L’armée détruit la maison du terroriste palestinien qui avait tué Ronen Lubarsky
Rechercher

L’armée détruit la maison du terroriste palestinien qui avait tué Ronen Lubarsky

Islam Yousef Abu Hamid, dont le frère avait commis un acte terroriste dans les années 90, a tué le sergent israélien en lui lançant un bloc de pierre de 19 kg sur la tête

Ronen Lubarsky, soldat de l'armée israélienne de l'unité Duvdevan décédé le 26 mai 2018 après avoir été grièvement blessé par un bloc de marbre reçu à la tête deux jours auparavant (Autorisation)
Ronen Lubarsky, soldat de l'armée israélienne de l'unité Duvdevan décédé le 26 mai 2018 après avoir été grièvement blessé par un bloc de marbre reçu à la tête deux jours auparavant (Autorisation)

Mercredi, l’armée israélienne a émis un ordre de démolition pour la maison du Palestinien qui avait tué le sergent Ronen Lubarsky au cours d’un raid dans un camp de réfugiés situé à proximité de Ramallah en mai.

La famille d’Islam Yousef Abu Hamid, âgé de 32 ans, a été informée que Tsahal avait l’intention de détruire les quatre étages du bâtiment, et pas seulement les deux étages comme cela avait été annoncé auparavant.

L’armée israélienne a précisé que la maison était érigée sur une parcelle où un bâtiment avait déjà été détruit dans les années 1990 après une attaque perpétrée par le frère de Hamid. A l’époque, on avait donné l’ordre à la famille de ne pas rebâtir la structure.

En mai, un tribunal militaire a mis Hamid en examen pour meurtre. Le procureur général militaire a demandé qu’il reste en détention provisoire jusqu’à la fin de la procédure qui le vise.

Selon les documents de mis en examen, l’acte d’Hamid a été effectué en représaille à l’arrestation d’un de ses frères en janvier.

Les soldats israéliens arrêtent un homme palestinien soupçonné d’avoir tué un soldat en jetant une pierre qui l’a atteint à la tête au camp de réfugiés d’Am-Amari à Ramallah, la veille, le 6 juin 2018 (Capture d’écran : Armée israélienne)

La nuit de l’incident, le suspect a été réveillé par les aboiements des chiens et les cris de soldats qui procédaient à l’arrestation de ses voisins dans la maison d’à côté.

Hamid est monté sur le toit de la maison voisine où il a choisi le plus lourd de deux blocs de marbre. Il a ensuite soulevé le bloc de 19 kg sur le bord du toit avant de le lancer sur Lubarsky, qui se trouvait juste en dessous.

Le suspect est immédiatement retourné sur le toit de sa maison puis s’est discrètement faufilé à l’intérieur alors que les autres soldats portaient secours à leur camarade blessé.

Lubarsky, originaire de la ville de Rehovot au centre d’Israël, a été gravement blessé et avait succombé à ses blessures deux jours plus tard.

Hamid a également été accusé d’obstruction à la justice parce qu’il a tenté de modifier la scène du crime dans les heures qui ont suivi l’incident.

En effet, selon les éléments du dossier, Hamid est ensuite retourné sur le toit de l’autre maison et a utilisé des produits d’entretien pour effacer ses empreintes du deuxième bloc de pierre qu’il avait touché, avant de ne pas le choisir pour le lancer sur le soldat.

Les soldats israéliens arrêtent un homme palestinien soupçonné d’avoir tué un soldat en jetant une pierre qui l’a atteint à la tête au camp de réfugiés d’Am-Amari à Ramallah, la veille, le 6 juin 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal avait expliqué que les soldats étaient en mission pour arrêter des membres d’une cellule terroriste qui avaient mené des attaques à l’arme à feu. Le raid avait été organisé sur la base d’informations obtenues en coordination avec l’agence du Shin Bet.

Quelques jours après le meurtre de Lubarsky, l’armée israélienne avait mené un raid à al-Amari afin de retrouver l’assassin du soldat. Des affrontements avaient éclaté entre les résidents et les troupes israéliennes, et 13 Palestiniens avaient été légèrement ou modérément blessés, selon un communiqué du ministère palestinien de la Santé à l’époque.

Selon le Shin Bet, Hamid avait été incarcéré dans une prison israélienne de 2004 à 2009 pour des activités terroristes commises pour le compte du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Dans un communiqué, le service de sécurité avait également dit que les frères de Hamid étaient des membres du Hamas.

« Les frères d’Islam sont des membres du Hamas. Dans le passé, ils ont mené des attaques terroristes au cours desquelles des Israéliens ont été tués, y compris l’agent du Shin Bet Noam Cohen », a précisé le Shin Bet.

Cohen a été tué en 1994 quand des membres du Hamas avaient ouvert le feu sur sa voiture alors qu’il roulait avec un informateur du Hamas dans la ville de Hébron en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...