Le blogueur Saud, agressé par des Palestiniens, chante en hébreu pour Netanyahu
Rechercher

Le blogueur Saud, agressé par des Palestiniens, chante en hébreu pour Netanyahu

Le Premier ministre a reçu des médias arabes après l'attaque de Mohammed Saud, au mont du Temple ; porte-parole israélien : "Il a compris que c'est le vrai visage des Palestiniens"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Une capture d'écran d'un clip vidéo du blogueur saoudien Mohammed Saud harcelé alors qu'il visitait le Mont du Temple dans la Vieille Ville, à Jérusalem, le 22 juillet 2019. (Capture d'écran : Twitter)
Une capture d'écran d'un clip vidéo du blogueur saoudien Mohammed Saud harcelé alors qu'il visitait le Mont du Temple dans la Vieille Ville, à Jérusalem, le 22 juillet 2019. (Capture d'écran : Twitter)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reçu mardi dans ses bureaux une délégation de journalistes et de blogueurs des pays arabes, dont un ressortissant saoudien, Mohammed Saud, qui a été harcelé et attaqué par des Palestiniens lundi alors qu’il visitait la Vieille Ville de Jérusalem.

Au cours de la longue réunion, Netanyahu s’est excusé au nom d’Israël auprès de Saud pour cet incident. Pour sa part, Saud a souligné son soutien à Israël en chantant une chanson, en hébreu, de la poétesse Leah Goldberg, a indiqué au Times of Israel Hassan Caabia, porte-parole pour les médias arabes du ministère des Affaires étrangères.

Plus tard dans la journée de mardi, la délégation de six journalistes et blogueurs arabes a également rencontré le ministre des Affaires étrangères Yisraël Katz pendant une heure.

« Il l’a pris un peu durement, mais il a compris que c’est le vrai visage des Palestiniens », a dit Caabia, faisant référence aux insultes et aux attaques auxquelles Saud a été soumis lundi lorsqu’il a visité le mont du Temple et parcouru la Vieille Ville de Jérusalem.

Trois suspects dans le harcèlement de Saud ont été arrêtés mardi.

Suite à cet incident, une réunion prévue du groupe de visiteurs avec des journalistes israéliens a été annulée.

« Ils parlent du fait que tant de gens dans le monde arabe veulent la paix avec Israël, la normalisation avec Israël, veulent venir en Israël », a dit Netanyahu plus tard, faisant référence au groupe qu’il a accueilli. « Ils ne sont pas toujours libres de l’exprimer, et il y a toujours des oppositions… mais ils ont exprimé ce désir. »

Le Premier ministre a déclaré qu’il avait dit à la délégation qu’Israël est « la puissance irremplaçable » au Moyen Orient parce que sans elle, « je dirais que la région s’effondrerait ».

« Sans Israël, sans ce que nous faisons, sans ce que nous défendons et sans ce que nous protégeons, je pense que tout le Moyen Orient s’effondrerait devant les forces du radicalisme islamique, qu’il soit chiite avec l’Iran ou sunnite avec l’État islamique ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontre le ministre américain de l’Energie Rick Perry à Jérusalem à Jérusalem, le 23 juillet 2019. (Haim Zach/GPO)

M. Netanyahu a fait ces remarques lors d’une réunion avec le secrétaire américain à l’énergie, Rick Perry, qui a eu lieu immédiatement après sa rencontre avec les journalistes et blogueurs arabes. Le Cabinet du Premier Ministre n’a publié aucune photo ni aucun compte rendu de sa rencontre avec la délégation arabe, dont les membres ont jusqu’à présent refusé que leurs noms et photographies soient rendus publics. Seul le nom de Saud a été publié.

La délégation s’est rendue en Israël à l’invitation du ministère des Affaires étrangères, qui a qualifié cette visite de jalon dans les efforts déployés par Jérusalem pour resserrer ses liens avec le monde arabe. Aucun représentant des médias n’a été invité à la réunion.

Saud est l’un des six journalistes et blogueurs arabes, dont des représentants de Jordanie et d’Irak, emmenés en Israël par le ministère des Affaires étrangères.

Une vidéo de l’incident montre un enfant crachant sur Saud alors qu’il visitait le lieu saint, tandis que d’autres lui criaient de partir. Dans un autre clip, des chaises et d’autres objets sont jetés sur Saud alors qu’il marche dans l’une des ruelles de la Vieille Ville.

On entend un homme crier à Saud : « Va à la synagogue ». D’autres le traitent d’“animal” et de « déchet sioniste ».

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a condamné le harcèlement à l’encontre de Saud.

« Nous condamnons fermement le comportement cruel et immoral de certains Palestiniens près de la mosquée Al-Aqsa envers une personnalité saoudienne des médias qui est venue à Jérusalem pour jeter un pont vers la paix et la compréhension entre les peuples », a écrit Nizar Amer sur Twitter lundi.

Un autre porte-parole du ministère des Affaires étrangères a qualifié cet accueil de « répugnant ».

« C’était barbare et effronté ; les Palestiniens pensent que [le mont du Temple] n’est qu’à eux, et n’appartient pas aux Israéliens… Ce jeune homme est venu ici pour promouvoir la paix entre les nations. Israël lui a réservé un accueil chaleureux, mais les Palestiniens voulaient l’humilier », a déclaré Caabia du ministère des Affaires étrangères.

Saud, qui parle un peu l’hébreu, est un fan sans complexe de Netanyahu et de son parti, le Likud. Le nom d’utilisateur sur son fil Twitter est écrit en hébreu et en arabe, et sa description inclut un émoji du drapeau israélien et les mots « Only Bibi! » en utilisant le surnom de Netanyahu.

Le groupe de journalistes et de blogueurs devait se rendre au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, à la Knesset et dans des lieux saints, et rencontrer des membres du monde universitaire israélien pendant ce voyage.

Le ministère a déclaré que la visite avait pour but « d’exposer aux journalistes – dont certains viennent de pays qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël – les positions israéliennes sur les questions diplomatiques et géopolitiques ».

L’équipe du Times of Israel et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...