Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

L’armée renforce ses frappes pour faciliter l’incursion contre le Hamas à Gaza

Le porte-parole de Tsahal a dit qu'Israël était " fort aux niveaux défensif et offensif" sur la frontière nord et que l'armée préparait des surprises au Hamas à Gaza

Des tanks Merkava en position aux abords du kibboutz Beeri, à proximité de la frontière avec la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)
Des tanks Merkava en position aux abords du kibboutz Beeri, à proximité de la frontière avec la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Israël a bombardé la bande de Gaza dans la nuit de dimanche après avoir annoncé l’intensification de ses frappes en préparation d’une incursion terrestre, après deux semaines d’une guerre déclenchée par l’attaque sanglante du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne, a indiqué, samedi soir, qu’Israël se préparait à entrer « dans la phase suivante de la guerre et dans les meilleures conditions pour nous – nous ne nous conformerons pas à ce qu’on pourra nous dire par ailleurs. »

« A partir d’aujourd’hui, nous renforcerons nos frappes et nous minimiserons les dangers », a dit Hagari lors d’une conférence de presse diffusée à la télévision.

Israël affirme que son offensive contre le Hamas vise à éliminer les infrastructures du groupe terroriste, s’engageant à faire disparaître toute l’organisation responsable du carnage qui a eu lieu, le 7 octobre, dans le sud de l’État juif, aux côtés d’autres groupes terroristes. Lors de ce bain de sang, environ 2 500 terroristes avaient franchi la clôture frontalière avec Israël, s’introduisant au sein de l’État juif par voie maritime, aérienne et terrestre sous couvert d’un barrage de milliers de roquettes. Cette attaque barbare a fait 1 400 morts du côté israélien, des civils en majorité.

Des familles entières avaient été exécutées – des enfants, des femmes, des personnes âgées ou des hommes – dans leurs habitations. 260 personnes avaient été massacrées lors d’un festival de musique électronique, parmi de multiples horreurs perpétrées par les hommes du Hamas – des horreurs qui, selon Biden, ont relevé « du pire massacre de Juifs depuis la Shoah.

Les terroristes avaient également pris plus de 200 personnes en otage, de tous les âges, qui sont dorénavant retenues en captivité à Gaza. Samedi, Tsahal a annoncé que les familles de 212 otages avaient été informées que leurs êtres chers étaient détenus à Gaza, un chiffre qui n’est pas définitif alors que les militaires épluchent encore les nouvelles informations qui leur parviennent concernant les portés-disparus.

Des familles d’Israéliens pris en otage par des terroristes du Hamas à Gaza brandissant des photos de leurs proches enlevés devant le Musée d’art de Te Aviv, le 21 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Deux otages américano-israéliennes – Judith et Natalie Raanan, une mère et sa fille – ont été libérées vendredi matin.

Israël indique chercher à minimiser le nombre de victimes civiles tout en menant des frappes aériennes sur les sites liés au Hamas à Gaza, qui sont aussi pris pour cible par des tirs d’artillerie.

L’armée a déclaré, samedi matin, qu’elle continuait à se préparer à une offensive terrestre dans la bande de Gaza alors que « un programme pour l’expansion des combats » a été approuvé ces derniers jours, ajoutant que l’incursion ne serait lancée que lorsqu’Israël le jugerait bon.

Les troupes « s’entraînent conformément au plan d’opération qui a été approuvé », a noté Tsahal dans un communiqué en diffusant les images d’exercices de tirs à balle réelle.

L’armée israélienne a déployé des dizaines de milliers de soldats aux frontières de ce territoire où vivent 2,4 millions de Palestiniens. L’incursion majeure commencera « bientôt », ont précisé les responsables israéliens.

Les soldats israéliens travaillent sur un tank près de la frontière avec la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 20 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

L’armée répond aussi actuellement à des attaques commises par le groupe terroriste du Hezbollah, au Liban, qui est soutenu par l’Iran, et par les factions palestiniennes armées du sud du Liban. Le Hezbollah a revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques au missile prenant pour cibles de postes militaires et des villes israéliennes, samedi et au cours des deux dernières semaines, alors qu’Israël s’inquiète de l’ouverture potentielle d’un front nord en plus du conflit qui l’oppose au Hamas, dans le sud.

Le Hezbollah « entraîne le Liban dans une guerre dont il ne tirera aucun profit, mais dans laquelle il risque de perdre beaucoup », a averti dimanche le porte-parole de l’armée israélienne Jonathan Conricus.

Face aux « escalades de l’Iran et de ses forces affiliées », le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a annoncé le déploiement de plusieurs systèmes de défense antimissiles « à travers la région », sans préciser où exactement, et le placement en état de « pré-déploiement » de moyens militaires supplémentaires, sans préciser leur nombre.

« Ces mesures renforceront les efforts de dissuasion régionale, augmenteront la protection des forces américaines dans la région et contribueront à la défense d’Israël », a déclaré Austin.

