L’armée vise des Gazaouis armés après un tir palestinien manqué sur un avion
Rechercher

L’armée vise des Gazaouis armés après un tir palestinien manqué sur un avion

Un membre du Hamas a été tué, selon les Palestiniens ; Israël a ciblé un bâtiment du Hamas après que des Palestiniens ont fait exploser une bombe près d'un bulldozer militaire

Les forces israéliennes déployées aux abords du  Kibbutz Kerem Shalom sur la frontière israélienne au sud de la bande de Gaza alors que la fumée de pneus brûlés par les Palestiniens se dégage, le 6 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA
Les forces israéliennes déployées aux abords du Kibbutz Kerem Shalom sur la frontière israélienne au sud de la bande de Gaza alors que la fumée de pneus brûlés par les Palestiniens se dégage, le 6 avril 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MENAHEM KAHANA

Jeudi matin, des avions de l’armée de l’air israélienne ont bombardé une équipe d’hommes armés palestiniens, après qu’ils ont tiré sur un avion de l’armée de l’air israélienne. Les tirs ont raté l’avion, mais ont déclenché des sirènes de roquettes dans les communautés israéliennes près de Gaza, a indiqué l’armée.

Un des membres du Hamas a été tué dans la frappe, et un autre a été grièvement blessé, selon le ministère de la Santé du Hamas dans l’enclave côtière. Le groupe terroriste a déclaré que le défunt était l’un de ses combattants qui tenait un point d’observation à l’est de la ville de Gaza, dans le nord de la bande de Gaza.

L’attaque des hommes armés du Hamas sur l’avion a eu lieu peu de temps après que les avions de combat de l’armée de l’air ont bombardé l’une des positions du groupe terroriste dans le nord de la bande de Gaza, en représailles à une bombe lancée par des Palestiniens contre un bulldozer israélien dans le nord de la bande de Gaza, qui n’avait causé ni blessure ni dommage, a déclaré l’armée.

L’avion israélien n’a pas été touché par les tirs et n’a subi aucun dégât.

Des dommages au toit d’une maison israélienne dans la région de Shaar Hanegev, près de Gaza, qui a été causée par des tirs provenant de l’enclave côtière le 12 avril 2018 (Crédit : Conseil régional de Shaar Hanegev)

Certaines des balles tirées par les tireurs du Hamas à l’avion ont heurté une maison dans la région de Shaar Hanegev quand ils sont retombés sur terre, causant de légers dommages mais aucune blessé.

Les sirènes anti-roquettes qui ont été déclenchées par les coups de feu dans les conseils régionaux de Shaar Hanegev et de Sdot Negev qui bordent la bande de Gaza ont précipité des milliers d’Israéliens dans les abris en plein milieu de la nuit.

La maison israélienne qui a été touchée semble avoir subi de légers dommages sur le toit et sur le plafond interne.

Des dommages au toit d’une maison israélienne dans la région de Shaar Hanegev, près de Gaza, qui a été causée par des tirs provenant de l’enclave côtière le 12 avril 2018 (Crédit : Conseil régional de Shaar Hanegev)

Une fausse alerte similaire s’est produite le mois dernier, avec des tirs de mitrailleuses de Gaza qui ont déclenché non seulement des sirènes, mais aussi la batterie de défense antimissile Dôme de Fer en raison de « l’hypersensibilité » du système, selon l’armée.

La cible de l’attaque aérienne initiale de mercredi était un site militaire appartenant au Hamas dans le nord de la bande de Gaza. Les médias palestiniens l’ont ensuite identifiée comme la base d’« Abu Jarad » dans le sud de la ville de Gaza.

« L’armée israélienne considère l’organisation terroriste du Hamas comme responsable de tous les incidents qui ont lieu dans la bande de Gaza ou qui en proviennent et ne permettra pas à un groupe terroriste de transformer la zone frontalière en zone de combat », a déclaré l’armée.

Les forces israéliennes déployées près du kibboutz Nir Oz à la frontière entre Gaza et Israël, plongées dans la fumée des pneus brûlés par les Palestiniens près de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 6 Avril 2018 (AFP PHOTO / Menahem KAHANA)

Au cours de ces derniers mois, il y a eu une augmentation du nombre d’attaques par engin explosif improvisé le long de la frontière de Gaza. En février, quatre soldats ont été blessés, dont deux grièvement, lorsqu’un groupe terroriste palestinien a fait exploser une bombe faite pour ressembler à un drapeau, qui était fixé à la barrière de sécurité.

Les Gazaouis ont mené une série de manifestations à la frontière israélienne au cours des dernières semaines, qui sont devenus à plusieurs reprises violentes et au cours desquelles une trentaine de manifestants palestiniens ont été abattus après s’être approchés de la barrière israélienne. Les Palestiniens ont insisté sur le fait que les manifestations étaient dirigées par des civils et étaient non-violentes, tandis qu’Israël affirme que ces manifestations servent de couverture à des tentatives de mener des actions violentes contre les troupes israéliennes et à des tentatives de violation de la frontière.

Selon les analystes de la défense, les marches sont une nouvelle tactique du Hamas pour mener des opérations terroristes dans la confusion des manifestations, les roquettes du groupe ayant été contrecarrées par le Dôme de Fer israélien et la menace de ses tunnels ont été contrecarrées par la barrière souterraine construite autour de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...