civils avaient été évacués de la zone.

« Il s’agit là d’un nouvel exemple de l’exploitation par le Hamas de complexes et de zones humanitaires pour ses activités terroristes et de l’utilisation de la population civile comme bouclier humain », souligne l’armée.

Tsahal indique avoir également touché un autre lanceur de roquettes à Khan Younès hier, après qu’il a été utilisé pour lancer trois roquettes sur le sud d’Israël. D’autres infrastructures ont également été visées dans la région, précise l’armée.

Le maire d’une ville du sud placé en détention pour des soupçons de corruption

Un maire du sud d’Israël fait l’objet d’une enquête pour corruption, indique la police.

À la suite d’une enquête confidentielle, les autorités ont arrêté le fonctionnaire et plusieurs autres suspects et ont procédé à des perquisitions.

L’identité du suspect n’a pas été révélée, pas plus que d’autres détails sur les délits présumés.

Un responsable israélien minimise les perspectives de trêve : « Pas d’accord à l’horizon »

Des hauts fonctionnaires israéliens cités par la Douzième chaîne et Ynet jettent encore plus de doute sur la perspective d’un accord imminent pour la libération des otages.

« Nous ne voyons toujours pas d’accord à l’horizon », déclare un responsable à Ynet. « Le fossé [entre les parties] est encore grand et il n’y a rien eu de spectaculaire jusqu’à présent. »

Un responsable de Gaza nie tout progrès dans les négociations sur un cessez-le-feu

La chaîne Al-Mayadeen, affiliée au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, cite un haut responsable palestinien non identifié à Gaza qui nie l’existence de progrès substantiels dans les négociations sur le cessez-le-feu.

Ce responsable se plaint de « l’obstination » d’Israël et insiste sur le fait que « jusqu’à présent, il n’y a pas de progrès ».

Les Palestiniens signalent un attentat à la bombe contre un bulldozer de Tsahal près de Naplouse

Une vidéo partagée en ligne montre un large panache de fumée s’élevant au-dessus du camp de réfugiés de Balata, près de Naplouse, alors que des soldats israéliens auraient effectué des raids dans la région.

Selon des informations non vérifiées, la fumée provient d’une explosion contre un bulldozer israélien qui opérait dans le camp de Cisjordanie.

D’autres images montrent un véhicule militaire israélien en feu à la suite de l’attaque.

L’armée israélienne n’a fait aucun commentaire.

Toronto : Un groupe pro-palestinien perturbe un rassemblement pour les otages ; 2 arrestations – médias

Deux personnes ont été arrêtées à Toronto alors que des tensions ont éclaté entre une foule qui organisait un rassemblement appelant à la libération des otages détenus à Gaza et un petit groupe d’activistes pro-palestiniens qui s’opposent apparemment à la libération des otages.

Les arrestations sont rapportées par le Toronto Star, bien que le motif des arrestations ou les charges éventuelles restent imprécis.

Dans une vidéo partagée en ligne, un homme portant un drapeau palestinien à une courte distance du rassemblement pro-Israël, crie dans un haut-parleur : « vos jours heureux sont terminés », et traite les participants de « tueurs de prophètes » qui ont tué Jésus, sous les acclamations de ceux qui se trouvaient à côté de lui.

Le leader conservateur Pierre Poilievre assiste au rassemblement et appelle à une solution à deux États, mais seulement après l’anéantissement complet du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Un haut commandant du Hezbollah tué lors d’une frappe au sud-Liban – médias

Un commandant de terrain de la force d’élite Radwan du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a été tué en même temps que deux autres personnes lors d’une frappe israélienne sur le village d’al-Sultanya, dans le sud du Liban, ont déclaré deux sources de sécurité à Reuters.

Le Hezbollah a déclaré dimanche en fin de journée qu’un élément du groupe terroriste originaire de Kfar Kila, une ville située à la frontière avec Israël, avait été tué « alors qu’il accomplissait son devoir de djihadiste ».

L’annonce a été faite après que l’armée israélienne a déclaré avoir frappé des positions du Hezbollah à Kafar Kila, ainsi qu’un lance-roquettes à Yaroun, en publiant une vidéo de la frappe.

Le Hezbollah a signalé que 272 éléments ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 53 autres membres de groupes terroristes distincts, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

Un homme arrêté après avoir incendié la porte du bureau du sénateur Bernie Sanders

Un homme a été arrêté pour avoir vraisemblablement déclenché un incendie devant le bureau du sénateur Bernie Sanders à Burlington, dans le Vermont, selon le bureau du procureur de l’État.

Shant Soghomonian, 35 ans, est entré vendredi dans le bâtiment situé dans le centre de Burlington et s’est dirigé vers le bureau de Sanders situé au troisième étage. Il a été filmé par les caméras de vidéosurveillance en train de projeter un liquide près de la porte et d’y mettre le feu, selon le bureau du procureur de l’État.

Les extincteurs automatiques se sont déclenchés à plusieurs étages lorsque Soghomonian est parti par un escalier. Plusieurs personnes se trouvaient à l’intérieur du bureau, sans toutefois être blessées, bien que la porte et les zones environnantes aient été endommagées par l’incendie, selon le bureau du procureur.

Aucun motif n’a été communiqué.

Sanders est un sénateur indépendant qui représente depuis longtemps l’État du Vermont, dans le nord-est des États-Unis. En 2016 et en 2020, il avait tenté en vain de devenir le candidat du parti Démocrate à l’élection présidentielle.

Un groupe soutenu par l’Iran en Irak revendique de nouvelles attaques de drones contre Israël

La « Résistance islamique en Irak », une nébuleuse de groupes pro-iraniens affirme avoir mené deux attaques contre des positions militaires israéliennes dimanche matin.

Le groupe terroriste chiite qui chapeaute les milices soutenues par l’Iran affirme avoir tiré avec des drones sur une base située sur le plateau du Golan et sur une autre base à l’intérieur d’Israël.

Aucune frappe de drone n’a été signalée dimanche matin, mais des sirènes de roquettes ont retenti à 11 heures sur le plateau du Golan, où se trouve l’une des bases.

Les attaques revendiquées surviennent une semaine après que le groupe terroriste a assumé la responsabilité d’une attaque de drone sur une base navale d’Eilat. Israël a affirmé que ce drone avait été « fabriqué en Iran » et que l’attaque avait été « dirigée par l’Iran ».

Israël se prépare à des représailles iraniennes après une frappe, largement attribuée à Israël, sur un bâtiment diplomatique iranien à Damas la semaine dernière, tuant d’importants membres du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) de l’Iran.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.