Après le 7 octobre, les Etats-Unis avaient déjà déployé deux porte-avions et leurs navires d’escorte en Méditerranée orientale pour protéger Israël.

Le porte-parole Daniel Hagari a déclaré samedi qu’Israël était « fort aux niveaux défensif et offensif » sur sa frontière nord où plane la menace du Hezbollah tout en établissant clairement que « la mission principale reste Gaza ».

« C’est là que se trouve le Hamas, et c’est là que se trouvent nos ressortissants qui ont été enlevés ; nous accordons toute notre attention à Gaza », a-t-il continué.

Hagari a expliqué que « notre principale mission est d’éliminer les terroristes et avant tout ceux qui ont été impliqués dans le massacre qui a eu lieu il y a deux semaines, à Shabbat. Nous continuons à bombarder des cibles terroristes avant la prochaine étape de la guerre ».

Affirmant que le Hamas « est pire que Daesh [le groupe terroriste de l’État islamique] », Hagari a indiqué que le Hamas « s’est infiltré en Israël et il a massacré, violé, assassiné, brûlé vif ; il a tué des bébés, des femmes, des enfants, des personnes âgées, des Arabes… tous Israéliens. Ils ont tué tous ceux qu’ils ont pu voir… Des personnes qui ne parlaient pas notre langue, des musulmans, ils ont tué. Ils ont commis des crimes contre l’Humanité et ils ont enlevé et emmené à Gaza des nouveau-nés, des enfants, des femmes, des personnes en situation de handicap, des personnes âgées, des personnes malades, et ils les retiennent en captivité dans la bande ».

« Le monde ne doit pas oublier que le Hamas a commis et qu’il commet des crimes contre l’Humanité », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors de sa déclaration le 17 octobre 2023, affirmant que le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien était responsable d’un tir de roquette raté qui a touché un hôpital de la bande de Gaza, tuant des centaines de personnes. (Capture d’écran)

« C’est le Hamas qui a lancé cette guerre, ce n’est pas Israël. Le Hamas se cache derrière les civils à Gaza et il veut que les résidents meurent pour gagner l’admiration du monde », a-t-il affirmé.

Alors que des vagues de roquette continuent à s’abattre sur les villes israéliennes, Hagari a déclaré qu’environ 550 des milliers de projectiles lancés par les organisations terroristes de Gaza en direction du territoire israélien sont retombées au sein de l’enclave depuis le début de la guerre, le 7 octobre, « tuant des résidents gazaouis ».

Il a répété que le Hamas tirait intentionnellement des roquettes depuis des immeubles civils pour provoquer une riposte israélienne.

Avant l’offensive terrestre qui se profile à l’horizon, Tsahal a demandé aux civils qui vivent dans le nord de l’enclave côtière de partir vers le sud – un ordre qui a été redonné samedi par Hagari.

Le général Herzi Halevi, chef d’état-major de l’armée, a de son côté indiqué aux commandants de la brigade d’infanterie Golani qu’ils devaient s’attendre à des surprises lorsqu’ils entreraient à Gaza mais que Tsahal, pour sa part, en avait aussi préparé certaines.

« Nous allons entrer dans Gaza, nous allons le faire pour un but opérationnel, détruire les infrastructures et les terroristes du Hamas, et nous allons le faire de manière professionnelle », a-t-il affirmé.

« Gaza est complexe, Gaza est densément peuplé, l’ennemi y prépare beaucoup de choses, mais nous nous préparons aussi », a prévenu le général Halevi.

Le chef d’état-major de Tsahal, le général Herzi Halevi, s’exprime devant les commandants de la Brigade Golani depuis une base militaire non-identifiée, le 21 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef de l’armée de l’air a lui aussi expliqué que les soldats, pendant l’incursion terrestre, combattront le Hamas avec autant de résolution que si les frappes aériennes des deux dernières semaines n’avaient pas eu lieu.

« Je ne voudrais pour rien au monde échanger ma place avec l’ennemi qui rencontrera une brigade ou une division de l’armée israélienne », s’est exclamé le général Tomer bar pendant une réunion avec des commandants.

« Avec la détermination que je constate, je m’en vais avec le sentiment très fort qu’en plus de l’armée de l’air, il y a une machine ici qui fonctionnera, je n’ai aucun doute là-dessus », a-t-il continué.

« Jusqu’à présent, nous avons frappé le Hamas à des milliers de reprises, avec des milliers de bombes qui ont précisément atteint leur cible. Le Hamas est affaibli aujourd’hui mais allons le traiter comme s’il était toujours doté de toutes ses capacités », a poursuivi Bar.

« Nous allons entrer à Gaza avec toute notre puissance et nous allons attaquer le Hamas comme s’il était en train de nous combattre au tout premier jour de la guerre », a-t-il précisé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les membres du cabinet de guerre, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre Benny Gantz, se sont rendus samedi dans le sud d’Israël pour voir les préparations de Tsahal en amont de l’incursion terrestre qui est prévue.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.