L’armée ferme une radio de Hébron pour “incitation” à la violence
Rechercher

L’armée ferme une radio de Hébron pour “incitation” à la violence

Al-Sabanel est suspecté de rendre hommage aux terroristes et d’encourager les Palestiniens à combattre Israël

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens démantèlent l'équipement de radio-transmission de la radio al-Sabanel, à Dura, près de Hébron, en Cisjordanie, le 31 août 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Des soldats israéliens démantèlent l'équipement de radio-transmission de la radio al-Sabanel, à Dura, près de Hébron, en Cisjordanie, le 31 août 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Les troupes israéliennes ont fermé mercredi matin une station de radio palestinienne et arrêté cinq de ses employés dans le sud de la Cisjordanie, pour « diffusion de programmes incitant [à la violence] », a annoncé l’armée.

La radio al-Sabanel, située à Dura, près de Hébron, aurait soutenu des attaques contre des Israéliens, rendu hommage aux activités terroristes et appelé les Palestiniens à rejoindre le soulèvement contre Israël.

Sous les ordres du général Roni Numa, le dirigeant du Commandement central de l’armée, les soldats, accompagnés de policiers, d’agents du Shin Bet et de représentants de l’Administration civile du ministère de la Défense, sont entrés dans la station de radio mercredi et ont saisi « l’équipement technique et les transmetteurs », a annoncé l’armée.

Les cinq employés arrêtés par l’armée ont été remis au Shin Bet, où ils seront interrogés.

Des soldats israéliens devant la radio al-Sabanel à Dura, près de Hébron, avant de fermer la station en raison de ses "programmes incitant [à la violence]", en Cisjordanie, le 31 août 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Des soldats israéliens devant la radio al-Sabanel à Dura, près de Hébron, avant de fermer la station en raison de ses « programmes incitant [à la violence] », en Cisjordanie, le 31 août 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

D’autre part, les soldats israéliens ont arrêté huit Palestiniens en Cisjordanie, principalement pour des jets de pierre et des participations à des « émeutes violentes contre des citoyens et des forces de sécurité », a annoncé l’armée.

Deux des individus arrêtés, l’un de Hébron, et l’autre de Salem, au nord de la Cisjordanie, sont suspectés d’être membre du Hamas, groupe terroriste palestinien, a annoncé l’armée.

En mars, l’armée israélienne avait fermé une autre radio de Cisjordanie, Palestine al-Yawm (Palestine Aujourd’hui), pour des accusations similaires d’incitations à la violence.

« La station était apparemment utilisée par l’organisation du Jihad islamique palestinien comme instrument central pour inciter [à la violence] la population de Cisjordanie, puisque elle appelait à ce que des attaques terroristes soient menées contre l’Etat d’Israël et ses habitants », avait à l’époque déclaré le Shin Bet.

Les dirigeants politiques israéliens se sont à plusieurs reprises exprimés contre l’incitation à la violence dans les médias palestiniens, et les programmes de la télévision palestinienne ont été cités comme sources d’inspirations dans plusieurs enquêtes du Shin Bet sur des terroristes.

En janvier, Morad Bader Abdullah Adais, qui a été accusé d’avoir poignardé à mort Dafna Meir, mère de six enfants, avait déclaré aux enquêteurs avoir été influencé par un « programme de télévision palestinien qui décrivait Israël ‘tuant de jeunes Palestiniens’ », selon le Shin Bet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...