Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

L’armée ouvre une enquête après qu’un réserviste met en garde contre une mutinerie

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, un militaire masqué déclare que les soldats n'obéiront plus aux ordres si le gouvernement ne poursuit pas "la victoire totale" contre le Hamas

La capture d'écran d'une vidéo censée montrer un réserviste de l'armée israélienne à Gaza menaçant de se révolter, publiée le 24 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran X : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
La capture d'écran d'une vidéo censée montrer un réserviste de l'armée israélienne à Gaza menaçant de se révolter, publiée le 24 mai 2024. (Crédit : Capture d'écran X : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’armée israélienne a déclaré, samedi, qu’elle ouvrait une enquête criminelle après la diffusion d’une vidéo montrant un réserviste masqué. Sur les images, l’homme menace d’une mutinerie si le gouvernement doit renoncer à son objectif de remporter « la victoire complète » contre le Hamas.

« Le comportement présenté dans cette séquence est une violation grave des ordres de Tsahal et des valeurs de l’armée et il fait naître des soupçons de délit criminel », a sobrement fait savoir Tsahal en réponse à une demande sur le sujet.

L’Unité du porte-parole de l’armée israélienne a indiqué que le procureur-général militaire avait ordonné à la police militaire de lancer des investigations après la diffusion de la vidéo.

Le chef d’état-major de l’armée, le général Herzi Halevi, a aussi demandé aux commandants de discuter sans tarder avec leurs subordonnés, indépendamment de leur grade, de ces images « au vu de la gravité de cet incident ».

Dans la vidéo, qui a été tout d’abord partagée par le journaliste d’extrême-droite Yinon Magal avant d’être reprise par le fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Yair, sur les réseaux sociaux, un réserviste, le visage masqué, demande au ministre de la Défense Yoav Gallant de quitter son poste et menace de ne plus suivre les ordres si le gouvernement doit ne pas poursuivre son objectif « de victoire totale » contre le Hamas.

« Premier ministre Benjamin Netanyahu, cette vidéo est pour vous. Nous, soldats réservistes, nous n’avons pas l’intention de confier les clés à une autorité palestinienne quelle qu’elle soit. Nous n’avons pas l’intention de confier les clés de Gaza à une entité quelle qu’elle soit – le Hamas, le Fatah ou n’importe quelle entité arabe. Les soldats réservistes sont derrière vous et nous voulons gagner la guerre », explique le soldat qui s’exprime depuis ce qui semble être un immeuble détruit de Gaza.

« Nous avons une opportunité unique ; vous avez cent mille soldats réservistes qui sont prêts à donner leur vie pour le peuple d’Israël. Qui sont prêts à mourir. Nous avons tout perdu : nous avons perdu notre vie de famille, nous avons perdu notre gagne-pain, nous n’avons nulle part où aller. Nous resterons là jusqu’à la fin. Jusqu’à la victoire », continue l’homme.

« Yoav Gallant, vous ne pouvez pas gagner la guerre. Partez. Vous ne pouvez pas gagner cette guerre. Vous ne pouvez pas nous commander », poursuit-il.

Le militaire jure de refuser tout ordre de la part de Gallant, ajoutant que les soldats n’écouteront que Netanyahu. Il émet une menace, en disant que les cent mille réservistes se déploieront le long de la frontière et qu’ils refuseront d’en bouger et il appelle les citoyens, en Israël, à les rejoindre si le gouvernement devait renoncer à son objectif d’éradiquer le Hamas dans sa totalité.

« Réfléchissez bien à qui vous confierez les clés après ça. Nous voulons la victoire. Nos frères et nos sœurs ne sont pas morts pour rien ; les femmes n’ont pas été violées pour rien ; les gens n’ont pas été massacrés dans leur lit pour rien », explique-t-il, en référence à la fois aux soldats tombés au combat à Gaza et aux victimes des atrocités qui avaient été commises par le Hamas, le 7 octobre.

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid a déclaré samedi que les vidéos appelant à la rébellion au sein de l’armée israélienne sont « dangereuses et désastreuses », qu’elles soient authentiques ou mises en scène.

Lapid a écrit sur X que le fait que les partisans du Premier ministre Benjamin Netanyahu aient partagé la vidéo avec « enthousiasme » démontre « une nouvelle tentative d’échapper à la responsabilité de celui qui a conduit au plus grand désastre de l’Histoire du peuple juif depuis la Shoah ». « Il faut mettre fin à cette folie. Ce gouvernement doit être écarté de nos vies avant qu’il ne détruise tout ce qui est vrai et sacré dans ce pays », a-t-il écrit.

« Le Premier ministre a mis en garde à de multiples reprises contre les dangers du phénomène de l’insubordination et de l’attitude permissive à son égard », peut-on lire dans le communiqué du cabinet du Premier ministre, quelques minutes après la publication par les médias israéliens d’une citation d’un haut fonctionnaire dénonçant son « silence assourdissant » sur la vidéo. Sans faire directement référence à la vidéo ou à son fils, le communiqué ajoute que Netanyahu a été « cohérent » dans sa position sur l’insubordination militaire et qu’il « rejette catégoriquement tout refus de quelque côté que ce soit ». Le Premier ministre attend de « tous les systèmes qu’ils traitent [ceux qui refusent] de la même manière ».

