Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

L’armée déclare avoir pris le contrôle opérationnel de Jabaliya

Tsahal a annoncé le déploiement une brigade supplémentaire à Khan Younès, qualifiée de "nouvelle capitale du terrorisme" par Yoav Gallant

Des troupes de la 7e Brigade Blindée opérant, à Khan Younès, dans le sud de Gaza, sur une photo diffusée le 17 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes de la 7e Brigade Blindée opérant, à Khan Younès, dans le sud de Gaza, sur une photo diffusée le 17 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré mardi soir que l’armée avait déployé une brigade supplémentaire à Khan Younès.

« Dans le sud de Gaza, dans la région de Khan Younès, nous étendons nos opérations et les approfondissons. Nous avons ajouté une brigade complète et déployé des forces supplémentaires de génie de combat pour les opérations dans la région, afin d’améliorer nos opérations », a déclaré Hagari.

Concernant le vaste réseau de tunnels du Hamas et autres infrastructures que l’armée israélienne cherche à détruire, Hagari a déclaré : « Nous devons démanteler le Hamas, et cela prendra le temps qu’il faudra. »

Lors d’une tournée de la frontière de Gaza mardi, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que l’opération terrestre d’Israël s’étendrait bientôt « à d’autres zones » de Gaza, faisant apparemment référence au centre de la bande de Gaza ou à la ville la plus méridionale de Rafah, où les Palestiniens ont signalé qu’au moins 28 personnes avaient été tuées dans des frappes aériennes plus tôt dans la journée de mardi.

Des Palestiniens inspectent les dégâts après une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le19 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)

« Khan Younès est devenue la nouvelle capitale du terrorisme. Nous ne relâcherons pas notre action là-bas tant que nous n’aurons pas atteint les hauts responsables du Hamas« , a-t-il déclaré, selon un communiqué de son bureau.

Parallèlement, le commandant de la 162e Division, le général de brigade Itzik Cohen, a déclaré mardi soir que les forces avaient réussi à « briser les capacités opérationnelles » de la brigade nord du Hamas à Gaza, les troupes ayant pris le contrôle total du quartier de Jabaliya.

Le commandant de la 162e division, le général de brigade Itzik Cohen (au centre), avec d’autres officiers à Jabaliya, à Gaza City, dans une image publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

« Jabaliya n’est plus la Jabaliya qu’elle était, nous avons tué des centaines de terroristes à Jabaliya et arrêté environ 500 suspects d’activités terroristes, dont certains ont participé aux événements du 7 octobre », a déclaré Cohen.

Selon les évaluations militaires, environ un millier de terroristes du Hamas ont été tués par les troupes à Jabaliya. Au moins 3 500 Palestiniens ont été capturés par Tsahal, dont au moins 500 sont soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes, y compris les attaques du 7 octobre dans le sud d’Israël.

Au moins 70 des quelque 3 000 terroristes qui ont perpétré les attaques du 7 octobre vivaient à Jabaliya, et jusqu’à présent, 57 de leurs maisons ont été détruites par l’armée.

Tsahal a déclaré que certains des suspects du terrorisme qui se sont rendus aux troupes à Jabaliya s’étaient retranchés dans des sites civils, notamment des hôpitaux et des écoles.

De nombreux sites du Hamas, y compris des terrains d’entraînement, des centres de commandement, des ateliers de production d’armes et des tunnels, ont été détruits à Jabaliya, a ajouté l’armée.

La 162e Division a également trouvé du matériel de renseignement du Hamas au cours des opérations à Jabaliya, ce qui a contribué à intensifier les opérations dans la région.

Cohen a déclaré que sa division avait « procédé au démantèlement des capacités militaires » de la brigade nord du Hamas à Gaza.

Selon des sources palestiniennes, les troupes israéliennes ont perquisitionné l’hôpital Al-Ahli à Gaza City pendant la nuit. L’église qui exploite l’hôpital a déclaré que la majorité du personnel encore en service à l’hôpital avait été interpellé, et un mur à l’avant du bâtiment avait été détruit.

L’hôpital a été le théâtre d’une explosion au début de la guerre qui a tué des dizaines de personnes. Il s’est avéré que l’explosion était due à une roquette palestinienne mal tirée.

Don Binder, pasteur à la cathédrale anglicane Saint-Georges, qui gère l’hôpital, a déclaré que le raid de la nuit laissait seulement deux médecins, quatre infirmières et deux concierges pour s’occuper de plus de 100 patients gravement blessés, sans eau courante ni électricité.

Il a ajouté qu’un char israélien était stationné sur les décombres à l’entrée de l’hôpital, empêchant toute entrée ou sortie.

Israël soutient depuis longtemps que le Hamas utilise des hôpitaux à l’intérieur de Gaza à des fins militaires, et depuis le début de la guerre, Tsahal a opéré à l’intérieur d’hôpitaux dans le nord de Gaza et produit des preuves pour étayer ses affirmations.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas dans la bande de Gaza a déclaré que depuis le début de la guerre, plus de 19 600 personnes ont été tuées, la plupart d’entre elles étant des civils.

Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et incluraient environ 7 000 membres du Hamas ou des terroristes affiliés au Hamas, ainsi que des civils tués par des roquettes palestiniennes mal tirées. Environ 1 000 terroristes ont été tués en Israël lors de l’assaut du 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.