Le Bahreïn prétend que les réunions de son ministre se sont déroulées à Tel Aviv
Rechercher

Le Bahreïn prétend que les réunions de son ministre se sont déroulées à Tel Aviv

Le diplomate du royaume du Golfe a passé 12 h à Jérusalem mercredi sans jamais prononcer le nom de la capitale ; son ministère des Affaires étrangères a fait de même

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al Zayani, s'exprime lors d'une conférence de presse avec le secrétaire d'État américain et le Premier ministre Netanyahu après leur rencontre trilatérale à Jérusalem, le 18 novembre 2020. (Menahem Kahana/Pool/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al Zayani, s'exprime lors d'une conférence de presse avec le secrétaire d'État américain et le Premier ministre Netanyahu après leur rencontre trilatérale à Jérusalem, le 18 novembre 2020. (Menahem Kahana/Pool/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, a passé près de 12 heures à Jérusalem mercredi, saluant la nouvelle amitié entre son pays et Israël lors de plusieurs réunions en divers endroits de la capitale. Mais il semble avoir réussi à passer la journée entière sans mentionner publiquement le nom de la ville où il se trouvait.

En effet, ceux qui ont écouté ses discours et lu les comptes rendus de ses réunions sur les sites officiels bahreïnis – en anglais et en arabe – seraient en fait pardonnés de penser qu’il a passé la journée à Tel Aviv, une ville dans laquelle il n’a pourtant pas mis les pieds.

Les sites web du ministère des Affaires étrangères à Manama et de l’agence de presse officielle Bahrain News Agency ont chacun publié cinq articles sur ce voyage, dont aucun ne mentionne qu’il a eu lieu à Jérusalem. En effet, les deux sites, qui publient les mêmes articles, ont affirmé faussement que la rencontre d’al-Zayani avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait lieu à Tel Aviv, alors qu’elle s’est déroulée à Jérusalem.

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi (à gauche) accueille son homologue du Bahreïn, Abdullatif al-Zayani, en Israël, le 18 novembre 2020. (Miri Shimonovich/MFA)

« Le temps est venu de s’écarter des conflits et de l’instabilité qui ont affligé le Moyen-Orient pendant des décennies et de poursuivre d’autres politiques pour parvenir à une solution globale qui assure la prospérité et le développement de tous, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Abdullatif Al Zayani », peut-on lire sur le site web du ministère. « Al Zayani a fait cette déclaration alors qu’une délégation bahreïnie officielle est arrivée à Tel Aviv pour la première visite de ce type en Israël ».

Le diplomate bahreïni a atterri à l’aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, où il a été accueilli par son homologue israélien, Gabi Ashkenazi. Après un bref coup de coude et quelques photos avec un Gulf Air Dreamliner en arrière-plan, Al-Zayani s’est rendu dans la capitale pour sa première rencontre, qui a eu lieu au ministère des Affaires étrangères.

« Al Zayani a transmis à son homologue israélien Gabi Ashkenazi l’approbation de la demande de Tel Aviv d’ouvrir une ambassade à Manama », selon le compte rendu de la conversation par le ministère des Affaires étrangères du Bahreïn.

Les personnes qui utilisent « Tel Aviv » comme une synecdoque pour Israël cherchent généralement à laisser entendre que la ville côtière est la capitale d’Israël, par opposition à Jérusalem.

Capture d’écran d’un article décrivant la visite du ministre des Affaires étrangères du Bahreïn en Israël, qui laisse entendre que Tel Aviv est la capitale d’Israël, sur le site du ministère des Affaires étrangères du Bahreïn.

Ashkenazi et Al-Zayani ont annoncé lors de leur rencontre l’intention des deux pays d’ouvrir prochainement des ambassades réciproques.

Alors qu’Ashkenazi a déclaré qu’Israël veut ouvrir sa mission à Manama, Al-Zayani n’a pas précisé dans quelle ville israélienne son ambassade serait située.

Le ministère des Affaires étrangères de Bahreïn n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Après ses réunions au ministère des Affaires étrangères, M. Al-Zayani s’est rendu à la résidence officielle du président Reuven Rivlin, qui se trouve dans la rue HaNassi de la capitale.

Le président Reuven Rivlin (à droite) et le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, à la résidence du président à Jérusalem, le 18 novembre 2020. (Mark Neyman/GPO)

« Bienvenue en Israël, bienvenue à Jérusalem », a déclaré le chef de l’Etat israélien à son éminent invité, selon un compte rendu fourni par le bureau de Rivlin. « Le monde entier devrait venir voir les drapeaux d’Israël et de Bahreïn, flottant ensemble aujourd’hui – ici à la Résidence du Président et dans les rues de Jérusalem ».

En lisant le site web du ministère bahreïni des Affaires étrangères, vous ne saurez jamais où la rencontre a eu lieu, car il se contente de noter qu’elle s’est produite « à l’occasion de la visite [d’al-Zayani] à Tel Aviv ».

Le ministre s’est ensuite rendu à la résidence officielle de Netanyahu, rue Balfour, où ils ont été rejoints par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Selon le ministère des Affaires étrangères du Bahreïn, M. al-Zayani « a souligné l’enthousiasme du Royaume de Bahreïn pour la paix… lors d’une rencontre à Tel Aviv » avec Netanyahu.

Capture d’écran d’un reportage sur la visite du ministre bahreïni des Affaires étrangères en Israël, qui affirme faussement avoir rencontré le Premier ministre Netanyahu à Tel Aviv plutôt qu’à Jérusalem, diffusé sur le site du ministère des Affaires étrangères du Bahreïn

« Secrétaire d’État Pompeo, mon cher ami Mike, c’est toujours un plaisir de vous voir à Jérusalem. Ministre des Affaires étrangères Dr. Al-Zayani, c’est un plaisir de vous revoir, et c’est un immense plaisir de vous accueillir pour la toute première fois à Jérusalem », a déclaré Netanyahu au début d’une conférence commune que les trois hommes ont faite au début de leur réunion.

« C’est formidable d’être de retour à Jérusalem, comme toujours, la capitale légitime de l’Etat juif », a déclaré Pompeo, debout à côté de Netanyahu et Al-Zayani.

Mais le diplomate de Bahreïn a soigneusement évité de nommer la ville dans laquelle il parlait.

Au lieu de cela, il a parlé de sa « visite en Israël ».

Le secrétaire d’État américain Michael R. Pompeo, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid Al-Zayani au début de leur réunion trilatérale à Jérusalem, le 18 novembre 2020. Le secrétaire adjoint aux affaires proche-orientales, David Schenker, et l’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, ont également assisté à la réunion. (Ron Przysucha/Département d’Etat américain)

Plus tard dans la soirée de mercredi, les trois dirigeants et d’autres fonctionnaires de leurs pays respectifs se sont réunis pour un sommet afin de discuter des différentes questions à l’ordre du jour.

« Le Royaume de Bahreïn et l’État d’Israël ont convenu de commencer à exploiter… des vols commerciaux et d’entamer les procédures d’ouverture d’ambassades, sur la base du protocole d’accord conclu entre les deux pays pour la coopération dans le domaine des services aériens », a déclaré le ministère bahreïni des Affaires étrangères.

« Les mesures ont été annoncées au cours de la session trilatérale des pourparlers qui s’est tenue à Tel Aviv. »

Elle s’est déroulée à l’hôtel King David de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...