Rechercher

L’avion de l’oligarque Abramovich aurait atterri en Israël malgré les sanctions

Le jet a effectué plusieurs voyages entre Moscou et la Turquie ces derniers jours, mais on ignore si le milliardaire juif russe-israélien était à bord

Le propriétaire du club de football de Chelsea, Roman Abramovich, est assis dans sa loge le 19 décembre 2015, avant le match de football de la Premier League anglaise entre Chelsea et Sunderland au stade de Stamford Bridge à Londres. (Crédit : AP Photo/Matt Dunham)
Le propriétaire du club de football de Chelsea, Roman Abramovich, est assis dans sa loge le 19 décembre 2015, avant le match de football de la Premier League anglaise entre Chelsea et Sunderland au stade de Stamford Bridge à Londres. (Crédit : AP Photo/Matt Dunham)

Les spéculations concernant le lieu où se trouve le milliardaire juif russe Roman Abramovich se sont intensifiées dimanche après qu’un avion lui appartenant a été repéré atterrissant à Tel-Aviv.

Abramovich, détenteur d’un passeport israélien et propriétaire du club de football Chelsea de la Premier League anglaise, a été sanctionné par le Royaume-Uni la semaine dernière à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Londres a décidé de geler ses avoirs et de lui interdire de voyager et d’opérer des transactions avec des particuliers et des entreprises britanniques. En conséquence, il devrait être chez lui à Londres.

La nationalité portugaise qu’il a acquise l’année dernière en revendiquant un héritage sépharade a également fait l’objet d’un examen minutieux ; le rabbin qui s’est porté garant a été arrêté.

Les données de vol signalées par un compte Twitter qui suit le mouvement des six avions d’Abramovich, ont montré qu’un Gulfstream G650 appartenant à Abramovich avait atterri à Tel Aviv vers 21h00, heure locale.

L’avion avait décollé de Moscou. On ingore si Abramovich lui-même, ou bien des membres de sa famille étaient à bord.

Plus tard dans la journée, la chaîne Kan a fait savoir qu’une grande voiture avait quitté, lundi, la maison à Herzliya de l’oligarque russo-israélien.

La présence de l’homme d’affaires ou de membres de sa famille dans le véhicule n’a pas été confirmé.

La chaîne a fait savoir que l’avion devait quitter Israël pour Moscou en fin de journée.

La semaine dernière, le site d’information Ynet a rapporté que l’oligarque judéo-russe avait été vu en train de dîner dans un restaurant gastronomique de Tel-Aviv mercredi. Le site d’information a par la suite supprimé l’article sans fournir d’explications.

Dossier – Dans cette photo d’archive du 2 décembre 2010, le Premier ministre russe de l’époque, Vladimir Poutine, à droite, félicite les membres de la délégation russe, de gauche à droite : le chef d’orchestre Valery Gerguiev, l’homme d’affaires Roman Abramovich et le gouverneur de Nizhny Novgorod Valery Shantsev ; après qu’il a été annoncé que la Russie accueillerait la Coupe du monde de football 2018, à Zurich, en Suisse. (Crédit : AP Photo/Alexei Nikolsky, Piscine)

Abramovich est devenu une cible privilégiée des responsables américains et européens qui ont juré de saisir les yachts, les jets et les autres actifs appartenant aux oligarques russes afin de faire pression sur le président russe Vladimir Poutine pour mettre un terme à l’invasion de l’Ukraine.

Les déplacements de plusieurs oligarques, y compris Abramovich, ont été suivi de près par des amateurs utilisant des données publiques pour rendre compte du mouvement de leurs avions et yachts privés.

Selon @RUOliarchJets, un compte Twitter géré par l’adolescent américain Jack Sweeney, le G650 d’Abramovich, immatriculé au Luxembourg, s’est déplacé plusieurs fois entre Moscou et la Turquie au début du mois.

L’avion s’est envolé pour Moscou depuis Bakou, en Azerbaïdjan, le 1er mars, puis est reparti pour Istanbul. Un jour plus tard, l’avion s’est envolé pour Ankara, où il est resté jusqu’à son retour à Istanbul le 4 mars. Samedi, l’avion a quitté Istanbul pour Moscou et dimanche s’est dirigé vers l’aéroport Ben Gourion.

Un 787 Dreamliner, également immatriculé au nom d’Abramovich, a été vu se déplaçant entre Moscou et Dubaï début mars. De plus, un hélicoptère appartenant au milliardaire a été repéré autour des îles des Bermudes fin février.

Israël a déclaré qu’il empêcherait les oligarques russes sanctionnés par les États-Unis de laisser leurs avions et yachts en Israël, mais il est en réalité impossible d’empêcher Abramovich d’entrer dans le pays.

Le superyacht Solaris, propriété du milliardaire juif russe Roman Abramovich, navigue vers le port de plaisance de luxe Porto Montenegro, près de la ville monténégrine de Tivat, sur la côte adriatique, le 12 mars 2022. (Crédit : Savo Prelevic/AFP)

Abramovich a obtenu la nationalité israélienne en 2018 après que le Royaume-Uni a refusé de renouveler son visa, en pleine querelle diplomatique entre Londres et Moscou. Propriétaire du club anglais de football de Chelsea, il a tenté de vendre l’équipe à la fin du mois dernier une fois qu’il est devenu clair qu’il serait probablement visé par des sanctions.

Mais jeudi, Londres a décidé de geler ses avoirs et de lui interdire de voyager dans le cadre des nouvelles sanctions du gouvernement britannique visant sept oligarques russes. Les sanctions l’empêchent également de vendre Chelsea.

Le gouvernement britannique a estimé la valeur nette d’Abramovich à 9,4 milliards de livres sterling (11,1 milliards d’euros).

Le président du club de football de Chelsea, Roman Abramovich, à gauche, s’entretient avec le President israélien, Isaac Herzog, au stade de Stamford Bridge, à Londres, le 21 novembre 2021. (Crédit : Kobi Gideon/ Service de presse du gouvernement israélien via AP)

Abramovich est un donateur majeur en Israël, notamment du musée de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem.

Israël est dans une position délicate, tiraillé entre le devoir de respecter les sanctions américaines et européennes et le maintien de bonnes relations avec plusieurs donateurs importants pour les causes juives et israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...