Netanyahu a fait des déclarations similaires contre « l’insubordination » lorsque des centaines de réservistes d’élite avaient cessé de se porter volontaires au début de 2023 pour protester contre la refonte – largement controversée – du système judiciaire annoncée par son gouvernement.

La source principale citée par la Douzième chaîne il y a peu avait déclaré que le partage de la vidéo par Yaïr Netanyahu était « un appel clair à la rébellion contre le commandement de Tsahal ». « Le Premier ministre, dans son silence assourdissant, heure après heure, soutient cet acte grave », a déclaré la source.

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz a aussi appelé, samedi, le Premier ministre à dénoncer les éventuels appels lancés par les soldats à désobéir aux ordres.

« Dans l’armée, en tant qu’armée du peuple, des soldats provenant de tous les segments de la société israélienne servent, avec une grande variété de points de vue et de convictions – mais il n’y a qu’un seul haut rang de commandement : celui du chef d’état-major », a dit Gantz qui est l’un des trois membres seulement disposant du droit de vote au sein du cabinet de guerre, la cellule de commandement militaire gouvernementale, dans une déclaration.

« Exprimer un soutien à l’appel à la rébellion en période de guerre ou en général, comme c’est le cas dans la vidéo qui a été diffusée hier, porte atteinte à la sécurité d’Israël », a indiqué l’ancien chef d’état-major qui a demandé à Netanyahu « de condamner clairement, sans ambiguïté, cette vidéo factieuse sans se cacher derrière les mots ».

L’ouverture de cette enquête militaire marque un changement supplémentaire dans la politique mise en place par Tsahal, qui tente de se positionner plus durement contre les violations au règlement qui sont faites par les soldats qui servent au sein de la bande.

Jusqu’à une date récente, l’armée avait largement détourné le regard face aux soldats qui contrevenaient au code de conduite militaire – avec des incidents impliquant des graffitis politiques peints sur les murs ou la publication de vidéos montrant des actes de vandalisme, et ce alors même que des commandants de premier plan mettaient en garde contre ces pratiques.

Des soldats israéliens en opération, dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 23 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

En plus de ce dernier dossier, au cours des derniers jours, l’armée a ouvert deux enquêtes de plus après la circulation, sur internet, de vidéos montrant des troupes en train de brûler des livres – notamment un Coran – ce qui semble indiquer un changement soudain dans la politique officieuse qui, jusqu’à présent, consistait à largement ignorer ce genre de cas.

Si les commandants avaient mis en garde les soldats contre de tels agissements, au début de la guerre, l’armée semble avoir été trop préoccupée par les soldats pour prendre ce type d’incident en charge à un moment où les activités militaires, dans certains secteurs de Gaza, étaient devenus semblables aux opérations de routine menées sur les autres fronts. Il apparaît dorénavant que Tsahal a pris la décision de prendre au sérieux ces violations faites à son code de conduite.

Dans la vidéo où il menace de mutinerie, le soldat fait apparemment référence aux désaccords entre Netanyahu et Gallant – des désaccords qui ne cessent de s’approfondir – sur la question « du lendemain » de la guerre à Gaza et des différentes options sur les personnes ou sur les entités qui pourraient être appelées à prendre les rênes de la bande.

Gallant avait lancé un appel à Netanyahu, au début du mois, disant dans un discours public que le Premier ministre devait prendre « des décisions difficiles » pour promouvoir une gouvernance autre que celle du Hamas à Gaza, indépendamment du prix qui serait à payer aux niveaux personnel ou politique par le Premier ministre, parce que les avancées de la guerre étaient mises en péril par l’indécision et que la sécurité à long-terme d’Israël était en jeu.

Gallant avait averti, dans son allocution, que lui-même ne consentirait pas à une gouvernance israélienne civile ou militaire au sein de l’enclave côtière, ajoutant qu’une gouvernance assurée par des entités palestiniennes autres que le Hamas, avec l’aide d’acteurs internationaux, était dans l’intérêt de l’État juif.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) avec le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv, le 16 décembre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Netanyahu avait rapidement rétorqué qu’il n’était « pas prêt à passer du Hamastan au Fatahstan, » une référence faite à l’Autorité palestinienne, qui est dominée par le parti politique du Fatah.

Cela fait longtemps que Netanyahu et son gouvernement sont critiqués pour leur refus de planifier la gestion de la bande de Gaza pour l’après-guerre, et le Premier ministre a refusé de discuter de manière substantielle, au sein du cabinet, du sujet, inquiet à l’idée qu’un tel débat n’entraîne l’effondrement de sa coalition, avec une extrême-droite catégoriquement opposée à la perspective d’une gouvernance autre qu’Israélienne au sein de l’enclave côtière.

Netanyahu a rejeté les efforts livrés pour inclure l’Autorité palestinienne dans les plans d’après-guerre à Gaza, affirmant que cette dernière, plus modérée que le Hamas et qui soutient publiquement la solution à deux États, n’est finalement guère différente du groupe terroriste qui contrôle actuellement l’enclave dans la mesure où elle se refuse à accepter l’existence d’Israël, elle aussi, et qu’elle promeut la haine de l’État juif.

L’armée israélienne a aussi été gênée, dans ses efforts visant à vaincre le Hamas, par les nombreuses pressions de la communauté internationale qui somme Israël de ne pas mener une campagne militaire d’ampleur à Rafah, dans le sud de Gaza, où des centaines de milliers de Palestiniens déplacés ont trouvé un abri.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.